m

Un soleil brillant et pâle, autant argent qu’or, frappe ma fenêtre à travers les branches maintenant complètement dénudées de mon marronier. Je viens de lire le commentairre de Taniwha au billet 17 : lui, a saisi ce soleil à son coucher sur le bord d’un lac. Continuité. Ce qu’il a quitté, je le retrouve, une même attention aux couleurs du monde, à la marche des jours et des saisons, nous unit. Ce n’est pas un mot en l’air : c’est une communauté très forte que cette proximité des événements de la nature.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel