m

Le ministre Thierry Breton a du écouter hier l’excellente entrée en matière du discours de Ségolène Royal sur la dette publique. Il l’annonce aujourd’hui ramenée à 1100 milliards d’euros, alors que l’an dernier il reconnaissait qu’elle atteignait 2000 milliards d’euros. A ce point d’imprécision, on peut s’interroger et d’ailleurs, la cour des comptes épingle ses modalités de calcul. Les bons comptes devraient pourtant faire les bons ministres, surtout les ministres des finances.

Le taux de 64 % du PIB, qui fait de nous des champions toutes catégories,n’est pas remis en question. Les mesures annoncées hier devront se faire dans un contexte d’économies, de croissance et de redistribution. Nous le savons, nous devons le savoir et nous devons le dire.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel