m

Dimanche, qui comme une grande part de la journée d’hier va être phagocyté par le rapport « politique de l’âge » que je dois présenter au Groupe SRC de l’Assemblée et, secondairement, à la presse. L’enjeu vaut l’effort.

Depuis quinze mois, le groupe de travail dont j’ai la charge en ma qualité de vice-présidente du groupe a auditionné experts variés, auteurs d’initiatives originales, financiers, directeurs de maisons de retraite, urbanistes … sur cette question essentielle. Il est étrange qu’elle apparaisse si peu dans nos débats. Je l’ai dit déjà : lors de la présentation des motions au Conseil national, les mots de santé, âge, allongement de la vie, n’ont à aucun moment été présentés sauf pour le dernier par la motion Collomb-Royal.

Mon rapport est bâti en trois parties, ce qui n’a rien de très révolutionnaire : le constat, les rendus du large recueil d’informations et de propositions d’une année de travail, et les axes forts que le groupe socialiste portera à l’Assemblée et devant les Français. Ce que du moins nous leur proposerons.

Dans cette atmosphère difficile du Congrès, je crois plus que jamais au travail thématique : analyse, mise en phase de nos valeurs avec des données dont on n’avait pas même idée il y cinquante ans, et à partir de là, propositions.

Je me mets au boulot. Sûr que je reviendrai bavarder à un moment ou un autre sur le blog, en guise de récréation..

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel