m

« Le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité ». C’est une des formules que l’on retiendra du grand discours de François Hollande, hier au Congrès de Versailles.

Elle venait après l’annonce d’un renforcement majeur des forces de sécurité intérieure, de renseignement et de douane, et en particulier la création de 5000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes, portant à 10 000 les créations de poste dans ce domaine durant le quinquennat. Avec un fil de malignité, on notera ce petit ajout en fin d’annonces « Nous retrouverons ainsi les chiffres de 2007 ». A bon entendeur..

Tout cela est aujourd’hui chiffré par les commentateurs à un milliard. Un milliard supplémentaire relativement à ce qui a déjà été fait.

L’ensemble de ce budget ne bénéficie-t-il pas à tous les Européens ? Renseignement et sécurité en Belgique ou ailleurs nous concernent autant que les Belges eux-mêmes. Ce qui compte n’est donc pas le choix entre sécurité et stabilité, mais l’exclusion du pacte de stabilité des frais de guerre et de Défense, de sécurité intérieure et de renseignement.

L’Europe se grandirait d’en décider rapidement, fermement et unanimement.

Les commentateurs qui, dès ce matin (Dominique Seux), bavardaient sur le laxisme financier de Hollande et la non tenue de « nos engagements » seraient bien inspirés d’y réfléchir. En intervenant au Mali, n’avons-nous défendu que le Mali ?

A votre avis ?

Comments 7 comments

  1. 17/11/2015 at 11:42 Louis

    Après tout ce qui vient de se passer, j’ai perdu le peu de confiance que j’avais dans ce président et dans ce gouvernement. Comment des dirigeants politiques peuvent-ils être si aveuglés ? Nous savions très bien que nous allions nous faite attaquer par Daech, mais l’ennemi à abattre, c’était Bachar !

  2. 18/11/2015 at 16:08 francis

    J’ai aussi entendu un Pierre Moscovici bien embarrassé au micro d’une radio, disant que la commission saurait être « intelligente » , sans pour autant dire qu’elle accepterait une nouvelle dérogation aux règles…
    mutualiser en matière budgétaire certains frais militaires, pourquoi pas ?
    un ou deux milliards à trouver, cela doit aussi être possible.

  3. 20/11/2015 at 12:18 Louis

    Chacun sa spécialité. La France pour le militaire. L’Allemagne pour l’humanitaire : accueil sans limite des « réfugié » syriens et autres, terroristes compris … Version contemporaine de l’histoire du tonneau de Danaïdes. On n’a pas fini d’en voir ! Quant au milliards à trouver, devinez où on les « trouvera » ?

    • 23/11/2015 at 18:46 Le Parisien Liberal

      le probleme, Louis, est que l’Allemagne fait aussi du militaire : elle était en Afghanistan, par exemple.

  4. 20/11/2015 at 16:20 alphonse

    Il y a une religion supplémentaire bien capable d’autant de morts que les autres,
    qu’il s’agissait, je crois, de vacciner à jamais contre sa radicalisation, en créant l’Europe.

    C’est le nationalisme.

    Bof! …autant dire que voilà les Belges (déjà créés après Waterloo dans le même but!)
    responsables de cette nouvelle défaite, comme en ’14…ou en ’40….

    C’est quand qu’on va où?

  5. 23/11/2015 at 18:44 Le Parisien Liberal

    depenses supplémentaires annoncées : 600 millions d’euros par an

    deficit 2015 prévu avant les attentats du 13 novembre : 72 milliards (72 000 millions).

    Autrement dit, le non respect du Pacte de Stabilité n’a rien à voir avec le 13 novembre. Il était inscrit dans le PLF dès le départ.

    600 millions sur 72 milliards, ca fait 0.8%

  6. 23/11/2015 at 18:45 Le Parisien Liberal

    « En intervenant au Mali, n’avons-nous défendu que le Mali ? »

    honnêtement, Madame la Députée, au vu de ce qui s’est passé à Bamako, cet exemple est-il toujours d’actualité ?
    D’autre part, avons nous seulement demandé l’avis de nos 27 partenaires AVANT d’envoyer notre armée au Mali ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel