m

En direct de l’Assemblée où nous débattons du volet santé publique de la loi « portant réforme de l’hôpital »

Après le chapitre concernant l’alcool, nous sommes entrés dans une série d’amendements destinés à lutter contre l’épidémie d’obésité, chez les enfants bien sûr, mais aussi chez les adultes puisque 80% des enfants obèses demeureront obèses.

Un amendement-clef arrive en discussion. Il prévoit que « les messages publicitaires télévisés ou radiodiffusés portant sur des boissons et des produits alimentaires manufacturés avec ajout de sucres, matières grasses ou édulcorant de synthèse, ne puissent être diffusés pendant des programmes qui sont qualifiés par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, d’émissions dont une partie importante du public est constituée d’enfants ou d’adolescents. Ces messages ne pourront être diffusés dans les quinze minutes qui précèdent ou suivent de tels programmes ».

Rappelons que 60% des enfants regardent la télé tous les jours en rentrant de l’école, et que les 3/4 d’entre eux reconnaissent préférer les produits promus à la télévision plutôt que ceux qui ne sont l’objet d’aucune pub.

Quant aux parents, ils sont plus de 80% à acheter les produits « vus à la télé » et réclamés par les enfants.

L’amendement vient de la droite (nous en présentons un comparable) et a été excellemment exposé par le Président de la commission des affaires sociales, Pierre Méhaignerie.

Y a-t-il, devant la gravité des données, la moindre raison de ne pas voter cet amendement ?

Madame la Ministre DE LA SANTÉ, vient pourtant d’inviter au vote « non », sous prétexte d’une charte de bon comportement signée en février avec quelques unes des firmes agro-alimentaires. Mais en quoi cette charte serait-elle trahie si tous sont invités (à vrai dire même contraints) à suivre les dispositions que quelques-uns ont déjà adopté ?

En réalité « la charte » a été signée en février, alors même que la discussion sur la loi avait déjà commencé, pour essayer de détourner la Ministre et les députés de voter la loi, plus contraignante et surtout contraignante pour tous.

Eh bien, que croyez-vous qu’il arriva ?

Une fois encore, les députés de droite, ceux-là mêmes qui avaient proposé l’amendement, ont voté contre lui, à l’exception de Pierre Méhaignerie. Mme Boyer elle-même, responsable de la santé au groupe ump, auteur d’un rapport sur l’obésité largement médiatisé, s’est piteusement reniée, enlevant toute crédibilité future à ses travaux et à ses déclarations.

Le lobby agro-alimentaire a gagné. Obésité et diabète ont de beaux jours devant eux.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel