m

Le parti socialiste sort grandi de ce premier débat de nos trois candidats. Quelle initiative scabreuse pourtant que d’ouvrir largement les portes d’un débat prioritairement interne, même s’il est en réalité celui du pays. Voilà des prises de parole où chacun a pu s’exprimer sans invective, sans interruption, sans effet de manche inutile. Comme je regrette que cette chance ne nous ait pas été donnée en temps utile pour les municipales de Bordeaux !

Je ne suis pas une donneuse de note. J’apprécie et je l’ai manifesté les positions de Ségolène sur des domaines qui me sont chers. Un des piliers de ma campagne législative (gaussé à droite) a été en novembre 2004 : « le travail, une valeur de gauche ». Nous devons nous battre sur les conditions de travail, et tout faire pour que cette valeur de gauche soit perçue, défendue, partagée comme telle. Nous reparlerons de ces enjeux nationaux.

J’ai mis en titre de ce court billet, les initiales du parti socialiste. Il m’a toujours amusé que ce soit aussi celles des deux mots latins que l’on met comme un repentir en bas des lettres. En réalité, c’est souvent le plus important que l’on dit dans ces post scriptum ! Le nom de notre parti est un des seuls qui a un sens. « Socialiste » est un mot qui a une signification interne, une sorte de noyau intérieur, même si la périphérie de l’atome doit être en permanence redéfinie avec l’évolution du monde. Les suites d’initiales qui se sont succédées pour désigner les partis de droite : MRP, UMP, UDR, RPF, UDF.. ont toujours sonné creux. On ne sait même plus en les alignant où mettre les lettres et peut-être me suis-je trompée et en ai-je oublié quelques uns. Ce soir, le parti socialiste sonnait plein.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel