m

Un journaliste cet après-midi m’interroge « Est-ce que vous ne redoutez pas d’affronter le numéro deux du gouvernement ? N’est-ce pas intimidant ? »

Je lui réponds au plus près de la vérité : je ne me présente pas contre Alain Juppé, mais pour une pratique plus simple et plus transparente de la démocratie et pour un programme. Je respecte les personnes, je suis d’une politesse affligeante, mais la hiérarchie en tant que telle, les titres, la notabilité, me sont assez indifférentes.

Pendant tout le temps du mandat d’Alain Juppé, avant 2004, ses courriers, les invitations de la mairie, ont porté la mention « Alain Juppé, ancien premier ministre ». Une dame de ma connaissance, proche du pouvoir et en détenant une parcelle non négligeable à Bordeaux, avait fait ce commentaire sans appel : « c’est pathétique.. ».

Le mot était sans doute excessif. Je dirais simplement « c’était inutile ». J’ai dans les trésors de ma tête (la carte elle-même où est elle ?) le souvenir d’une carte de visite d’André Malraux, alors ministre de la culture de de Gaulle, et au faîte de sa gloire. La carte ne portait que deux mots : André Malraux.

Je reviens à la question de mon journaliste. Au vrai, je redoute la surface médiatique d’Alain Juppé ; s’il concède un débat dont je sois l’interlocuteur, je ne suis pas sans crainte devant l’expérience politique de toute une vie qui est la sienne, mais son titre ne me paraît pas l’objet du débat, ni du scrutin.

Comments 13 comments

  1. 01/06/2007 at 00:53 James

    Etre intimidé par un ministre? Faut peut-être être français pour l’être. J’en ai rencontré et vécu des dizaines dans ma vie professionnelle et je dois dire qu’ils m’ont rarement impressionné. Le culte des princes dans leurs palais avec leurs lambris dorés si cher aux Français qui perpétuent ainsi le goût hérité de l’Ancien Régime ne fait que rire d’autres Européens, pour ne pas citer les Scandinaves qui tutoient leurs majestés qui de leur part se mêlent de leurs citoyens sans aucune arrogance, sans des dizaines de garde-corps comme signe extérieur de pouvoir.
    A méditer, mes très chers Bordelaises et Bordelais.

  2. 01/06/2007 at 02:57 Monica

    Bravo James pour tes références aux pays nordiques. J’ajouterai que lors de "stages psycho" au cours de ma vie professionnelle, il était courant de nous entendre dire qu’il fallait imaginer nos supérieurs en slips (ou caleçons) afin d’argumenter plus facilement avec eux (ça, c’était une illusion pour que tout le monde soit rentable un max). Ceci dit Mr Juppé, bien qu’ancien 1er ministre, porte lui un slip ou un caleçon et va à "popot" tous les matins comme chacun d’entre nousL COURAGE MICHELE

  3. 01/06/2007 at 08:21 Jean-François

    Il est flatteur pour M Juppé de le comparer à Andre Malraux. Et Michèle dans le cas d’un débat d’entre deux tours vous serez dans la peau de l’outsider rentrant sur le terrain mais qui est porté par ses supporteurs et là tout change !!!

  4. 01/06/2007 at 08:33 michele

    à Jean François : justement, je ne le compare pas à André Malraux.. Je montre la différence

  5. 01/06/2007 at 10:28 Jean-François

    Michèle, desole de ma mauvaise interprétation. Il est vrai que voir Juppé rue Lecoq hier après-midi entouré de sa noria de porte serviette faisait penser à un roitelet visitant ses terres….

  6. 01/06/2007 at 14:56 Matthieu

    Michèle, tu dis redouter l’hyper-médiatisation de Juppé, mais rassure-toi, aujourd’hui il n’avait que 3 pleines pages sur lui dans Sud-Ouest!
    Alors, quid du souci d’équité que les journalistes évoquaient à ton endroit?
    En tous cas, à vouloir être partout, on est nulle part. J’espère que les bordelais l’ont bien compris.
    Bon courage

  7. 01/06/2007 at 15:35 M.V.

    Il y a deux bonnes pages dans Libé aujourd’hui sur les législatives à Bordeaux et le tandem Juppé-Martin. Michèle est citée.
    Cela fait plusieurs fois que je me fais avoir, car je suis crédule: à la radio j’ai entendu que l’entretien de Sarko avec Merkel s’était avéré constructif, j’ai su par la suite (sources dans la presse étrangère), que ça ne s’était pas bien passé. Aujourd’hui, sur Fce Culture, j’entends ce matin que Zapatero avait été conquis par la proposition de N.S. pour un traité européen simplifié; je lis dans Libé que Zapatero n’apprécie guère un traité "minimaliste",et souhaite des négociations sur le texte existant, et que l’initiative de N.S. sur la Méditerranée prend Mdrid à rebrousse-poil. VIGILANCE et rétablissement de l’information juste autour de soi!

  8. 01/06/2007 at 17:53 F.R.

    Au risque d’avoir l’ironie facile : Alain Juppé rue Lecoq : Il a besoin d’une basse cour dont il serait le roi ?

  9. 01/06/2007 at 18:17 Pedigree

    A citer Malraux et De Gaulle vous allée être considérée pas très "fashion" par certains et un poiluchon d’une autre époque : celle où effectivement dignité et une certaine hauteur de vue existaient. Malraux, De Gaulle ont laissé des traces, actes et oeuvres, y compris littéraires. Leurs seuls noms impressionnent encore, ils n’ont rien à voir avec la presse people. Ils n’avaient pas besoin de se faire valoir par des attibuts clinquants. Pas de papier bonbon autour d’eux pour mieux se vendre, ni de plan médiatique. Notre époque est un peu paumée dans ses valeurs et références. Mais pas totalement et nous assistons à des (re) prises de conscience. Ce fut le cas le 6 mai à Bordeaux. Le virage entammé depuis quelques temps déjà continuera sûrement. Par votre clarté, vos positions qui reposent sur une foi en l’homme vous y travaillez. Merci.

  10. 01/06/2007 at 18:47 michele

    à Matthieu
    En effet, plutôt une bonne journée : seulement trois pages Juppé dans Sud-Ouest ; ça va pas…

  11. 01/06/2007 at 19:41 pticom

    je sais ce n’est pas gd chose mais le blog de sud ouest lance un sondage sur le cumul des mandats de juppé: allez vous "soulager un peu" meme si cela ne changera en rien l’objectivité et neutralité de notre quotidien "préféré" : pieton.blogsudouest.com/

  12. 02/06/2007 at 17:07 Fanny

    Merci p’ticom, c’est fait. Surprise par rapport à Sud-Ouest (mais peut-être pas par rapport à ses lecteurs, finallement), à cette heure, 53 % des votants sont contre le cumul des mandats, 13 ou 17%, je ne sais plus, sont favorables, 1% ne se prononce pas. Je me relis et ça ne va pas, il en manque ! retour sur le lien et je lis mieux : c’est 15, et non 13 ou 17, mais 15, et pas 15%. Il s’agit du nombre de personnes ayant voté, ce qui veut dire que 69 personnes en tout se sont exprimées. Cela fait une très large majorité contre (presque 77% ), mais sur un petit nombre de lecteurs s’exprimant. Amusant tout de même.

  13. 02/06/2007 at 21:53 michele

    Voilà, Fanny, plutôt des bonnes nouvelles. Et si le bon sens, autant que l’esprit de liberté, l’emportait ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel