m

Une mauvaise interprétation de ce que l’on appelle « cancers de cause externe » (ou « cancers exogènes ») a conduit à penser que ces cancers étaient dus à l’environnement. De nombreux verts on suivi dans ce contresens le Pr Belpomme qui déclarait à tout va que « 80% des cancerts étaient dus à l’environnement.

Plus de 80 % des cancers sont dus en effet à des causes extérieures, c’est à dire comme dirait M de La Palisse, des causes non internes à l’individu, au premier desquelles les facteurs génétiques et à un moindre degré hormonaux.

Un travail français de l’académie de médecine vient de confirmer ces données. En 2002, 278 000 nouveaux cas de cancer ont été découverts, et 150 000 décès par concer sont survenus. Ceci correspnd à une augmentation des cas de plus de 20% depuis 1980. Parmi les causes de cette augmentation, toutes ne sont pas fâcheuses : l’allongement de la vie, l’amélioration des moyens diagnostique. Pour nombre de cancers, l’augmentation de fréquence ne s’accompagne d’une augmentation de la mortalité.

Parmi les causes malheureusement avérées et indiscutables, le tabac est de très loin le premier. Beaucoup d’entre vous connaissent mon inaltérable faculté à casser les pieds à tous ceux que je vois une cigarette à la main (et plus de trois dans la journée). Un tiers des morts par cancer chez l’homme sont dus au tabac, et ce ne sont en aucun cas des morts enviables. Chez la femme, un cancer sur 10 est dû au tabac. La parité n’est pas une ambition dans tous les domaines.

Les cancers liés à la pollution de l’eau, de l’air ou de l’alimentation ne représentent que O,5 % de l’ensemble. On est très loin des 80% proclamés par certains.

Quelle est la bonne nouvelle dans cette suite de chiffres noirs : c’est qu’un nombre important de cancers sont évitables. Et ce sont souvent ceux que l’on guérit le moins bien.

Comments 18 comments

  1. 16/09/2007 at 16:46 Eric

    le pr Belpomme dit que cette étude ne tient pas compte des cancers dont la cause est inconnue et qui, parce qu’elle est inconnue, peut aussi relever de facteurs de pollution.

  2. 16/09/2007 at 16:46 Eric

    le pr Belpomme dit que cette étude ne tient pas compte des cancers dont la cause est inconnue et qui, parce qu’elle est inconnue, peut aussi relever de facteurs de pollution.

  3. 16/09/2007 at 20:23 superpado

    PARIS (AFP) – La crise du nucléaire iranien impose de "se préparer au pire" qui "est la guerre", a déclaré dimanche lors d’une interview radio-télévisée le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, tout en affirmant que la négociation devait primer.
    "Il faut se préparer au pire" et le pire, a dit M. Kouchner en répondant à une question, "c’est la guerre".
    Il y a des dimanches qui commencent mieux qu’ils ne finissent!

  4. 16/09/2007 at 20:34 michele

    une famille adorable m’aborde alors que j’étais entrain de sortir mes poubelles, pleine de suie jusqu’au bout du nez. La maman me parle de la mise en garde du préfet "vous etes une élue dont nous sommes fiers"… J’avais l’air tellement lamentable avec mes poubelles que je lui ai répondu
    "meme dans cet état ?"

    je raconte cette histoire parce que ce que m’a dit cette famille, c’est ce que dit superpado : l’inquiétude devant l’état du monde et la médiocre , à tous points de vue, présence de la France

  5. 16/09/2007 at 20:34 michele

    une famille adorable m’aborde alors que j’étais entrain de sortir mes poubelles, pleine de suie jusqu’au bout du nez. La maman me parle de la mise en garde du préfet "vous etes une élue dont nous sommes fiers"… J’avais l’air tellement lamentable avec mes poubelles que je lui ai répondu
    "meme dans cet état ?"

    je raconte cette histoire parce que ce que m’a dit cette famille, c’est ce que dit superpado : l’inquiétude devant l’état du monde et la médiocre , à tous points de vue, présence de la France

  6. 16/09/2007 at 21:40 Eric

    la notion de cancers et de maladies évitables est nouvelle ; du moins sa formulation sous ces mots et je crois qu’il faut les diffuser. La responsabilité des citoyens n’est pas tant dans la consommation des médicaments qui entraine une diminution marginale du coût de la sécurité sociale, mais dans cette notion de prévention;

  7. 16/09/2007 at 21:44 Michele

    une autre bonne nouvelle que j’ai oublié de signaler dans mon billet; c’est que , globalement, malgré l’augmentation de fréquence des cancers, la mortalité par cancer diminue (environ de 13% depuis 1968) . Ceci pour insister sur les progrès des traitements mais plus encore sur le dépistage plus précoce.

    La bataille est maintenant en effet sur la prévention, et sur la prise de conscience de cette "évitabilité". Mais aussi sur la prise de conscience des causes qui amènent au tabagisme, à l’alcoolisme et aux addictions. Vous vous doutez que ce sera l’objet de bien d’autres billets.

  8. 16/09/2007 at 21:44 Michele

    une autre bonne nouvelle que j’ai oublié de signaler dans mon billet; c’est que , globalement, malgré l’augmentation de fréquence des cancers, la mortalité par cancer diminue (environ de 13% depuis 1968) . Ceci pour insister sur les progrès des traitements mais plus encore sur le dépistage plus précoce.

    La bataille est maintenant en effet sur la prévention, et sur la prise de conscience de cette "évitabilité". Mais aussi sur la prise de conscience des causes qui amènent au tabagisme, à l’alcoolisme et aux addictions. Vous vous doutez que ce sera l’objet de bien d’autres billets.

  9. 16/09/2007 at 23:10 James

    J’ai travaillé longtemps dans le domaine de la lutte contre la toxicomanie. Ce qui m’a probablement le plus impressionné pendant cette période, c’est un chiffre fourni par des études australiennes de grande envergure selon lesquelles 1 dollar dépensé pour la prévention a en fin de compte le même effet que 7 dollars dépensé pour le "traitement" sous toutes ses formes. Par "traitement" il faut comprendre notamment la répression. L’explication donnée par des experts au fait pourquoi on ne se concentre pas alors sur la prévention? La réponse: il est beaucoup plus facile d’obtenir des moyens budgétaires pour la répression que pour la prévention: La répression permet d’obtenir des chiffres immédiats concrets qu’on peut montrrer au grand public: combien de tonnes de drogues saisies, combien de dealers arrêtés voire condamnés etc. Or, pour la prévention il n’est malheureusement pas possible d’obtenir dans l’immédiat de tels chiffres et l’effet est rarement à démontrer par un clair lien de cause (prévention) à effet (réduction du nombre de toxicomanes, du taux de la mortalité).
    Sans aucun doute, ce que je viens de rapporter du domaine de la toxicomanie est transposable à d’autres domaines, notamment au domaine de la santé publique, peut-être avec une autre ratio, mais pareil en principe. La politique, toujours intéressée de présenter des bons chiffres pour les prochaines élections ou pour le prochain arbitrage budgétaire, suit malheureusement cette logique. D’où la difficulté de réorienter les moyens du domaine de la répression et du traitement vers le domaine de la prévention.

  10. 16/09/2007 at 23:10 James

    J’ai travaillé longtemps dans le domaine de la lutte contre la toxicomanie. Ce qui m’a probablement le plus impressionné pendant cette période, c’est un chiffre fourni par des études australiennes de grande envergure selon lesquelles 1 dollar dépensé pour la prévention a en fin de compte le même effet que 7 dollars dépensé pour le "traitement" sous toutes ses formes. Par "traitement" il faut comprendre notamment la répression. L’explication donnée par des experts au fait pourquoi on ne se concentre pas alors sur la prévention? La réponse: il est beaucoup plus facile d’obtenir des moyens budgétaires pour la répression que pour la prévention: La répression permet d’obtenir des chiffres immédiats concrets qu’on peut montrrer au grand public: combien de tonnes de drogues saisies, combien de dealers arrêtés voire condamnés etc. Or, pour la prévention il n’est malheureusement pas possible d’obtenir dans l’immédiat de tels chiffres et l’effet est rarement à démontrer par un clair lien de cause (prévention) à effet (réduction du nombre de toxicomanes, du taux de la mortalité).
    Sans aucun doute, ce que je viens de rapporter du domaine de la toxicomanie est transposable à d’autres domaines, notamment au domaine de la santé publique, peut-être avec une autre ratio, mais pareil en principe. La politique, toujours intéressée de présenter des bons chiffres pour les prochaines élections ou pour le prochain arbitrage budgétaire, suit malheureusement cette logique. D’où la difficulté de réorienter les moyens du domaine de la répression et du traitement vers le domaine de la prévention.

  11. 17/09/2007 at 09:36 michele

    A james. Merci de cet apport au débat. En cancérologie, le coût financier et humain du cancer est si considérable qu’il faut chaque jour parler de la prévention et du dépistage précoce. Le drame est que la prévention ne vaut que pour certains cancers, parmi ces cancers sur certains groupes de sujet et que l’on ne sait pas toujours définir lesquels.

    Ce n’est pas le cas pour le tabac : c’est un facteur cancérogène fort et concernant tous les fumeurs. Ce qui ne veut pas dire que sans tabac, les cancers n’existeraient pas, mais pour le cancer du poumon par exemple ils seraient réduits de 90%.

  12. 17/09/2007 at 09:36 michele

    A james. Merci de cet apport au débat. En cancérologie, le coût financier et humain du cancer est si considérable qu’il faut chaque jour parler de la prévention et du dépistage précoce. Le drame est que la prévention ne vaut que pour certains cancers, parmi ces cancers sur certains groupes de sujet et que l’on ne sait pas toujours définir lesquels.

    Ce n’est pas le cas pour le tabac : c’est un facteur cancérogène fort et concernant tous les fumeurs. Ce qui ne veut pas dire que sans tabac, les cancers n’existeraient pas, mais pour le cancer du poumon par exemple ils seraient réduits de 90%.

  13. 17/09/2007 at 12:45 Rosa

    j’ai écouté ce matin à france inter qu’aux antilles le cancer de la prostate, particulièrement fréquent, était sans doute en rapport avec les pesticides

  14. 17/09/2007 at 12:45 Rosa

    j’ai écouté ce matin à france inter qu’aux antilles le cancer de la prostate, particulièrement fréquent, était sans doute en rapport avec les pesticides

  15. 19/09/2007 at 01:03 superpado

    Ce soir j’ai fumé ma dernière cigarette, j’ai décidé de faire ça pour moi d’abord et pour vous ensuite.
    Si jamais je "craque", je viendrais ici me faire engueuler!

  16. 19/09/2007 at 01:03 superpado

    Ce soir j’ai fumé ma dernière cigarette, j’ai décidé de faire ça pour moi d’abord et pour vous ensuite.
    Si jamais je "craque", je viendrais ici me faire engueuler!

  17. 30/09/2007 at 18:39 superpado

    J’apprends aujourd’hui que les cigarettes augmentent, j’ai fait le bon choix!

  18. 30/09/2007 at 18:39 superpado

    J’apprends aujourd’hui que les cigarettes augmentent, j’ai fait le bon choix!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel