m

Lors d’une réunion de bureau précédant la séance plénière de @lacub du 19 décembre 2014, Alain Juppé a envisagé la possibilité de la privatisation d’un tronçon de la route Bordeaux-Arcachon (A 63, tronçon Bordeaux-Salles) pour financer la dernière portion de la rocade bordelaise.

La CUB n’a pas, selon son Président, les moyens de cofinancer avec l’Etat, dans une proportion de 50%, les travaux nécessaires à la mise à deux fois trois voies du dernier tronçon de la rocade de Bordeaux. L’Etat ne peut lui-même aller au-delà des 50% en raison d’un déficit sur l’entretien des infrastructures (AFITF) qui est en grande partie la conséquence de la privatisation des autoroutes par le gouvernement Villepin, pour un prix reconnu comme très faible (14MRD€).

-Aujourd’hui Alain Juppé envisage d’amplifier un peu plus cette privatisation alors qu’ on reconnaît presque unanimement son caractère délétère pour l’Etat en terme de rapport coût-bénéfice et en terme d’entretien. Un péage sur 40km entre Bordeaux et Arcachon viendrait ainsi financer les travaux sur la rocade évalués pour la nouvelle métropole à 80 millions d’euros.

La proposition du Président de la CUB (laquelle devient au 1er janvier « Bordeaux Métropole ») appelle plusieurs commentaires.

-L’Etat se verra, si cette proposition est suivie d’effet, un peu plus dépossédé du bien public et les citoyens devront s’acquitter d’une facture qui ne leur revient pas. Les Bretons ne sont pas seuls à être attachés à la liberté de circulation sur leurs routes et en particulier à proximité des villes où un péage pénalise d’abord ceux qui sont obligés de s’y rendre ou d’en sortir pour leur travail quotidien.

-Une fois la concession faite et la facture de la rocade payée, on ne reviendra pas sur la dite concession et l’utilisateur de l’A 63 continuera de payer au bénéfice d’un allocataire privé.

– Le montant des travaux de la rocade, qui justifie la proposition, est exactement celui acquitté par l’argent public dans le Grand Stade (80 millions) alors que cette structure bénéficiera à un club privé et aurait dû être financée par lui.

– Nous renouons, avec les péages à l’entrée des villes, à une tradition très ancienne, quand il fallait s’acquitter d’un péage pour franchir les portes des villes ou certains ponts. On était alors très loin de notre conception de la République et de la propriété collective qu’elle suppose et dont les voies de circulation sont une illustration emblématique.

– La proposition d’Alain Juppé donne un aperçu de ce que serait sa gestion des affaires de l’Etat s’il parvenait à sa tête. Dans ce domaine particulier des routes et autoroutes, je me rallie totalement à la teneur du courrier à Manuel Valls des 152 députés qui soutiennent le rachat des concessions autoroutières, évalué aujourd’hui à 25 milliards soit après 8 ans le double du prix d’achat. Le rendement financier de ces autoroutes est de 20%, ce qui correspond à un amortissement sur 5 ans (à noter que je n’ai pu signer ce courrier à Manuel Valls pour des raisons de timing mais que je m’y associe).

La gauche sera je l’espère très mobilisée sur ce sujet. Les priorités d’Alain Juppé pour les habitants de la Métropole ne sont pas les nôtres et nous l’exprimerons.

 

Comments 2 comments

  1. 20/12/2014 at 18:23 Marie

    Merci d’avoir rompu le lourd silence de la cogestion…
    C’est un vrai sujet et il ne faut pas que les contribuables payent une nouvelle fois le prix de la folie des grandeurs de quelques uns.
    Très bon article à lire sur médiapart sur cette question de la privatisation ratée des autoroutes : https://www.mediapart.fr/journal/france/171214/pourquoi-letat-doit-reprendre-la-main-sur-les-autoroutes?page_article=2

  2. 20/12/2014 at 18:51 Singa

    Madame la Députée
    Je veux ajouter à votre article que la droite continue à appliquer son principe:
    privatiser les profits et mutualiser les pertes !
    les exemples sont innombrables:
    -ELF Aquitaine,
    -Les autoroutes avec de Villepin, cela rapporte aujourd’hui 20% au actionnaires,
    -les banques lors de la crise, l’Etat a refinancé leur capital et le contribuable a payé,
    pour plus de détails :https://fr.wikipedia.org/wiki/Privatisations_en_France

    Tout cela a pour conséquence une augmentation des impôts, une diminution des services publics et un pouvoir finalement transféré du Parlement vers des groupes financiers. Arrivé au terme de cette démarche, nous ne serons plus en démocratie!

    La Gauche doit réagir massivement car c’est sur ces sujets fondamentaux que les électeurs se retrouveront, ils ont besoin de cela, ils attendent cela, il ont voté pour cela!

    Merci de ce premier pas qui sera suivi par vos collègues je l’espère.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel