m

J’ai cru avoir un infarctus lors du débat Rousset-Juppé sur FR3 en entendant Alain Juppé affirmer qu’il avait installé la mixité sociale à Bordeaux. Culot et/ou mauvaise foi, la réalité est en tout cas clairement à l’opposé.

D’un côté des quartiers d’habitat social exclusif (Les Aubiers) ou très majoritaire (Le Grand Parc, 80%), de l’autre des quartiers à O% comme le fromage blanc, la palme revenant à Saint Genès. Un livre a été écrit sur la ghetthoisation scolaire à Bordeaux. Nous marchons depuis dix ans à l’inverse de ce qu’il faut d’abord pour l’agrément de la ville qui est fait de mouvement et de mixité, mais aussi pour éviter qu’elle explose un jour.

L’explosion a eu lieu on le sait plusieurs fois à Paris, plus justement dans la région parisienne. J’entends ce matin sur France-Culture un échange autour de la disparité des revenus des communes dans le Grand Paris, montrant un écart considérable (je n’ai pas eu le temps de noter). Les débateurs posaient à ce propos la question de l’évolution des villes : faut-il laisser faire le temps et l’évolution de la société ? Faut-il une intervention politique forte ?

Au point où nous en sommes, l’intervention politique est indispensable. La mixité ne se fera plus par un mouvement spontané. Sans aller cependant jusqu’aux aberrations attaliennes qui veut créer de rien 20 grandes éco-citées. Toutes les villes nées de rien, au milieu des champs de topinambours, ont été des échecs. Là aussi il faut éco-iser de manière diffuse l’ensemble de la ville.

Le premier engagement de notre programme municipal est la construction de 700 logements sociaux par an, pour rattraper en dix ans le retard qui s’est creusé dans les dix ans précédents. Il était important que ce soit, à tous les sens du terme, la première pierre de l’édifice de ce Bordeaux du XXI siècle que nous voulons décider ensemble.

Comments 24 comments

  1. 05/02/2008 at 10:06 Francis

    les électeurs, adhérents et sympathisants de gauche sauront se rappeler quels sont les parlementaires qui ont trahi leurs électeurs et plus gravement encore la démocratie populaire!!!
    c’est un coup d’Etat de velours qui a eu lieu avec la complicité de gens qui ont perdu tout sens de l’engagement poupulaire! les urnes parleront pour vous répondre…

    VOTE DES PARLEMENTAIRES DE GAUCHE A VERSAILLES, le 4 février

    I – ASSEMBLÉE NATIONALE

    GROUPE : SOCIALISTE, RADICAL, CITOYEN ET DIVERS GAUCHE (204)

    Pour: 17

    MM. Dominique Baert, Christophe Caresche, Paul Giacobbi, Mme Annick Girardin, MM. Armand Jung, Jack Lang, Michel Lefait, Mme Annick Lepetit, MM. Albert Likuvalu, Victorin Lurel, Mmes Jeanny Marc, Dominique Orliac, Sylvia Pinel, MM. Philippe Tourtelier, Manuel Valls, André Vézinhet et Jean‑Claude Viollet.

    Contre: 91

    Mme Sylvie Andrieux, MM. Jean‑Paul Bacquet, Jean‑Pierre Balligand, Gérard Bapt, Claude Bartolone, Jacques Bascou, Christian Bataille, Christophe Bouillon, François Brottes, Thierry Carcenac, Laurent Cathala, Bernard Cazeneuve, Jean‑Paul Chanteguet, Alain Claeys, Jean‑Michel Clément, Gilles Cocquempot, Pierre Cohen, Pascal Deguilhem, Marc Dolez, Jean‑Pierre Dufau, William Dumas, Jean‑Louis Dumont, Mme Laurence Dumont, MM. Jean‑Paul Dupré, Philippe Duron, Olivier Dussopt, Christian Eckert, Henri Emmanuelli, Laurent Fabius, Albert Facon, Mme Martine Faure, MM. Hervé Féron, Pierre Forgues, Mme Valérie Fourneyron, MM. Michel Françaix, Jean‑Claude Fruteau, Mme Geneviève Gaillard, MM. Daniel Goldberg, David Habib, Mme Sandrine Hurel, MM. Christian Hutin, Jean‑Louis Idiart, Mme Françoise Imbert, MM. Michel Issindou, Serge Janquin, Régis Juanico, Jean‑Pierre Kucheida, Mme Conchita Lacuey, MM. Jérôme Lambert, Jean Launay, Patrick Lebreton, Gilbert Le Bris, Mme Catherine Lemorton, MM. Jean‑Claude Leroy, Serge Letchimy, Michel Liebgott, Mme Martine Lignières‑Cassou, MM. François Loncle, Jean Mallot, Mme Marie‑Lou Marcel, M. Philippe Martin, Mmes Martine Martinel, Frédérique Massat, MM. Gilbert Mathon, Didier Mathus, Kléber Mesquida, Jean Michel, Didier Migaud, Arnaud Montebourg, Philippe Nauche, Henri Nayrou, Alain Néri, Michel Pajon, Christian Paul, Germinal Peiro, Jean‑Luc Pérat, Jean‑Claude Perez, Mme Catherine Quéré, M. Simon Renucci, Mmes Marie‑Line Reynaud, Chantal Robin‑Rodrigo, M. Patrick Roy, Mme Odile Saugues, M. Christophe Sirugue, Mme Christiane Taubira, MM. Pascal Terrasse, Jacques Valax, Michel Vauzelle, Michel Vergnier, Alain Vidalies et Jean‑Michel Villaumé.

    Abstention: 93

    Mme Patricia Adam, M. Jean‑Marc Ayrault, Mmes Delphine Batho, Chantal Berthelot, M. Jean‑Louis Bianco, Mme Gisèle Biémouret, MM. Serge Blisko, Patrick Bloche, Daniel Boisserie, Maxime Bono, Jean‑Michel Boucheron, Mmes Marie‑Odile Bouillé, Monique Boulestin, M. Pierre Bourguignon, Mme Danielle Bousquet, MM. Alain Cacheux, Jérôme Cahuzac, Jean‑Christophe Cambadélis, Mme Martine Carrillon‑Couvreur, MM. Guy Chambefort, Gérard Charasse, Mmes Marie‑Françoise Clergeau, Catherine Coutelle, Pascale Crozon, M. Frédéric Cuvillier, Mme Claude Darciaux, M. Michel Debet, Mme Michèle Delaunay, MM. Guy Delcourt, Michel Delebarre, Bernard Derosier, Michel Destot, René Dosière, Julien Dray, Tony Dreyfus, Yves Durand, Mmes Odette Duriez, Corinne Erhel, Aurélie Filippetti, Geneviève Fioraso, MM. Jean‑Louis Gagnaire, Guillaume Garot, Jean Gaubert, Mme Catherine Génisson, MM. Jean‑Patrick Gille, Joël Giraud, Gaëtan Gorce, Mme Pascale Got, MM. Marc Goua, Jean Grellier, Mmes Elisabeth Guigou, Danièle Hoffman‑Rispal, M. François Hollande, Mme Monique Iborra, MM. Eric Jalton, Henri Jibrayel, Mme Marietta Karamanli, MM. François Lamy, Jean‑Yves Le Bouillonnec, Mme Marylise Lebranchu, MM. Jean‑Yves Le Déaut, Jean‑Marie Le Guen, Mme Annick Le Loch, MM. Bruno Le Roux, Bernard Lesterlin, Louis‑Joseph Manscour, Mme Jacqueline Maquet, M. Jean‑René Marsac, Mme Sandrine Mazetier, MM. Michel Ménard, Pierre Moscovici, Pierre‑Alain Muet, Mmes Marie‑Renée Oget, Françoise Olivier‑Coupeau, George Pau‑Langevin, Marie‑Françoise Pérol‑Dumont, Martine Pinville, MM. Philippe Plisson, François Pupponi, Jean‑Jack Queyranne, Dominique Raimbourg, Alain Rodet, Marcel Rogemont, René Rouquet, Alain Rousset, Michel Sainte‑Marie, Michel Sapin, Mme Marisol Touraine, MM. Jean‑Louis Touraine, Jean Jacques Urvoas, Daniel Vaillant, André Vallini et Philippe Vuilque.

    Non-votant: 3

    MM. Jean Glavany, Patrick Lemasle et Bernard Roman.

    GROUPE : GAUCHE DEMOCRATE ET REPUBLICAINE (24)

    Contre: 21

    Mme Marie‑Hélène Amiable, M. François Asensi, Mmes Huguette Bello, Martine Billard, MM. Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean‑Pierre Brard, Mme Marie‑George Buffet, MM. Jean‑Jacques Candelier, André Chassaigne, Jacques Desallangre, Mme Jacqueline Fraysse, MM. André Gerin, Pierre Gosnat, Maxime Gremetz, Jean‑Paul Lecoq, Alfred Marie‑Jeanne, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean‑Claude Sandrier et Michel Vaxès.

    Abstention: 3

    MM. Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy.

    II – SÉNAT

    GROUPE : SOCIALISTE. (96)

    Pour: 15

    MM. Robert Badinter, Jean Besson, Mmes Nicole Bricq, Monique Cerisier‑Ben Guiga, MM. Charles Josselin, Alain Journet, Gérard Miquel, Bernard Piras, Jean‑Pierre Plancade, Daniel Raoul, André Rouvière, Mme Patricia Schillinger, M. Jean‑Pierre Sueur, Mme Catherine Tasca et M. Richard Yung.

    Contre: 30

    MM. Bernard Angels, David Assouline, Mmes Maryse Bergé‑Lavigne, Alima Boumediene‑Thiery, MM. Jean‑Louis Carrère, Michel Charasse, Pierre‑Yves Collombat, Roland Courteau, Jean Desessard, Michel Dreyfus‑Schmidt, Mme Josette Durrieu, MM. Charles Gautier, Jean‑Pierre Godefroy, Claude Haut, Mmes Annie Jarraud‑Vergnolle, Bariza Khiari, MM. André Lejeune, Alain Le Vern, Jean‑Pierre Masseret, Marc Massion, Jean‑Luc Mélenchon, Jean‑Pierre Michel, Michel Moreigne, Daniel Percheron, Marcel Rainaud, Gérard Roujas, Claude Saunier, Jean‑Marc Todeschini, Robert Tropeano et André Vantomme.

    Abstention: 49

    Mmes Jacqueline Alquier, Michèle André, MM. Bertrand Auban, Jean‑Pierre Bel, Mme Marie‑Christine Blandin, MM. Yannick Bodin, Didier Boulaud, Mme Yolande Boyer, M. Jean‑Pierre Caffet, Mme Claire‑Lise Campion, MM. Bernard Cazeau, Gérard Collomb, Yves Dauge, Jean‑Pierre Demerliat, Mme Christiane Demontès, MM. Claude Domeizel, Bernard Dussaut, Jean‑Claude Frécon, Bernard Frimat, Jacques Gillot, Jean‑Noël Guérini, Yves Krattinger, Philippe Labeyrie, Serge Lagauche, Serge Larcher, Louis Le Pensec, Mme Raymonde Le Texier, MM. Claude Lise, Roger Madec, Philippe Madrelle, Jacques Mahéas, François Marc, Pierre Mauroy, Louis Mermaz, Jacques Muller, Jean‑Marc Pastor, Jean‑Claude Peyronnet, Jean‑François Picheral, Mme Gisèle Printz, MM. Daniel Reiner, Thierry Repentin, Roland Ries, Mme Michèle San Vicente‑Baudrin, MM. Michel Sergent, Jacques Siffre, René‑Pierre Signé, Simon Sutour, Michel Teston et Mme Dominique Voynet.

    Non-votant: 2

    Mme Odette Herviaux et M. Paul Raoult.

    GROUPE : COMMUNISTE REPUBLICAIN ET CITOYEN. (23)

    Contre: 23

    Mme Eliane Assassi, M. François Autain, Mme Marie‑France Beaufils, MM. Pierre Biarnès, Michel Billout, Mme Nicole Borvo Cohen‑Seat, MM. Robert Bret, Jean‑Claude Danglot, Mmes Annie David, Michelle Demessine, Evelyne Didier, MM. Guy Fischer, Thierry Foucaud, Mmes Brigitte Gonthier‑Maurin, Gélita Hoarau, MM. Robert Hue, Gérard Le Cam, Mme Josiane Mathon‑Poinat, MM. Jack Ralite, Ivan Renar, Odette Terrade, Bernard Vera et Jean‑François Voguet.

  2. 05/02/2008 at 10:35 chris

    Il est très dommage – autant dire navrant- que le format du débat et le type de questionnement tous azimuts, n’ait pas permis d’aller au fond des sujets importants. Comme d’habitude, réponses écourtées par les journalistes les yeux rivés sur le chrono, pas de relance sur les approximations, les contre-vérités…. bref un coup pour pas grand chose! Ce que tu développes dans ton billet, Michèle, n’a pu être réellement abordé, seul compte l’écume des choses, la petite phrase, le ricanement sarcastique. C’est véritablement frustrant, énervant, notre ville vaut bien un effort supplémentaire de nos médias. Bien sûr, il y a les réunions publiques mais, nous en sommes conscients, la plupart des participants est acquis d’avance alors expliquer, convaincre les citoyens relève de la gageure surtout lorsque les prérogatives des différentes instances (Mairie, département, CUB, région) sont méconnues du plus grand nombre.

  3. 05/02/2008 at 11:06 J-J

    Francis,
    ils ont encore leur droit d’expression il me semble, et ils doivent representer l’opinion de leur circonscription et non de leur parti, revoit tes bases!

    M.Delaunay,
    Baladez vous dans Bordeaux (je vous prete un plan si vous souhaitez), interressez vous aux dossiers Bordelais sa vous evitera de dire des enormités pareils, vous en avez à cauderan, au chartron…etc
    Appliquez ce que vous aviez promis aux electeurs, VOTRE DEMISSION DU CONSEIL GENERAL, trahiriez-vous votre electora? vos promesse? vous qui pronez une politique au sens noble du terme.

  4. 05/02/2008 at 11:11 Lucas Clermont

    Tiens donc : "la démocratie populaire " aurait été trahie par le vote des parlementaires socialistes. Me voici de fort bonne humeur. Ça me rappelle que le numéro 5 de la liste de gauche de Mulhouse est un photographe polonais qui à dix-huit ans distribuait le journal de Solidarnosc derrière le rideau de fer.
    Cette revendication de l’Europe dans le choix des colistiers fera plaisir à beaucoup de Socialistes et Verts européens de Bordeaux.

    Les frontières entre nos peuples s’estompent, si vous saviez comme je suis heureux avec mon petit vélo lorsque tout d’un coup je suis réellement incapable de savoir dans quel pays je suis : France, Allemagne ou Suisse. L’Europe avance, merci aux parlementaires de gauche qui n’ont pas entravé ce mouvement !

    P.-S. Sur France Inter ce matin, Daniel Cohn Bendit, comme toujours enthousiasmant ! http://www.radiofrance.fr/france...

  5. 05/02/2008 at 11:28 M.V.

    Enrièrement d’accord avec vous Chris, ces "débats télévisés" comme on l’a vu l’autre soir sont des caricatures.
    C’est pour cela que je viens de remettre en ligne, pour la 2ème fois, un billet (n° 66 dans le chapitre "Une liste en or"), concernant le grand contournement de BX. Ce sont les paroles même d’ Alain Rousset; cela vaut mieux que tous les commentaires fumeux ou malveillants, n’est-ce pas?

  6. 05/02/2008 at 11:28 michele encore

    les parlementaires socialistes qui se sont abstenus ont suivi ce qui avait été décidé au groupe socialiste à l’issue d’un vote très largement majoritaire.

    je me suis exprimée à plusieurs reprises sur le sujet.

  7. 05/02/2008 at 11:44 Gérard ELOI

    @ Michèle,

    Tes explications sur le sujet européen ont toujours été très claires et cohérentes.

    Pour en revenir au plan local, et au sujet du billet : l’engagement de rattrapper en dix ans les dix ans de retard accumulés au plan logement est une magnifique initiative.

    700 logements par an pendant 10 ans: résultat 7 000 logements neufs, et donc équipés des récentes possibilités d’économie d’énergie.

    D’une pierre, deux coups : amélioration du confort des Bordelais et de leur environnement.

    Bravo.

    Amicalement

    GE

  8. 05/02/2008 at 16:29 Eric Perreux

    Une idée par jour … et voici la première!! Il est toujours très jolie de faire des promeses et celle consistant à construire 700 logements par an pendant 10 ans est une idée qui mérite d’être regardée.

    Il est cependant très important de ne pas mentir aux bordelais. Certe la ville n’est pas au quota obligatoire de 20% de logements sociaux mais la ville progresse et construit de plus en plus tout en faisant attention à respecter la mixité sociale et également l’architecture de la ville. Vouloir constuire coûte que coûte des logements sans concertation et les yeux fermés n’est pas la solution.

    D’autres parts, il est important de mettre en avant le nombre de logements intermédiaires prévu dans le programme d’Alain Juppé et surtout la prise en compte des logements d’urgence (la quasi-totalité des logements disponibles en Gironde).

    La solidarité et le social (1ère dépense de la mairie) ne sont pas réservé à la gauche.

  9. 05/02/2008 at 16:30 Salueur

    A MD.

    Ai-je à quelque moment tenter d’altérer « …cette démocratie informatique… » dont vous parlez. Si oui, je vous prie de bien vouloir m’indiquer à quel moment afin que je me corrige.
    Qu’importe pourquoi moi, je serai « …en premier lieu… » tenu de respecter cette régle.

    Je reprends votre propos : « si notre liste est élue, je conserverai un poste d’adjoint » a contrario, j’en déduis que si votre liste n’est pas élue mais que, vous, vous le soyez, vous ne siégerez pas !
    Ai-je tort ?

    Pour ce qui concerne l’image que je donne de mes idées, je ne m’en soucie pas. Je sais mes convictions et les veux empreintes du principe de la nécessité absolue du respect que je dois à l’Autre. Je ne cherche pas à en donner tel ou tel reflet et ne distingue pas en principe entre le fond et la forme. Je crois qu’en politique comme en bien d’autres domaines il faut être soi-même. Ai-je tort ?

  10. 05/02/2008 at 16:52 Salueur

    Je souhaite revenir sur le quartier du Grand Parc.

    La piscine est fermée ? Il me semblait pourtant que vous étiez présente lors de sa réouverture après rénovation. Vous allez sans doute me dire que les superficies ne sont plus les mêmes. Vous auriez raison. Il me semble bien pourtant que les équipements sont plus ludiques, mieux sécurisés et que surtout les parents peuvent y emmener leurs enfants sans inquiétude. Pour la salle des fêtes, vous connaissez bien le problème. En ce qui concerne la convivialité et la réputation, ce quartier n’a aujourd’hui rien à voir avec celles qu’il avait depuis la fin des années 70 où personne ne voulait aller.

    Alors nécessité permanente d’améliorer l’existant, sans doute.
    Cependant le rendre "pilote", pardon, mais que faut-il entendre ? Ne pensez vous pas qu’aujourd’hui, il est largement démontré les méfaits des constructions aussi hautes. Les jeunes ménages ne préférent-il pas des environnements moins agressifs ? Des volumes immobiliers moins gigantesques et anonymes ? Ne souhaitent-ils pas des terrasses ou un jardinets privatifs ?

  11. 05/02/2008 at 17:03 Ulysse

    Madame,
    Pourriez vous répondre, s’il vous plait, à la question (n° 27) que je vous posais sous votre billet "Une liste en or massif".

    Distribution des compétences entre collectivités territoriales et rôle par le passé de la personne en tête de votre liste dans le secteur évoqué ?

  12. 05/02/2008 at 17:23 Le piéton

    700 logements sociaux par an dans Bordeaux ! Cela auxquels on rajoute, je ne sais combien d’entreprises que vous voulez voir créer sans compter les espaces verts, les lieux associatifs et culturels…

    Le mieux… Déclarer la guerre aux communes limitrophes pour leur piquer leur territoires et couler une chape en béton sur la Garonne pour pouvoir construire dessus !

  13. 05/02/2008 at 17:47 Le salueur

    Les Aubiers, le Grand Parc, qui les a construits ? Quels étaient les impératifs de l’époque ?

    A. Juppé est le premier à avoir parler de mixité sociale, il y a déja bien longtemps. Le tramway en est l’illustration première. De plus vous savez bien que toute construction dans Bordeaux ayant plus, je crois, de vingt logements, doit en avoir un certain nombre avec une accession ayant un caractère social. Cela est parfaitement respecté.

    Parler du Grand Parc et des Aubiers n’est pas correct lorsque l’on aborde la question de la mixité sociale sinon on parle aussi de Formanoir et d’autres quartiers de la commune dans laquelle ces lieux sont implantés…

    Le problème du logement, de l’immobilier et du foncier est un phénomène àcaractère national.

    Il faut parler des réalisations aux Chartrons, je pense au cours Balguerie, qui me paraissent remarquables en matière de mixité.
    Il faut parler aussi et surtout des rénovations d’immeubles dans le centre de Bordeaux, les quartiers Saint Pierre et Saint Michel où la aussi la mixité est réelle et va grandissant.

  14. 05/02/2008 at 18:46 nico

    Oui, on a de la mixité sociale a bordeaux ! Cet été d’ailleurs, j’ai eu l’occasion de discuter avec quelqu’un me le confirmant. Cette personne habite en logement social à Bordeaux centre et je la revoie me dire : "C’est quand même génial de se dire qu’on peut avoir un logement social dans de l’ancien à Bordeaux centre".

  15. 05/02/2008 at 19:04 Achille

    Merci aux amis du blog de pratiquement plus répondre aux souilleurs et pollueurs de la droite de M. Juppé. Ils commencent à rester entre eux.
    Nous sommes sur la bonne voie. Les lecteurs objectifs du blog verront l’acharnement et la haine de ces personnages et cela se retournera contre Juppé et ses colistiers.
    Avec Sarko ils font campagne pour nous. Bravo.

  16. 05/02/2008 at 21:11 Gérard ELOI

    @ Achille,

    Heureux de te retrouver !

    Et quelle fine conclusion à ton commentaire :

    " Avec Sarko, ils font campagne pour nous."

    En effet, " Voter UMP, c’est voter Sarkozy", qu’il disait…avant de se faire rembarrer par son "pote" Juppé…qui a ôté le sigle UMP de ses affiches ! Sigle dangereux au moment où le président tombe dans les sondages…

    Mais le président essaie de se relever : promesses aux ouvriers d’ Arcelor Mital (et surtout à leur employeur).

    Première question : pourquoi un Etat avec des caisses avouées vides devrait-il aider un PDG de multinationales qui réalise de plantureux bénéfices ?

    Deuxième question : comment se fait-il que le président ne savait pas que l’ Europe allait refuser cette "aide" à Mital ? (Quand on adhère à ce traité européen, faut en connaître les clauses, c’ eût été un minimum).

    Enfin, TVB, les caisses sont vidées mais c’est l’ Europe (qu ‘il a fallu mettre en évidence avant les municipales !) qui refuse d’aider les travailleurs de Mital.

    Quel rapport avec le billet de Michèle ci-dessus ?

    Le simple fait qu’avec l’engagement d’une politique décente de logement à Bordeaux, les conditions de vie vont s’améliorer…en créant aussi des emplois que Mital ne pourra pas délocaliser, …et que l’ Europe n’aura aucune raison d’interdire !

    Même quand l’ Etat central est en dérive, il est réconfortant de constater que les municipalités (et aussi les Départements et Régions) détiennent encore un important pouvoir.

    Amicalement

    GE

  17. 05/02/2008 at 21:30 M.V..

    Non Achille, ils sont toujours là, mais ils ont changé de ton, ils sont polis, prennent des précautions oratoires afin d’être irréprochables;
    c’est une nouvelle forme d’intervention, et vous pouvez être sûr que chaque jour, ils viendront déboulonner les propositions d’Alain Rousset et nous assurer que Juppé a déjà tout mis en place, tout réalisé de ce que la gauche veut apporter à BX et qui n’existe pas.
    Voici la proposition du jour d’Alain Rousset, dans le chapitre "la justice sociale":
    1800 logements par an, dont 700 logements sociaux et une accession sociale offrant au moins 20% dans chaque programme;
    cela nécessite de:
    -clarifier l’attribution des logements (attente, passe-droits);
    -diversifier la construction de logements, pour répondre à tous les besoins;
    -proposer des logements pour des familles en location, mais aussi en accession;
    -établir un plan logement pour les jeunes;
    -éradiquer l’habitat indigne (lutte contre les marchands de sommeil);
    -remettre en état des résidences pour personnes âgées;
    -créer des logements pour jeunes salariés;
    -proposer des logements pour les"urgences" (personnes battues, détresse ponctuelle);
    -abroger l’obligation de quitter un foyer d’urgence dans la journée (ne plus remettre personne à la rue);
    -développer le nombre des accueils de jour équipés de sanitaires, de douches,de laveries,de consignes, d’un espace de restauration et d’un lieu de consultation médicale;
    -créer 600 places (il n’y en a que 180 actuellement comme à Pau, il y en a 800 à Nantes, plus de 700 à Angers, 600 à Rennes), pour des jeunes travailleurs en mobilité professionnelle avec des contrats précaires de 1er emploi.
    -Michéle Delaunay, dans sa conférence de presse, a insisté sur la nécessité de répartir les logements sociaux qui saturent actuellement 4 quartiers (Le Lac, Bacalan, Chartrons, St Jean); tous les autres quartiers de BX ont moins de 5%.

  18. 06/02/2008 at 18:10 isabelle.b

    madame,
    je me permet de vs interpelez par rapport a la guettoisation de gd parcet les aubiers…franchement,voudriez vs vivre avec les gens qui vivent ds ces quartiers????moi non,mais bon, je vis au gs parc et franchement que les gens mal eleves restent entre eux,j ai tentais de mettre mes enfts ds une ecole du quartier resultat:en 1 semaine ma fille a eu une contusion du genou,des hematomes,une dent cassee,mon fils un coup de pied au visage,sans compter les vols..!!donc effectivement ca devient difficile de loger des gens qui ne respect rien et dont personne ne veut,invitez les chez vs vs etes aisee je crois???

  19. 06/02/2008 at 18:21 Petit-Raf

    Achille,

    Je suis heureux de te lire quand tu écris qu’exprimer des idées différentes des votres se rapporte à polluer… belle démonstration de la démocratie façon PS !!

    Deux petites choses :

    D’abord il ne me semble pas que ce sera N. Sarkozy ou F. Hollande, selon le résultat, qui vont présider le conseil municipal… on vote pour un bilan et un projet, côté socialiste il n’y a ni l’un ni l’autre.

    Concernant la mixité sociale, j’ai moi-même des amis qui ont des logements sociaux en plein saint-pierre ou aux Capucins. Quant au seuil des 20% de logements sociaux, il en reste 5% à construire (autant qu’à Paris je vous signale), qu’Alain Juppé s’est engagé à lancer (à poursuivre) dès le lendemain des élections

    Désolé d’avoir "pollué" le blog de madame Delaunay, mais cela vous donnera certainement une occasion de plus de laisser un commentaire mensonger dans le courrier des lecteurs de Bordeaux 7.

    Bien cordialement

  20. 06/02/2008 at 19:37 picom

    ben alors mon petit raf, on fait une petite déprime !!

    à la lecture du billet de mister pierre sur vos cyber militants, je ne vois rien de choquant, c’est exactement ce qui se produit depuis 10 jours.
    Faudrait un peu assumer la conséquence de vos actes
    pour que tlm puisse juger du billet de pierre :

    http://www.bordeaux7.com/

    bonne soirée mon raffie !!

  21. 06/02/2008 at 20:32 Colette

    Le cliché des "barres" et des "tours" qui seraient responsables des problèmes internes aux quartiers d’immeubles sociaux est toujours utilisé, colporté, quoique usé jusqu’à la corde, et totalement remis en cause par la loi S.R.U. vieille de sept ans. Les clichés ont la vie dure et sont pratiques pour éviter les vraie questions.
    A force de dévorer, de miter le territoire, l’étalement urbain, le rêve petit bourgeois de "ma maison sur mon terrain" additionné aux éclatements familiaux a atteint les limites du supportable, amené d’autres graves problèmes, mais c’est un autre sujet.

    Six tours de 20 à 22 étages existent au Grand Parc, à Bordeaux. Parmi elles, la C.P.A.M., au cœur de la cité. Les cinq autres, qui sont des immeubles d’habitation, sont situées vers les limites extérieures du Grand Parc, véritables signaux visuels forts d’entrée dans le quartier pour deux d’entre elles : il s’agit des tours F à l’angle de l’avenue Emile Counord, et R, à l’angle du boulevard Pierre 1er. Les deux grands accès du quartier. Deux autres ont également été conçues proches des extérieurs, ce sont les tours A, sur la rue Maryse Bastié, et la tour ST, proche de la rue Mandron. Il n’y a qu’une tour d’habitation proche du cœur du Grand Parc, il s’agit de la tour M. Une petite analyse permet de constater que le Grand Parc a été étudié comme une cuvette, de manière à dégager le centre du quartier : les écoles, stades, équipements et commerces y sont généralement regroupés, et traités en rez-de chaussée, voire R+1 pas plus. Ceci implique que, de chaque appartement, les vues sont le plus souvent dégagées et que les occupants bénéficient de larges horizons. Il y a une majorité de quatre à cinq pièces, souvent traversants, d’où une double exposition pour chaque logement. Le grand espacement entre les tours, l’implantation au sol de la plupart des immeubles du Grand Parc, sur plan orthogonal, fait que les habitants n’ont généralement pas de vis à vis, au moins sur l’une des façades, voire les deux.
    Les barres, qui sont les plus nombreuses, sont de 8à 10 étages, d’une part, et de 12 à 14 étages, de l’autre. Elles forment le cadre du grand parc et sont conçues comme indiqué plus haut. Des barres H et I, dès le quatrième étage, la vue donne d’un côté sur la ville de pierre, en direction du centre ville, et de l’autre, sur le vaste poumon vert du Grand Parc, qui prend alors tout son sens, devenu très lisible devant les yeux. (Je vais envoyer une photo à MD) Il semblerait qu’il y ait une concentration de problèmes dans les immeubles dans les barres H et I, du moins c’est ce qui se dit… Ce n’est pas la faute de la taille des appartements, ni de la vue.
    Parmi ces tours, et ces barres si facilement décriées, se trouvent donc la tour M, M comme Mozart, les barres Condorcet et Montesquieu, sur le cours de Luze. Trois copropriétés, dont personne n’évoque jamais la souhaitable démolition. Ce sont pourtant tour et barres.
    De même que sont aussi des tours les immeubles de luxe de Monaco ou du coin le plus chic de Manhattan, de n’importe quelle mégapole moderne, là où vivent les people qui font rêver. Ceux qui n’ont pas de problèmes de fin de mois et que les personnes en dérive sociale ne fréquentent guère.

  22. 07/02/2008 at 11:19 Le Piéton

    Pour Colette,

    Merci pour cette présentation détaillée du Grand Parc.

    Je crois que vous connaissez bien ce quartier et que vous l’appréciez.
    Je comprends mal pourquoi certains persistent à stigmatiser l’attention des bordelais sur ce lieu de vie.
    Le grand Parc a toujours été utilisé à des fins électorales, attitude qui a largement contribué à sa réputation négative. Je trouve que cela n’est pas correct pour ceux qui y vivent.

  23. 07/02/2008 at 11:55 michele encore

    Ce n’est pas "utiliser" mais servir le grand parc que d’en faire une pièce importante d’un programme électoral. Sans les élections de 2004 où j’ai dénoncé la fermeture longue durée de la piscine, elle ne serait pas aujourd’hui ouverte, d’ailleurs "just in time" pour les élections !

    à Isabelle : vous devinez que je ne suis pas en accord avec votre intervention. Donnez moi par le biais de "contact" plus ample information sur votre lieu précis d’habitation et surtout rencontrons nous à l’occasion de ma permanence bi mensuelle dans ce quartier.

  24. 07/02/2008 at 19:31 BabyBen

    " Avec Sarko, ils font campagne pour nous."
    On pourrait te faire remarquer qu’"avec Delanoé, ils font campagne pour nous." Quand est ce qu’il revient a Bordeaux ? Cet homme a beaucoup de propositions qui méritent d’être étudiés, notement sur l’ouverture des musées le dimanche …

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel