m

Le Conseil de Métropole du 21 octobre 2016 présentait la communication des rapports d’activité des exploitants des parcs de stationnement bordelais pour l’année 2015.

 

Les hausses de fréquentation couplées avec des hausses tarifaires, et de manière plus générale la politique de transports de la métropole et de stationnement de la Ville de Bordeaux ont créé un contexte très favorable à l’activité stationnement.

Hausse généralisée favorable aux exploitants des parcs de stationnement

  • Chiffres d’affaires : 6.47% pour BP3000 ; + 10.67% pour Camille Jullian et +1.73 pour Parcub.
  • tarifs horaires : +1,8% pour l’hypercentre, + 2.5% pour le centre
  • tarifs abonnements de + 1,40%
  • fréquentation horaire : + 1,8 %,
  • fréquentation abonnés résidents a augmenté de +16,6%

La pression accrue sur le stationnement voirie, notamment avec la future zone de circulation retreinte (ZCR) devrait offrir une nouvelle hausse de fréquentation et par là-même si rien n’est fait pour atténuer la charge sur l’usager, une nouvelle hausse des chiffres d’affaires.

  

La tarification au quart d’heure, voulue par le Gouvernement (Loi consommation – loi Hamon) pour alléger la charge du stationnement et redonner du pouvoir d’achat aux Français a été retardée de 6 mois, cela au détriment de l’usager. Prévue pour être appliquée au 1er juillet 2015, les usagers des parcs de stationnement bordelais en ont bénéficié avec six mois de retard, à compter du 1er janvier 2016. Ce retard était la conséquence du report de la délibération initiale et de la nécessaire reprise des négociations avec les exploitants.

La mise en place de la tarification au quart d’heure dans les parcs de stationnements de la ville centre n’a été votée que le 18 décembre 2015.

La majorité des tranches horaires a été revue à la baisse par rapport à la première version de la délibération, au dessus du pallier des 2h de stationnement, mais malgré cela, certaines tranches restent impactées par des augmentations – 45min-1h et 1h45-2h – correspondant à des durées de courses pour lesquelles les usagers ont peu de solution de repli.  Il s’agit de hausses entre 7% et 11,5% qui vont indubitablement augmenter les bénéfices des parkings cette année.

Seuls les parcs Salinières et André Meunier ne comptent que des baisses qui s’inscrivent dans l’esprit de la loi consommation portée par Benoit Hamon, adoptée en février 2014, et visant à rééquilibrer les pouvoirs entre consommateurs et entreprises et à rendre du pouvoir d’achat aux Français.

 

La politique municipale en terme de stationnement de surface porte sur l’élargissement massif des zones de stationnement résident et payant. En cinq ans, le nombre de places payantes sur la voie publique a été multiplié par cinq dans la ville.

Cela va mécaniquement poursuivre l’augmentation des abonnements dans les parkings et générer de nouvelles recettes.

La grille tarifaire du stationnement en surface, revue en décembre dernier, a elle aussi conduit à une augmentation notable des prix, que ce soit dans l’hypercentre ou en périphérie, avec des variations allant de +6% à +30%, cela encore au détriment de l’usager bordelais ou métropolitain.

 

Les usagers, qui ne peuvent se passer de leur voiture, même s’ils ne l’utilisent pas au quotidien, sont captifs, pris en tenaille entre les parkings payant et le stationnement de surface.

 

Chaque jour davantage, les propriétaires de véhicules perçoivent ces coûts comme un impôt supplémentaire sans offre de service supplémentaire comme des parkings de proximité. Ils restent les pigeons de toutes ces modifications et aucune ne se fait afin de lui donner plus de facilité, plus de disponibilité et moins de charge financière.

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel