m

Chaleur sur Bordeaux et période de ramadan : l’un et l’autre acutisent les conditions où vivent depuis 10 jours les Sahraouis réfugiés sur un terrain dépourvu de toute commodités.

J’ai la plus haute idée de l’Etat et de son service et j’ai beaucoup regretté que ce que j’ai demandé au Préfet de région et à son Secrétaire général pour les 120 migrants sahraouis délogés il y a dix jours (la mise à disposition d’eau en quantité suffisante pour les soins de toilette) ait du être réalisé par la voie du Conseil Départemental.

Des citernes auraient dues être mises en place dès l’inspection de l’ARS c’est à dire dès le 4 juillet. Rien n’a été fait, sinon la possibilité d’obtenir des bouteilles d’eau dans un local situé à distance. Le Conseil Départemental a du y suppléer par « simple » solidarité humaine car l’accompagnement des demandeurs d’asile relève de l’Etat et non directement des collectivité.

Le Conseil Departemental a agi hier par solidarité humaine et je remercie grandement son Président Jean-Luc Gleyze, ainsi que les deux conseillers départementaux Emmanuelle Ajon et Matthieu Rouveyre. La Mairie quant à  elle a annoncé qu’elle accepterait de participer à une table ronde..

(voir aussi sur ce blog mes communiqués en date du 1er et 3 juillet)

 

 

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel