m

La Ministre Roselyne Bachelot a scotché sur mon bureau la question écrite que je venais de lui écrire lui demandant de rayer de la liste des maladies psychiatriques la transsexualité.

On ne peut que s’en réjouir. Quelles qu’en soient les motivations et en restant vigilant sur les conséquences, voire les arrière-pensées de la Ministre, cette mesure est légitime.

Les Trans- ne sont pas des malades mais bien souvent des souffrants : l’indécision, l’inégalité d’un lieu à l’autre où les tient la loi, les difficultés de tous ordres à retrouver le genre qui est le leur, ne vont pas sans peines et sans efforts. Nous préparons à l’Assemblée Nationale à la rentrée un colloque pour sensibiliser les élus à tous les aspects de la question.

J’ai précédemment interrogé la Ministre sur l’inégalité de traitement appliquée à un trans voulant changer d’identité selon qu’il habite Paris ou Nancy. Ici trois expertises, très coûteuses lui sont obligatoirement imposées, ailleurs elles ne seront pas exigées. Dans tous les cas pourtant le chemin est « long, sablonneux, malaisé ».

Je m’interrogeais sur les motivations de Mme Bachelot. On ne peut écarter qu’elle a saisi à point nommé la journée d’action contre l’homophobie pour dissiper un peu au regard de l’opinion les difficultés qu’elle rencontre pour faire voter sa loi.

Un autre aspect est plus important encore : si les troubles de l’identité de genre ne sont plus inscrits, du moins aux yeux de la loi, au LMD, le registre des affections psychiatriques, continueront-ils d’être pris en charge à 100%?

Il nous faut être très vigilants sur ce point : la prise en charge est exigible jusqu’au traitement chirurgical et hormonal qui conditionne en France le changement d’identité. Ce traitement est lourd pour le patient mais il est aussi très coûteux ; sans prise en charge, la plupart des trans ne pourront y subvenir.

Je m’interroge sur la poursuite de la prise en charge à 100% à distance de ce traitement, n’étant pas sur cela en complet accord avec les représentants trans que j’ai reçus à plusieurs reprises. Même après avoir rejoint leur identité, les trans ont besoin d’être accompagnés psychologiquement, mais si nous maintenons la couverture ALD (Affection de Longue Durée) n’est ce pas la reconnaissance implicite d’un état pathologique ?

Mme Bachelot a peut-être la même interrogation à ce sujet, et aussi un soupçon d’arrière-pensée dans une période où nous sommes enjoints de revoir à la baisse les ALD et leur prise en charge à 100%.

Tout cela ne se règle pas sans une réflexion profonde et posée. Celle-là même que mènent et que portent les trans eux mêmes.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel