m

Le grand Pierre Dac ne pensait pas si bien dire. Dès 1927, il avait trouvé un moyen infaillible de faire du vin rosé : greffer des rosiers sur les pieds de vigne.

La commission européenne, est moins poétique, mais tout aussi sacrilège et elle vient d’autoriser de faire du vin rosé en mélangeant du rouge et du blanc. La prochaine étape sera d’autoriser de mettre quelques gouttes de mercurochrome ou d’éosine (suivant « la robe » souhaitée) dans du vin blanc.

En quelque sorte, la commission légalise la fraude à l’échelle européenne.

Et le gouvernement français a entériné. Le vin rosé connait un certain engouement et se vend bien. Pourquoi, en plus, aurait-il besoin d’être bon et produit selon les règles de l’art ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel