m

Au coeur de la semaine de la santé mentale, nous avons tenu ce matin le Conseil d’Administration de l’hôpital Charles Perrens. Je suis présidente de ce Conseil d’administration et je ne le signale que pour exprimer combien j’apprécie cette fonction. La psychiatrie est une des plus belles spécialités de la médecine. Il y a dans l’immatérialité (apparente) de ses signes quelque chose de fascinant, et la rencontre des troubles du comportement, de l’intelligence, de tout ce qui fait que l’homme est homme et de la possibilité de soigner et de guérir prend une dimension particulière.

Ce que je dis là n’est peut être pas très clair. Toutes les maladies, le moindre petit signe, cachent un abime d’inconnu (une papule sur la peau, une tumeur dans le pancréas..) ; dans le plus petit signe comme dans le plus grave, il y a, malgré toutes les avancées de la science, plus de choses que nous ignorons que de choses que nous comprenons. Mais l’inconnu parait moins insondable quand on peut le toucher, le mesurer, l’analyser sous le microscope. Une part de la psychiatrie échappe à cette possibilité d’analyse, malgré les progrès de l’imagerie, de la pharmacologie et de tas d’autres beaux mots en -ie. Pourquoi un homme est-il emmuré dans son mutisme, pourquoi un autre perd-il le sens commun (comme on dit), pourquoi un autre encore sombre-t-il dans l’abime du cafard ???

Je ne voulais parler de rien de tout cela en commençant : l’écriture est une curieuse amie, qui vous emmène où elle veut et quelquefois vous plante en rase campagne sans possibilité d’aller plus loin.

Je reviens à Charles Perrens. Tout le monde ou presque sait que Perrens est « le Centre Hospitalier Spécialisé » en psychiatrie de Bordeaux, le plus important de la Gironde avec le CHS de Cadillac. Perrens fait aussi partie du Centre Hospitalier Régional et de l’Université de Bordeaux II par ses services hospitalo-universitaires.

Les « Oqos » ont soulevé au Conseil d’Administration une discussion de fond. Les Oqos ne sont pas une famille grecque immigrée qui poserait des problèmes au directeur en dansant le sirtaki devant ses bureaux. Les O.Q.O.S. sont un (de plus) de ces sigles imbécilles qui n’ont pas d’autre but que de planter le citoyen moyen et de lui rendre incompréhensibles les moindres rouages de l’administration. Les Oqos sont les Objectifs Quantifiés de l’Offre de Soin. En un mot les perspectives budgétaires des années à venir.

Pourquoi les Oqos sont-ils si importants ? Parce que si on les dépasse, l’établissement sera sanctionné (c’est à dire privé d’une fraction de ses moyens).

Les Oqos sont calculés sur l’activité en cours, en autorisant par pure générosité un volant d’augmentation annelle de +2,5%. J’espère que vous suivez… Je l’exprime autrement : si dans 4 ans, 10% de personnes en plus ont besoin de soins psychiatriques, l’hôpital verra ses moyens DIMINUER.

Vous croyez avoir mal lu et vous avez raison de ne pas comprendre du premier coup. Tout individu sensé penserait que si les besoins en psychiatrie augmentent, les moyens devront aller de pair.

Or les besoins en psychiatrie augmentent, et c’est d’ailleurs de cela que je voulais vous parler en commençant .

Ils augmentent – parce que la population augmente à Bordeaux et en Gironde
– parce que des pathologies qui n’étaient autrefois pas prises en charge par la psychiatrie le sont aujourd’hui, en premier lieu desquelles l’anxiété et la dépression
– parce que certaines pathologies augmentent en fréquence en population constante : la dépression, certains troubles du comportement, les troubles psychiatriques infanto-juvéniles

Sur ces divers domaines, Perrens est en pointe et ses médecins y ont une expertise reconnue. Pour l’ensemble de ces raisons, nous avons voté contre les Oqos. Nous avons voté, pour l’exprimer autrement, contre une planification purement budgétaire de pathologies qui ont, pour certaines d’entre elles, une part sociétale que nous ne maitrisons pas.

On ne peut limiter les besoins de la psychiatrie (et de plusieurs autres spécialités) sans se donner parallèlement les moyens de la maîtrise et de la prévention de la part évitable des maladies qu’elle soigne.

Ce billet n’est pas « sexy », comme on dit volontiers maintenant. Plusieurs phrases sont quasi-imperméables à la première lecture. Mais j’ai essayé de ne pas tomber dans une simplification un peu raccoleuse.

Vivement que nous ayons un ministère de la Santé qui s’occupe vraiment de la santé, c’est à dire de la prévention, et pas seulement de la maladie, du déremboursement des médicaments et des honoraires des médecins

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel