m

Un des dossiers de sans-papiers que j’ai personnellement porté sous les lunettes de M le Préfet Viton est celui de la famille Ter….

Ces dossiers n’étaient que quatre, répondant au cadre de responsabilité que je me suis fixée : personne parlant français et travaillant ou ayant une promesse ferme d’embauche ; raison médicale ; raison humanitaire. Je n’ai soutenu ou parrainé que sur la base de l’un ou l’autre de ces élements (quelquefois plusieurs ensemble).

Madame Ter.. est une femme serbe kosovar de 43 ans que nous devons autoriser et aider à demeurer en France pour des raisons humanitaires. Elle a six enfants, 1 ainé et cinq petites filles.

Elle est arrivée en France avec ses six enfants le 16 février 2007, après avoir vécu 5 ans en Allemagne avec son mari, violent à son égard et à celui des enfants. Les six enfants, âgés de 4 à 15 ans, sont aujourd’hui scolarisés, francophones, assidus en classe et très appréciés de leurs enseignants. L’un a dû subir interventions chirurgicales et hospitalisations. Tous aspirent à vivre et à apprendre sur le sol français. Ils n’ont plus de contact avec leur pays d’origine depuis 2002 (le plus petit n’était pas né, le plus grand avait 9 ans).

Une aide au retour a été proposée à Mme T. qui l’a refusée.

Une obligation à quitter le territoire français a été notifiée à Mme T. le 13 novembre 2007.

Depuis lors, elle vit soutenue sur tous les plans par des membres de RESF et tous ceux qui se mobilisent avec force autour d’elle. Sa santé psychique chancelle.

M le Préfet a pris bonne note de tous les éléments plaidant en faveur d’un permis de séjour accordé à titre humanitaire.

Le père n’est pas joignable. Le Kosovo n’est presque pas connu ou pas connu du tout des enfants.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel