m

Les Bordelais ont, dans leur nette majorité (près de 56%) fait confiance à la liste de la « gauche solidaire » menée par Alain Rousset. Tout simplement, j’ai envie de les remercier. Ils ont ainsi non seulement contribué à la victoire d’Alain Rousset mais confirmé la progression, depuis de nombreuses années, de la gauche dans notre ville dès qu’il s’agit d’un scrutin supra-municipal. Ils ont aussi tourné la page du mauvais résultat des municipales 2008.

Sur l’ensemble de Bordeaux, on note un croisement de la position de la Gauche rassemblée et de l’UMP entre le deuxième tour des régionales et les municipales 2008. Il s’agit d’un véritable renversement de situation :
• Gauche 34,14% aux municipales, 55,83 aux régionales
• UMP 56,62 aux municipales, 33,4 aux régionales

Le score de 55,83% aux régionales marque une progression importante par rapport aux présidentielles 2007 (52,44%) (+3,4%). La progression de la Gauche se confirme ainsi dans la durée.

Les résultats sont plus favorables encore dans la deuxième circonscription dont je suis l’élue.

Par rapport à la présidentielle 2007, la Gauche avec 57,37% des suffrages gagne 3,3 points et L’UMP perd 13 points ; 23,9 points par rapport aux municipales.

A l’intérieur de la deuxième circonscription, Alain Rousset est en tête dans les quatre cantons qui la constituent, y compris dans le bastion de droite du 3ème canton, où M. Duchène reconnaissait que l’on pourrait faire élire « une chèvre de droite ».

C’est un résultat sans précédent. L’excellent score de la Bastide et les résultats très satisfaisants des deux autres cantons constituent un motif d’alarme pour la municipalité au regard de la main mise sur ces structures par le biais des adjoints de quartier.

Au total, malgré la mobilisation d’Alain Juppé qui a placé en 2ème position l’une de ses conseillères municipales déléguées et distribué sur l’ensemble de la ville un courrier d’appel au vote UMP, son camp subit une lourde défaite sur l’ensemble de la ville mais plus encore dans la circonscription qui était considérée comme « la circonscription du Maire ».

Les Bordelais ont montré par leur vote qu’ils perçoivent la cohérence entre la politique gouvernementale et la politique municipale malgré toutes les tentatives de prise de distance du Maire de Bordeaux vis-à-vis de Nicolas Sarkozy chaque fois que les sondages présidentiels faiblissent.

Merci à tous !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel