m

Nous avons commencé à écrire en même temps. En même temps, mais éloignés ne nous retrouvant (avec aussi Jean-Claude Guillebaud) que pour le temps d’une rubrique dans Sud-Ouest « 17-24 ». Nous avions cet âge et racontions la jeunesse de ceux qui l’avaient eu avant nous, déjà ou pas encore célèbres, déjà ou pas encore entrés dans l’histoire.

Pierre Veilletet était de ceux qui ont reçu l’écriture comme une grâce. Il écrivait avec une sorte d’humour négligent, une fine cruauté, un regard aigu capable de voir en trois dimensions, le passé toujours présent, le présent toujours un peu blessé, l’avenir toujours incertain. « Beau comme la décadence » ou brillant et aigu comme un rire, son style était une marque de fabrique, d’exigence et, une fois encore, de grâce.

Il a continué à écrire, dans Sud Ouest, sur les rayons de nos bibliothèques, et moi si peu. Et ce « peu » m’intimidait lorsque je le rencontrais, rarement, mais suffisamment pour que le fil ne soit jamais rompu. Je me souviens d’une rencontre alors qu’il revenait de Madrid où il avait suivi la longue agonie de Franco. Il m’avait dit: « j’avais envie d’un communiqué : « Les journalistes sont morts. Signé : Franco ». »

Il écrivait, en introduisant son « Bordeaux » : « Nul homme n’est l’homme d’une seule ville ». Je cite de mémoire et peut être imparfaitement, mais ce pied de nez élégant était le moteur de son style. Il m’a marqué comme tous ceux qui déjà à cette époque reniflaient vers l’écriture.

Notre dernier rendez-vous est un rendez-vous manqué et je le vis comme tel. Une semaine trop chargée à Paris m’a empêchée de lire Sud Ouest un jour ou deux. Il en a profité pour mourir et je ne l’ai su qu’avec retard. Je vous en veux, Pierre, et vous me manquez sans doute un peu plus encore que nous nous soyons encore une fois manqués.

Vous vous rattrapez déjà.

Comments 12 comments

  1. 13/01/2013 at 20:05 Musset Jean Claude

    Michèle,
    Je ne savais pas que tu avais toi aussi fait partie de cette superbe aventure de 17/24, peut-être nous nous y sommes côtoyés avant de nous retrouver toi médecin et moi VM avec l’Anthelios , les souvenirs aussi de J.A. Pommiès devenu le parrain de ma fille, souvenirs …

  2. 13/01/2013 at 21:12 FRedde

    La journée médiatique était trop remplie pour que l’on parle de Pierre Veilletet. Triste.

  3. 13/01/2013 at 21:41 Alain

    SCOOP QUI N’A RIEN A VOIR (Sorry)
    Alain Juppé s’estime libre de ne demeurer maire de Bordeaux que trois ans au lieu de six s’il est réélu en 2014 ! https://www.sudouest.fr/2013/01/13/juppe-s-estime-libre-de-de-se-presenter-a-la-presidentielle-de-2017-933126-625.php

    • 14/01/2013 at 13:28 sylvie

      en français élégant on dit : bouffer à tous les rateliers

  4. 15/01/2013 at 13:46 alphonse

    après le R-ump…

    le Bord-de-l’ômp….

    Avec beaucoup plus de possibilités d’ouverture, en dépit, même, de l’âge….

    • 15/01/2013 at 14:51 sylvie

      en 2017… quel âge aura t’il au fait ?
      et puis il y a de jeunes loups à l’UMP, PMU, comme vous voulez…

  5. 18/01/2013 at 12:00 Philippe

    Il sera toujours plus jeune que Philippe Madrelle ou Sainte Marie le maire de Mérignac, qui malgré ses 74 ans se verrait bien repartir pour un tour en 2014 , tellement les dents de ses colistiers rayent le parquet .
    Bon il est vrai qu’il faut s’avoir s’arrêter à temps, mais à quel moment ?
    Pouvoir quant tu nous tiens, entre ceux qui ne veulent pas le perdre et ceux qui veulent le prendre……

  6. 20/01/2013 at 17:57 sylvie

    Réf.  » Unser Ministerium…  »

    das ist aber eine gute Idee Madame, Hut ab !

  7. 22/01/2013 at 16:11 alphonse

    Puis-je profiter, de l’absence de notre Ministre pour cause de célébration franco-allemande
    – sans encourir les affres de la censure par « relecture » –
    pour recommander l’expérience à laquelle je suis occupé?

    ‘L’ordre libertaire », relecture titanesque et passionnante des oeuvres et de la vie d’Albert Camus par Michel Onfray (« J’ai lu », N°10232)

    Du moins, Onfray LIT-il ce dont il parle.

    En plus, Camus est, selon une enquête récente, l’écrivain français encore le plus estimé par les allemands!

    Pas bien sûr qu’il le fût jamais par les français…!
    Du moins par les intellectuels tenant le dessus du pavé, comme le grand ami de Simone de Beauvoir (dont j’avais signalé ici que j’avais retrouvé il y a peu sa « Force des choses »):
    Onfray s’emploie méticuleusement à démonter la construction du mythe sartrien (notamment sa « résistance ») par la grande sartreuse »….

    En espérant que la réconciliation franco-allemande passe décidément et rapidement… à des solidarités plus larges..!

  8. 22/01/2013 at 17:28 Grey

    alphonse-à-côté-de-la-plaque, Madame Delaunay est à Lens, en compagnie de Madame Ayrault. Donc au boulot.

  9. 22/01/2013 at 18:12 alphonse

    nuance de gris…!
    merci!…
    ah!oui..pour la « silver economy », donc…
    vaste chantier pour un socialisme solaire, dirait Onfray..!
    on reste bien sur la même plaque tectonique…

  10. 23/01/2013 at 09:59 alphonse

    ….mais…Lens…c’est surtout le Nouveau Louvre, non?!

    Et, ma foi, il n’y a pas photo: cela vaut mieux qu’une visite guidée du Reichstag,…en compagnie d’une bande de conjoints tout heureux d’une permission de Berlin..!!!

    Tout le monde est bien revenu? (car pour partir, c’était déjà la débandade, paraît-il)

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel