m

Matin dans mon jardin en forme de champ de bataille. Les marrons tombent comme des boulets sur les morceaux de zinc, les poutres, les ferrailles encore accumulés. Plus loin, des sirènes d’ambulance ou voitures de pompiers, réveillant la ville et lui rappelant qu’elle est fragile. Hors cela, tout est tendresse, douce lumière, ombres chinoises des feuillages, petits cris de révolte des oiseaux qui voudraient qu’à cette heure l’espace sonore soit à eux seuls.

Un très beau poème a éclot en commentaire de mon dernier petit billet. Nous parlions hier avec Jean Mandouze, dans cette heure incertaine qu’on appelle curieusement « entre chiens et loups » du privilège que constitue la familiarité avec la nature et la connaissance de ses signess. Comme moi, Jean regarde le ciel, connait la course des heures, identifie les couleurs et les odeurs différentes des saisons. Beaucoup mieux que moi, car en sa qualité de marin il a parcouru des mers qu’aucune illumination troublait, il identifie les étoiles et les constellations présentes dans le ciel selon l’espace et le temps.

Ce priviligège de communion-conversation devrait être inscrit dans la liste des droits de l’homme et la LDH devrait veiller à son respect. Hier, à cette heure de chiens et de loups, un pourcentage considérable d’humains des villes étaient devant leur télé. Beaucoup avaient fait leurs achats dans des magasins sans fenêtre constamment éclairés à la lumière électrique quelle que soit l’heure et la saison. Entre les deux, ils avaient fait le chemin en voiture. Bref, ils ne pouvaient rien découvrir et savoir du jeu des ombres et des lumières sur les arbres et les façades, leur journée aurait pu se dérouler en mars comme en novembre, elle était, littéralement, artificielle.

C’est le cas bien sûr de beaucoup de mes journées aussi : auto, hosto, dodo hier ; train, bureaux et agitation quelconque aujourd’hui. Mais à la moindre halte, je regarde et je respire, je reprends pied et souffle.

Entre temps, les oiseaux ont eu raison des sirènes, la lumère arrive jusqu’à la petite table où j’ai installé mon ordi. Je voudrais que mon wifi volant transporte toutes ces bonnes ondes jusqu’à vous.

Comments 13 comments

  1. 16/09/2007 at 10:41 La Chaloupe

    Merci Michèle pour ces bonnes ondes…

    Toujours le même bonheur de venir te lire…

    Ton caractère entier et ton optimisme transpire à chaque fois…

    Bravo !

  2. 16/09/2007 at 11:17 superpado

    Aprés être partis chercher croissants et journaux tout en haut de mon village, participer à une conversation sur les joueurs de foot Marseillais "qui volent leur salaires" (et ils n’ont même pas l’excuse d’avoir lus la lettre de guy Môquet), mon épicier préféré m’a annoncé (une fois son magasin vidé d’oreilles indiscrettes) que Sarkozy allait certainement m’énerver un peu plus dans la semaine qui vient.
    Faut dire que mon épicier est un ami d’enfance et il me connait par coeur!
    Donc, aprés tout ça, j’ai fait comme vous, je me suis installé dans la cour de mon jardin, j’ai englouti mes croissants avec le Monde de samedi et une fois ce petit plaisir achevé j’ai rallumé l’ordinateur pour aller converser avec quelques amis.
    En rapassant chez vous je me suis aperçu que j’avais oublié d’ajouter le nom de l’auteur à ce trés beau poëme qui est aussi une belle chanson, Léo Ferré.
    Bonne journée.

  3. 16/09/2007 at 11:29 Philippe V

    Je suis très sensible à la luminosité d’automne. Je ne sais comment décrire cette indéfinissable à nulle autre pareille. Hier après-midi, nous sommes allé visiter la Bourse du Travail. Quelle splendeur. Et en sortant, vers 18 heures, cette luminosité était là. Il faisait bon flaner.

  4. 16/09/2007 at 11:54 marc44

    C’est bien là une raison de ne pas ouvrir les magasins le dimanche. La droite sous-entend
    que loisir implique achats, magasins, centres commerciaux "centres de vie" absurdes qu’évoque Michèle. Je suis malheureux de voir ces gens passer leurs samedis, de leur plein gré, dans ces centres de bonheur "toc". C’est aussi le rôle de l’école de leur apprendre qu’il faut écouter les étoiles, ramasser le crottin de cheval pour faire pousser les légumes, connaître les variétés de poires qui arrivent en cet automne, reconnaître les cathédrales de France dans un livre, demander conseil à la bibliothèque municipale pour choisir un livre ou un disque, se lever à 6h00 le dimanche matin et, en écoutant france culture, fabriquer un gâteau pour le goûter des enfants. Ca m’intéresserait que voir s’il y a des sarkozystes qui ont la même façon de voir et de faire. Bon, le problème est que si tout le monde était comme moi, ça ne ferait pas marcher le commerce…

  5. 16/09/2007 at 11:54 marc44

    C’est bien là une raison de ne pas ouvrir les magasins le dimanche. La droite sous-entend
    que loisir implique achats, magasins, centres commerciaux "centres de vie" absurdes qu’évoque Michèle. Je suis malheureux de voir ces gens passer leurs samedis, de leur plein gré, dans ces centres de bonheur "toc". C’est aussi le rôle de l’école de leur apprendre qu’il faut écouter les étoiles, ramasser le crottin de cheval pour faire pousser les légumes, connaître les variétés de poires qui arrivent en cet automne, reconnaître les cathédrales de France dans un livre, demander conseil à la bibliothèque municipale pour choisir un livre ou un disque, se lever à 6h00 le dimanche matin et, en écoutant france culture, fabriquer un gâteau pour le goûter des enfants. Ca m’intéresserait que voir s’il y a des sarkozystes qui ont la même façon de voir et de faire. Bon, le problème est que si tout le monde était comme moi, ça ne ferait pas marcher le commerce…

  6. 16/09/2007 at 12:37 Eric

    Entièrement d’accord. Le jour où la distraction du dimanche sera pour les enfants de passer entre les rayons des grands magasins nous seront tout à fait perdus.

  7. 16/09/2007 at 12:37 Eric

    Entièrement d’accord. Le jour où la distraction du dimanche sera pour les enfants de passer entre les rayons des grands magasins nous seront tout à fait perdus.

  8. 16/09/2007 at 13:28 superpado

    Je sais que vous avez agis comme nous pour cette famille en danger de mort, voilà que la Préfecture remet ça, la traque continue, le combat doit continuer, merci!
    http://www.educationsansfrontier...

  9. 16/09/2007 at 13:28 superpado

    Je sais que vous avez agis comme nous pour cette famille en danger de mort, voilà que la Préfecture remet ça, la traque continue, le combat doit continuer, merci!
    http://www.educationsansfrontier...

  10. 16/09/2007 at 14:27 choqué !

    Visitant hier la mairie dans le cadre des journées du patrimoine, j’ai été choqué par l’attitude des employés municipaux. Sur votre banc, dans la salle du conseil municipal, des visiteurs avaient posé ou collé des petits mots de félicitations, des remerciements et des encouragements.
    Les découvrant, les employés se sont empressés de tout faire disparaitre. On nous répète pourtant qu’à l’occasion de ces journées, les citoyens sont chez eux dans les batiments publics. Il n’y avait ni dégradation ni offense.

    J’espère que l’on vous donnera ces missives. Sinon ne manquez pas de les demander.

  11. 16/09/2007 at 14:27 choqué !

    Visitant hier la mairie dans le cadre des journées du patrimoine, j’ai été choqué par l’attitude des employés municipaux. Sur votre banc, dans la salle du conseil municipal, des visiteurs avaient posé ou collé des petits mots de félicitations, des remerciements et des encouragements.
    Les découvrant, les employés se sont empressés de tout faire disparaitre. On nous répète pourtant qu’à l’occasion de ces journées, les citoyens sont chez eux dans les batiments publics. Il n’y avait ni dégradation ni offense.

    J’espère que l’on vous donnera ces missives. Sinon ne manquez pas de les demander.

  12. 16/09/2007 at 16:49 D.V.

    je ne suis pas étonnée de cette réaction des employés municipaux ; ils ont du en réferer à quelque adjoint qui n’a pas pu tolérer ces signes de sympathie. C’est assez mesquin en effet.

  13. 16/09/2007 at 16:49 D.V.

    je ne suis pas étonnée de cette réaction des employés municipaux ; ils ont du en réferer à quelque adjoint qui n’a pas pu tolérer ces signes de sympathie. C’est assez mesquin en effet.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel