m

Je découvre au retour de la Rochelle que ce week-end a été un très beau week-end d’automne débutant et que je n’en ai rien su. Ce que nous donnons ici, nous le perdons là, et le temps est si court.

Parlons d’autre chose… S’il est possible, car ce blog finallement, qui va paraître en un petit livre dont le titre est plus qu’un aveu, parle-t-il d’autre chose ?

La Rochelle donc. Une université d’été sans excès d’éléphants, ce qui est plutôt une bonne chose. Les éléphants, c’est connu, prennent beaucoup de place, trop, dans le paysage. Un ça va, deux, trois… Au delà, bonjour les dégats ! Là, c’était trois et on a donc pu se raconter autre chose que des histoires d’éléphants. Je me souviens de ma première Université d’été. J’avais participé à des ateliers passionnants, écouté des interventions du meilleur niveau, la presse ne parlait que d’un sujet « Est-ce que Jospin viendra dîner ce soir ? ». Je crois qu’il était finallement venu, pour ma part je ne m’en étais pas aperçue, mais j’avais été ahurie de constater que les journalistes et moi n’avions pas assisté à la même manifestation. Cette expérience curieuse s’est reproduite depuis à de multiples reprises.

Tout le monde nous mettait en garde : le moral au PS était en berne, l’ambiance à la déconfiture et à la déstabilisation. Comme souvent, cet excès d’affres et de malheurs a secrété des anticorps salutaires et l’atmosphère était plutôt positive. Aucun des militants présents n’avaient le coeur à « battre sa coulpe sur la poitrine des autres », selon la formule de Hollande. Regret donc de nos trois échecs successifs au présidentielles, interrogations, diagnostics, scanners, tomographies, tout l’arsenal du questionnement idéologique était déployé, mais d’excès de repentance, de flagellations distribuées à tout va, point. Et c’est franchement une bonne nouvelle.

Je dis et je répète que des pimpins qui sont volontaires pour s’enfermer dans l’atmosphère surchauffée de « l’encan », boire un mauvais, très mauvais pineau des Charentes comme une fête que l’on partage, ceci tout un week-end, dont la beauté a été cet été une denrée rare, ne peuvent pas être foncièrement mauvais.

Donc mes amis : « Peu quand je m’estime, beaucoup quand je me compare ». Nous sommes certainement déconfits, mais les confits, les cramoisis, les sûrs d’eux, sont à tout prendre plutôt pires.

O bien sûr, nous en avons aussi quelques uns comme ça, qui se sentent appelés à de hautes destinées comme le fût Jeanne à Orléans, Hannibal à Carthage, Bonaparte à Arcole, Sarkozy à Neuilly… Toutes les villes ont leurs faiblesses. Rien de grave.

Discours de Royal, tout en réconfort. Discours de Hollande tout en encouragements à nous dépasser, ou plutôt à dépasser nos travers (nombreux) pour utiliser au contraire toutes nos forces, et elles ne sont pas minces, et elles sont de plus une force dans une société où ces qualités se raréfient : le dévouement militant, la sincérité et le désintéressement de tant d’engagements, la force de réflexion, l’expertise… .

Le soleil rase le sommet de mon marronier, dont les feuilles toutes brûlées par la maladie des marroniers semblent souffrir et appeler à l’aide. Les oiseaux se taisent. Brel en ferait une chanson « nous sommes un soir d’été »…

Comments 11 comments

  1. 02/09/2007 at 22:35 maite cazaux

    Bonsoir Michèle
    Je viens d’ouvrir mon ordinateur et mon 1er clic a été pour ton blogue (comme l’écrivent les québécois). Car je me doutais que tu ferais des commentaires sur la Rochelle. Cette lecture a été bienfaisante, car elle me conforte dans l’espoir qu’enfin les adhérents de mon parti vont prendre en main sa destinée, pour en faire une organisation forte et de nouveau imaginative, capable de proposer aux Français un projet de société du 21ème siècle mais toujours avec comme principe, l’intérêt général qui va de pair avec la promotion de l’individu. Ce qui, nous avons trop tendance à l’oublier, a toujours été l’idéal du socialisme démocratique. Les commentaires journalistiques ont d’ailleurs souligné l’importante participation militante sérieuse et déterminée à s’affranchir des querelles d’ego. .
    Après l’écoute de l’interview de Vincent Peillon, samedi matin sur France Culture, remarquable d’intelligence, de lucidité et d’espoir, les nouvelles de la Rochelle ont bien atténué la fugace colère provoquée par la lecture de Sud-Ouest, la réception d’un carton d’invitation d’un Elu socialiste, ce même samedi.
    Interrogé par Sud-Ouest, mon camarade de Désirs d’avenir, André Grèze, appelle de ses vœux, une candidature d’Alain Rousset à la mairie de Bordeaux, le tirebouchon du même journal annonce celle de Philippe Dorthe. Lequel envoie un carton d’invitation pour une réunion politique sur les municipales de 2008. Au passage, il intitule cela « motion Bordeaux » et baptise son site « forcedavenir ». J’ai trouvé ces deux intitulés très ringard pour le premier, quand on sait à quel point les adhérents abhorrent aujourd’hui les motions qui, par l’institution des courants, ont complètement sclérosé le parti et un peu ridicule pour le second quand on sait à quel point ce camarade a « défendu ! » avec vigueur la cause de notre candidate aux présidentielles. Mais sans doute, est-ce là une preuve d’humour ! Je m’égare et je risque de faire ce, qu’à juste titre, Ségolène Royal s’efforce d’éviter : taper sur les petits camarades.
    Comme la rumeur le diffuse, il ne serait pas étonnant qu’un sondage sorte bientôt pour déterminer lequel ou laquelle serait le mieux placé à cette élection pour la conquête de bordeaux.
    Puisque certains ont fait part de leurs ambitions ou que d’autres s’apprêtent à le faire, que des camarades font part de leur préférence aux organes de presse, je me lance et prend le risque d’être contredite par le sondage.
    Mais non, je ne suis pas candidate. Mon Ego n’est pas tel que je puisse croire avoir les qualités, le tempérament et la notoriété requise pour une telle mission. Je ne suis qu’une militante passionnée, secrétaire de la plus petite section socialiste de Bordeaux, (la Bastide) mais pas la moins efficace, bordelaise toujours, envers et contre tout.
    Michèle, tu le sais, je te l’ai si souvent dit, la seule qui a légitimité à porter les couleurs socialistes et celles de la gauche et de tous les démocrates et républicains de progrès, à Bordeaux, c’est toi.
    Pourquoi, tout d’abord et c’est évident, parce que c’est toi qui as repris, après 60 ans de combat, le siège de députée de Bordeaux à la droite.
    Tu as été victorieuse dans des conditions qui fondent totalement cette légitimité, car cette victoire, tu ne la dois qu’à toi, aux militants et à tous ceux qui, depuis des années, ont bataillé sans l’aide de l’appareil du parti, mais plutôt contre lui et sa condescendance.
    Contrairement aux pratiques habituelles et antérieures, tes deux désignations, en 2004 et pour 2007, se sont faites de manière totalement démocratique. A chaque fois, tu as eu une candidate contre toi, avec une légitimité tout aussi réelle, Marion Paoletti puis Brigitte Nabet. Tu as ainsi respecté le vote des militants sans lesquels rien ne serait possible. Ce sont là des raisons éthiques à ta candidature, car tu ne voles pas à travers la victoire.
    Mais, je sais bien que pour gagner, l’éthique ne suffit pas. Il y a aussi des raisons objectives. Ta notoriété est à Bordeaux, aujourd’hui, aussi grande que celle d’Alain Rousset, par ta victoire sur JUPPE et, objectivement, infiniment plus grande que notre camarade Philippe Dorthe. Certains objecteront (c’est déjà dans l’air) que tu n’as jamais géré une grande collectivité (Dorthe non plus). C’est vrai, mais, une équipe municipale, c’est un collectif et je sais que tu sauras t’entourer des compétences nécessaires. Par ailleurs, tes responsabilités professionnelles au service de ceux qui souffrent t’ont aguerrie et, j’en suis sûre, permis de développer les qualités de gestionnaire nécessaires. Quant à tes facultés de « meneuses d’hommes et de femmes », ceux qui t’accompagnent dans les campagnes électorales savent que tu n’en manques pas ! Je n’ai pas besoin de parler de ta parfaite connaissance et de l’amour que tu as pour cette ville, ni de ton sens de l’intérêt général que tout homme et femme de gauche doit constamment avoir à l’esprit
    Dernier argument et pas l’un des moindres, ta candidature serait aussi une avancée pour la cause féministe, l’égalité des femmes, car depuis Catherine Trautmann, à Strasbourg, il n’y a plus de femmes maires de grandes villes, ni de moyennes.
    Enfin, j’en reviens à l’éthique et au respect de ses convictions. Plusieurs de nos camarades et toi-même, objectent que tu t’es prononcée contre le cumul des mandats. Moi aussi. Mais je tiens aussi au principe de l’efficacité.
    Ce qui m’importe, maintenant, c’est qu’enfin nous reprenions Bordeaux, pour en faire une ville dynamique, belle (elle l’est déjà) mais d’abord au service de tous, généreuse avec les plus démunies. Ce qui m’importe, c’est que dans l’avenir, quand on parlera d’un maire socialiste, on n’évoquera plus le nom de Marquet, et donc du déshonneur.

    Et pour conclure, sur une note légère : avec toi, les jeunes lions et lionnes peuvent croire au renouvellement dans des délais très raisonnables. Tu ne caches pas ton âge. Soixante et un ans en 2008, tu n’égaleras pas Chaban.

  2. 02/09/2007 at 23:05 maite cazaux

    Michèle, un complément à mon précédent billet . J’espère que la "bataille" qui s’annonce pour la tête de liste sur Bordeaux n’entravera pas les travaux de l’université des socialistes bordelais, qui aura bientôt lieu, organisée par le comité socialiste de ville (CSV) sous la direction de Jacques Respaud. Ces rassemblements, initiés d’abord par gilles Savary, puis développés par Jacques et l’équipe du CSV, sous la forme d’une "université" permettent des échanges fructueux. Il ne faut pas que nous nous laissions détourner de ce travail préparatoire, car ce sera, aussi, grâce à ces échanges collectifs, qu’un programme municipal répondant aux aspirations des bordelais sera élaboré.

  3. 03/09/2007 at 00:23 superpado

    Bonjour et bravo,
    Si je tiens à vous applaudir c’est que je vous trouve enthousiasmante !
    Et vous savez que l’enthousiasme déclenche souvent ce rapprochement rapide des deux mains, cela a commencé pour moi le soir de l’annonce de votre élection, un peu plus tard un ami Landais m’a lu au téléphone une chronique que tenait votre père dans Sud Ouest lorsqu’il était préfet de la République « elle a de qui tenir » m’a-t-il dit avec son accent que j’aime tant, votre père était un grand humaniste.
    Il y a eu Melle ou j’ai trouvé votre intervention formidable, là encore je vous ai beaucoup applaudis et ce soir, ou je découvre vos impressions de La Rochelle et là encore je veux vous applaudir.
    Voilà, je ne suis pas dans votre belle ville, j’y ai passé 6 ans, mais aujourd’hui je suis en Corse, chez moi, donc dans l’impossibilité d’aller coller vos affiches ou de partir vous gagnez de nouveaux électeurs.
    De retour de La Rochelle, sur mon blog préféré http://www.leslaunes.com/place_d...
    J’ai retrouvé ce soir une camarade Fabiusienne qui m’est apparu bien fatiguée, presque désabusée et grâce à vous j’ai compris que le très, très, très, mauvais pineau n’était pas recommandée pour garder au cœur l’enthousiasme.
    De toute évidence vous aviez apporté du Bordeaux !
    Très amicalement

  4. 03/09/2007 at 08:53 militant

    Merci, Maïté, pour cet excellent commentaire qui correspond tout à fait à ce que pensent de très nombreux miltants.
    Pour moi deux choses importent:
    1°Philippe Dorthe serait peut-être un bon cadidat pour Bacalan, mais pas pour la sociologie bordelaise qui requiert autre discours que celui auqel il nous a accoutumés.
    2° Une fois de plus, Philippe Dorthe se distingue par un manque de discipline et de respect pour les règles internes du parti. La Rochelle a montré que les militants n’en veulent plus.
    Conclusion: si jamais cette candidature se réalisera, je ne ferai pas campagne pour lui. Mais heureusement on n’en est pas encore là.

  5. 03/09/2007 at 09:40 pticom

    Maité, voila une très belle déclaration qui correspond comme le dit notre ami militant tout à fait à l’état d’esprit des sympathisants bordelais : on cherche quelqu’un tout d’abord qui puisse nous donner un élan mais surtout quelqu’un(e) permettant aux citoyens bordelais de se reconnaitre..
    Pour le mauvais pineau, j’espère en bon charentais vous faire gouter du très bon pineau et du cognac schweppes durant la campagne !!!

  6. 03/09/2007 at 12:32 dominique poirier

    que rajouter Michèle à ton compte rendu de la Rochelle,sinon que j’ai le même ressenti de ces trois jours,les échanges entre camarades de toutes les régions étaient exemplaires soit au sein des ateliers thématiques, soit dehors au soleil dans ce port superbe, point de haine de rancoeur de donneurs de leçons,mais des gens prêts à en découdre contre un seul adversaire "la droite de NSarkozy",et ils sont nombreux à vouloir reprendre la bataille sur le terrain et rapidement.
    Avec des mots simples ils disent que les querelles doivent cesser,que nous devons en rangs sérrés être une force de proposition et non de démolition ,l’intelligence collective doit être utilisée comme une force au service de chacun.
    J’ai entendu des camarades dire combien "socialiste"représente encore d’important,c’est simplement derrière ces valeurs tracées par nos aînés et qu’il nous faut adapter à la société française aujourd’hui que nous arriverons à porter au pouvoir le choix de cette société que nous voulons pour le bien de chacun.
    Et ces valeurs,ce programme il va falloir le porter dans chaque quartier,patiemment en expliquant argumentant que notre pays ne peut devenir celui d’une fracture sociale qui se creuse de plus en plus,dressant les français les uns contre les autres,les jeunes contre les personnes âgées,les hommes contre les femmes,les travailleurs contre les chômeurs,chacun doit trouver sa place et pouvoir vivre dignement dans le pays des droits de l’homme.
    Pour ce qui est de Bordeaux,je me plierais au choix des militants et travaillerait pour gagner une ville qui a besoin encore de respiration et de souffle nouveau.
    Mais au delà de cela,j’ai bien retenu le discours de F Hollande Dimanche matin,respectons les règles de nos instances et respectons nous entre nous pour que les électeurs nous respectent.
    Cessons les ambitions personnelles et raisonnons en terme de "que peut on apporter aux bordelais" et non en "que peut m’apporter Bordeaux"
    Je te fais confiance Michèle pour peser ce qui sera le mieux pour la ville et ne nous précipitons pas dans des querelles de personnes,c’était le leitmotiv à la Rochelle,qu’il le devienne ce jour en Gironde.
    La bataille sera rude et nous aurons besoin de toutes et tous pour aller à la victoire.
    "la démocratie n’est efficace que si elle existe partout et en tout temps"
    Pierre Mendès France

  7. 03/09/2007 at 14:22 FP NICOLAS

    La vidéo de mon camarade Philippe de M. Delaunay à voir sur: http://www.youtube.com/watch?v=7...

    Merci pour ta gentilesse Michele et ta disponibilité, tu m’as redonné confiance avec JL Bianco, A Filipetti et d’autres dans nos élus !

  8. 03/09/2007 at 17:26 M.V.

    Université d’été du MEDEF: "la nature est menacée, nous sommes menacés, y compris les entreprises", a dit Laurence Parisot, avec le sourire, paraît-il! Les patrons ont vanté, sans limite, le développement durable, pour mieux le vendre et se donner le droit de poursuivre la croissance; ils ont été soutenus en cela par J.L.Borloo, qui a précisé "vous ne voulez pas de la décroissance, nous non plus".
    Auraient-ils, inconsciemment, compris que la croissance était la principale cause de nos maux auxquels la rénovation du PS doit s’attaquer? Mais comment?
    Suivons J.Attali dans sa démarche. A la tête d’une mission qui doit vaincre "les freins à la croissance" (Attali est donc pour la croissance, seule préocupation aveugle de la droite), il préfère aux économistes qu’il dénigre dans "l’Express" (cela ne passe donc pas par eux, ni par l’économie), un psychiatre. J.Attali a bien précisé qu’il fallait travailler les questions psychologiques faisant blocage à l’acceptation des réformes nécessaires par les gens. Donc, M.Boris Cyrulnik (qui a soutenu le candidat Sarkozy), va mettre au service de la droite, son principe de la résilience qui n’est pas sans rapport avec un "travail" comportemental menant au dépassement de soi, en fait à la résignation.
    Le champ s’élargit, il ne s’agit plus de la seule lutte des classes, qui d’ailleurs sont brouillées, mais d’un affrontement à des forces diverses, se conjoignant pour rendre tout un chacun docile à l’économie de marché effrenée.
    Comme l’envisage J.Attali, il faudra changer les mentalités, mais pas dans le même sens. La droite a quelques longueurs d’avance. La rénovation devra être profonde et subtile. S.Royal le sait.

    Autre sujet: pour les municipales de Bordeaux, je vois le ticket "Rousset-Delaunay". Notoriétés et compétences en complémentarité.

  9. 03/09/2007 at 18:51 Ding Dong

    Bravo Maïté pour cet excellent billet.

  10. 04/09/2007 at 09:48 arad

    Merci M.V. pour ce subtil commentaire
    Voici le mien
    A l’Université du Medef, les entreprises demandent aux pouvoirs publics de les "protéger" des méfaits de la mondialisation (baisse des charges sociales, crédit impot recherche)
    A l’Université d’été du PS, les socialistes se demandent, si les pouvoirs publics doivent encore protéger les salariés des méfaits de la mondialisation.
    Je me demande qui est le plus complexé ?

  11. 04/09/2007 at 11:15 Bruno

    Michèle, de retour hier soir de Lorraine (mariage, et baptême !), j’ai pris connaissance de tes chroniques rochelaises (avec un plaisir certain) et, du coup, ai "signalé" à nouveau ton blog dans le mien…
    Mais, ce qui me fait intervenir là, c’est l’amitié et un modeste soutien moral suite à ce que j’ai entendu ce matin sur France Bleu Gironde. J’ai été catastrophé en écoutant ces nouvelles et je pense que beaucoup parmi nous penseront à toi, à vous, dans les heures qui viennent.
    Bien à toi. Bruno

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel