m

J’ai été très frappée qu’Henri Caillavet meure dans sa 100ième année et si je ne me suis bien sûr pas réjouie de sa mort, je l’ai fait de constater que cette mort fut tardive et naturelle.

Henri Caillavet, ancien Ministre, parlementaire prestigieux, auteur de nombreuses lois et projets de lois, a présidé à deux reprises l’association « Droit de Mourir dans la Dignité ». Je ne sais rien de sa mort, ni des années qui l’ont précédée, mais je pense qu’elles furent en conformité avec cette dignité dont il a été l’ardent défenseur.

Il démontre en tout cas qu’on peut aborder le grand, voire le très grand âge, et demeurer dans cette dignité et dans ce désir de vivre qui est celui des candidats centenaires. Tous les gériatres le confirment : la demande d’euthanasie est très rare quand l’âge prévisible de la mort approche et c’est tant mieux.

Cette disposition n’est pour autant pas générale : beaucoup (en proportion des autres décennies) d’âgés se suicident. A chaque dizaine d’années que l’on gagne, le taux de suicide augmente. Au dessus de 80 ans, il est trois fois supérieur à la moyenne nationale tous âges confondus (44/100 000 au lieu de 15/100 000) et 3000 âgés se suicident chaque année.

Je n’ai pas de chiffre précis, on s’en doute, mais l’expérience des médecins et en particulier des gériatres montre que la demande d’euthanasie de la part de la personne elle-même est à ces âges pratiquement nulle (ce n’est pas le cas de la demande des familles).

Tout se passe comme si les âgés qui voulaient en finir avec la vie ne comptaient que sur eux-mêmes. Leur suicide est radical, sans possibilité de voir leur main retenue et se fait par arme à feu, pendaison ou défenestration. Hors de ce groupe, relativement faible en nombre, plus la vie devient vulnérable et fragile, plus on a à la défendre, plus on désire continuer à vivre. L’expérience de mes malades m’a aussi enseigné ce principe.

Henri Caillavet (et heureusement tant d’autres) a démontré que l’on pouvait vivre jusqu’au bout dans la dignité, et je l’espère davantage : dans l’honneur, le respect et l’affection, le bien être.

Comments 7 comments

  1. 04/03/2013 at 17:30 Franc-maçon

    Voici le communiqué du Grand Orient de France montrant les riches facettes souvent oubliées de la vie d’Henri Caillavet:

    « Henri Caillavet : l’inlassable combat pour la dignité humaine

    Avec la disparition d’Henri Caillavet dans sa centième année le 27 février, le Grand Orient de France perd l’un de ses Frères les plus exemplaires. Entré au Grand Orient de France en 1935, Henri Caillavet lui sera toujours resté fidèle. Il fut un franc-maçon actif et mena sa vie durant des combats qui honorent l’engagement du Grand Orient de France en faveur des libertés publiques, pour la laïcité et contre les obscurantismes.
    Longtemps président de la Fraternelle parlementaire, ministre, député puis sénateur, engagé pour les droits des femmes dès la Libération, notamment pour l’interruption volontaire de grossesse, mais aussi pour le don d’organes, le divorce par consentement mutuel, il déposa en 1949 une proposition de loi pour faire de l’insémination artificielle un moyen de procréation. Son combat pour le droit à mourir dans la dignité reste emblématique de son parcours tout comme la loi de 1976 qui porte son nom sur le prélèvement d’organes, votée à l’unanimité du Parlement. Il aura aussi combattu pour le pluralisme de la presse, alerté sur les dangers de l’informatique pour les libertés publiques, et défendu au sein du Comité national d’éthique une vision humaniste de l’homme confronté à des progrès techniques aux problématiques toujours en évolution. Engagé pour la République espagnole puis dans le réseau Combat dans la Résistance, Henri Caillavet n’a jamais transigé avec les principes.
    Il est pour tous les francs-maçons du Grand Orient de France un exemple de courage et de conviction. Il appartient à cette lignée d’hommes qui font honneur à la République.
    Paris, le 28 février 2013 »

  2. 05/03/2013 at 09:16 Eric

    preuve de cette dignité jusqu’au bout, henri Caillavet venait de publier son premier roman à 99 ans !

  3. 05/03/2013 at 14:12 eva33110

    Bonjour Madame la ministre ,
    Je voudrais savoir si vous comptez faire contrôler les associations de tutelles ? comme cela va se faire pour les maisons de retraites ?
    Pourriez vous me dire si cela est compris dans votre emploi du temps ?
    Je vous remercie pour votre réponse.
    Recevez , Madame, mes respectueuses salutations.

  4. 06/03/2013 at 06:44 sylvie

    Hâte toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie ( Sénèque )

  5. 06/03/2013 at 15:41 jean

    « ..mort tardive… »
    Vous pouvez expliquer ?

    ps.
    Très bonne question de eva33110 à propos des contrôles à effectuer sur les associations de tutelles. Et pas besoin d’aller bien loin de chez soi…

  6. 09/03/2013 at 14:11 alphonse

    Allons bon..!

    Alors…, reportons tous nos espoirs sur le futur nouveau pape..!

    Pour la résurrection de la théologie de la libération!

  7. 09/03/2013 at 17:51 lilia

    Je suis auxiliaire de vie sociale et assistante de soin en gérontologie. Lu votre article dans le Sud-Ouest du 8 mars. Oui, nous devons réagir et faire bouger les lignes même si je suis plus jeune que la génération des baby boomers.

    Bravo Madame la Ministre !

Répondre à alphonse Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel