m

Exercice difficile qu’un commentaire en temps réel du discours de Ségolène ; obligatoirement des impressions rapides, des oublis ou au contraire des choix particulièrement en phase avec ce que je veux défendre. Je m’étais promis cet exercice en entrant dans ce dimanche particulier. Essayons.

J’ai souffert les premières minutes d’un abus de généralités. Le discours n’est vraiment entré de plein pied dans la politique réelle qu’avec l’évocation de la dette publique (64% du PIB, 18000 euros par Français). Y a-t-il meilleur bilan du gouvernement en place ? Une place très importante donnée à l’économie sociale, couple étrange mais indissociable. Et une place encore plus importante donnée à la jeunesse, très présente dans la salle, très réactive, très en phase avec la candidate. Avec la proposition majeure de l’allocation d’autonomie pour les jeunes. Avec l’obligation d’un premier emploi pour les jeunes après 6 mois de chômage, et pour cela la création de chantiers d’intérêt national.

La politique de l’âge et les personnes âgées n’ont été abordées que par le biais des petites retraites, revalorisées de 5%. Avec une mesure simple, souvent demandée : le versement mensuel et non trimestriel.

Gros chapitre sur le travail et l’attention aux conditions de travail. Ségolène a en particulier mentionné que 25% des salariés travaillent debout en permanence et que chaque jour, surviennent 2000 accidents du travail. La sécurité sociale professionnelle permettant en particulier de ne pas passer par « la case chômage » si l’on veut par exemple créer une entreprise après avoir perdu son emploi.

Le chapitre de la santé a été surtout abordé pour la jeunesse, avec une très belle mesure qui est la gratuité des soins avant 16 ans. J’y aurais presque ajouté l’obligation des soins (en particulier des soins dentaires). Excellent mention aussi du renforcement de la médecine scolaire.

Dialogue social. Une mesure que nous avons demandé en forum (comme plusieurs de celles que je viens de citer) : l’exonération des cotisations syndicales et la création d’un crédit d’impôt pour les travailleurs syndiqués ne payant pas l’impôt. Plusieurs mentions de la « responsabilité sociale et environnementale des entreprises », dont j’ai parlé ici à plusieurs occasions, et qui doit être prise en compte autant pour nos achats que pour les aides publiques.

J’ai trouvé très forte et très juste la montée du discours vers la position et l’ambition internationale de la France et la grande place accordée aux relations Europe-Afrique. Quel candidat accorde autant de place à un continent « oublié » que seuls les Chinois investissent ?

Pardon de ces notes hâtives. Ségolène Royal comme François Hollande ont terminé en disant que c’était maintenant à nous de porter la campagne. Nous avons matière à être nous mêmes.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel