m

Un mot avant d’embarquer mon ordinateur dans le sac judicieusement inventé à cet effet. Nous partons tous les deux à Paris pour plusieurs journées de séance. je vais essayer de commencer à faire mon trou, d’intervenir de manière un peu plus assurée.

Le jour s’est levé tout doucement. Les journées sont presque au maximum de leur longueur. La vie n’est pas si mauvaise.

A tout à l’heure dans le train…

Comments 1 commentaire

  1. 10/07/2007 at 09:29 douce-amère

    Les écrivants ne s’ennuient jamais même dans les trajets à répétition. Le train est un lieu d’inspiration. Lors de mes voyages plus syndicaux que politiques, entre Paris et Bordeaux, tout était chaque fois different, le temps, les nuages, les voyageurs. Entre articles et poésie j’en ai noirci du papier. Je revenais fourbue des longues journées (et parfois nuits) de travail, mais enrichie de réaliser que j’avais peut-être été un peu utile. Bon courage et bon vent.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel