m

Deux principes, n’appartenant pas aux mêmes « ordres » pascaliens doivent aujourd’hui répondre à la barbarie. L’un, la laïcité, doit régir l’ordre du monde, l’autre, l’oecuménisme, celui de l’esprit (au sens de foi). Dans un vocabulaire moins pascalien, l’un est d’ordre politique, l’autre concerne les religions et le dialogue avec les religions et entre elles.

Le mot « oecuménisme » est utilisé le plus souvent à propos du rapprochement des religions chrétiennes. Mais -je dirais presque par définition- ce mot a d’abord le sens qu’on lui donne. Le mien est large,ouvert et sans oeillères. Je dis souvent, moitié comme une boutade, autre moitié comme un sentiment profond, que s’il y a un dieu, il est unique.

A la suite de l’égorgement d’un quatrième otage, celui-là notre compatriote et survenu dans des montagnes très proches de nous, les religions ont été fortement interpellées puisque la poignée de barbares qui accomplissent ces actes « qu’aucune bête ne ferait » s’est réclamée des commandements d’un dieu.

Pour cela, l’expression ne peut être laissée à la seule laïcité. « Not in our name » ont ainsi, très justement, proclamé les musulmans anglais. N’est-ce pas la même chose pour tous les croyants ?

J’ai pour ma part exprimé mon souhait que la condamnation ne soit pas le fait des seuls musulmans, mais de tous les cultes ENSEMBLE. Tous ont parmi leurs règles fondatrices: « Tu ne tueras point », exprimé selon des formules diverses mais peu différentes. C’est l’arrêt par Dieu du sacrifice d’Isaac (célébré dans les jours suivant Rosh Ashana, c’est à dire en ce moment-même), ou encore le verset du Coran « qui tue un homme tue l’humanité toute entière ». Il n’y a donc pour quiconque, à l’idée d’une célébration commune autour de cette loi, aucune transgression dogmatique.

En Allemagne, 17 manifestations oecuméniques -ainsi appelées- ont réuni les trois grandes religions dans 17 grandes villes pour condamner les actes de daesh. Pourquoi cette grande voix ne peut-elle s’élever en France ?

Que l’on relise le terrible texte de la Genèse (XXII-12) où l’ange arrête la main d’Abraham s’apprêtant à égorger Isaac.

Chacun en tirera l’enseignement qu’il veut.

 

 

Comments 14 comments

  1. 27/09/2014 at 17:29 Fabienne Courvoisier

    Yvon Quiniou a justement souligné que
    : »l’Hommen’a pas besoin de transcendance pour savoir ce qu’il en est du Bien et du Mal »(la femme est un Homme comme les autres)

  2. 27/09/2014 at 19:28 Colibri

    Peut-être seulement parce qu’en France chacun a compris qu’il n’était nul besoin que les religions se mobilisent de façon ostentatoire pour condamner l’acte barbare qui par définition ne peut relever d’une quelconque religion humaine. L’Islam a grandement participé avec raison et sagesse aux manifestations de réprobation de l’exaction puisque celle-ci avait été injustement commise en son nom. Le monde Musulman s’est joint au Laïc. C’est un soutien sans faille, un appel au secours peut-être aussi de sa part.
    Sauver l’Islam, voila une belle tâche pour une nuée de petits colibris laïcs.

  3. 27/09/2014 at 22:59 Louis

    Vous n’y êtes pas du tout. Le sacrifice d’Abraham n’a rien à voir avec les égorgements des islamistes. Abraham voulait offrir un sacrifice agréable à Dieu qui le lui avait ordonné pour juger de sa fidélité. Alors que les meurtres perpétrés par le islamistes ont pour seul but de semer la terreur. L’islam prohibe les sacrifices des êtres vivants.

  4. 28/09/2014 at 20:17 Maïté CAZAUX

    Chaque fois que mon fils entend dans la bouche des journalistes, comme des politiques, les termes Etat islamique ou Daesh, il enrage. Il enrage car il voudrait qu’on nomme ce groupement d’assassins pour ce qu’il est, d’après lui, une SECTE criminelle. Peu importe qu’elle se prévale du Dieu de l’Islam., c’est une secte, point !

    Je partage son analyse, parce qu’elle reflète, à mon sens, une réalité qui a le mérite de sortir de la stigmatisation qui, qu’on le veuille ou pas, frappe les citoyens de confession ou de culture musulmane.

    Des sectes, il en nait et en naîtra tout le temps. Après tout, ne dit-on pas souvent que le christianisme est une secte du judaïsme qui a réussi.

    La secte n’est pas condamnable tant qu’elle ne nuit pas à l’individu, à autrui, tant qu’elle ne dérive pas. Officiellement, d’ailleurs, on utilise les termes de dérives sectaires quand il s’agit de dénoncer, poursuivre les manipulations et autres nuisances de ces groupes.

    Or les sectes relèvent de tous les champs, religieux, athées, laïques, politiques,etc.

    Voilà pourquoi, Michèle, il me semble que, face à la secte Daesh, pas besoin de parler de laïcité et d’oecuménisme, parlons tout simplement de ré-union/ré-action démocratiques et tous ensemble, citoyens incroyants comme croyants, oeuvrons pour dénoncer et lutter contre ces manipulateurs sanguinaires

  5. 28/09/2014 at 23:26 abbé

    Louis, vous essayez là d’interpréter le billet contre le sens du texte. La citation de cette histoire de l’Ancien Testament vise à donner un exemple biblique où Dieu s’oppose à ce qu’Isaac soit tué. On aurait aussi prendre le 5e commandement, mais pourquoi pinailler de cette façon? Vous feriez mieux de soutenir le message du billet.

    • 29/09/2014 at 12:11 Louis

      Monsieur l’abbé, je ne pinaille pas. Mais je ne peux pas laisser mettre en parallèle les assassinats islamistes et le sacrifice d’Isaac, ce qui serait blasphématoire. C’est pourquoi j’insistais sur la motivation d’Abraham : il s’apprêtait à sacrifier son fils parce que Dieu le lui avait d’abord demandé, pas pour des raisons personnelles. Après avoir éprouvé la fidélité d’Abraham, Dieu a arrêté son geste meurtrier pour signifier que les sacrifices humains qui lui étaient offerts ne lui étaient pas agréables. Il semble en effet que chez les premiers Hébreux, les sacrifices humains étaient pratiqués. Rien à voir donc avec les pratiques barbares des islamistes. Comparaison n’est pas raison.

  6. 29/09/2014 at 09:00 Leo

    L’idée soulevée par michele d’une prise de parole ou d’une manifestation commune n’est nullement « ostentatoire » et permettrai de ne pas stigmatiser l’islam ou les musulmans comme prétendus coupables. Not in our name, pourrait désigner l’ensemble des croyants.

    • 29/09/2014 at 21:55 Louis

      Le problème des musulmans est que plusieurs versets du coran invitent les croyants (i.e. les musulmans) à rudoyer les incroyants. Notamment de les frapper au niveau du cou … Ce qui peut expliquer le caractère tardif et embarrassé de leurs réactions. Il n’y avait que quelques centaines de personnes à la manif devant la mosquée de Paris.

  7. 29/09/2014 at 09:05 klaus

    Les non-croyants sont évidemment admis!

  8. 29/09/2014 at 18:06 abbé

    Louis, l’essentiel est: Dieu ne veut pas qu’on tue. Il l’a montré dans l’épisode d’Abraham et Isaac. Il l’a érigé en principe dans le Cinquième Commandement. C’est tout, le billet de Michèle Delaunay ne dit rien d’autre.
    Par ailleurs, notre hôte ne compare pas l’holocauste ou d’autres formes de sacrifice des premiers Hébreux avec les assassinats de daesh prétendus au nom d’Allah. Tout a été dit à ce dernier sujet par les autorités musulmanes de France qui condamnent ces actes barbares non seulement en tant que musulmans, mais en tant que citoyens français et donc au-delà de toute appartenance religieuse.

  9. 29/09/2014 at 22:54 Colibri

    La prise de parole n’est nullement ostentatoire quand elle émane des représentants du culte musulman puisque l’acte commis l’a été indûment au nom de leur religion. Il est juste et légitime qu’ils interviennent.
    Pour les autres, je maintiens le terme : Quand en Arabie Saoudite, on décapite au nom de la loi civile, qui n’est en fait qu’une interprétation de la Charia, personne ne dit mot. C’est pourtant, là aussi, bel est bien de la barbarie.
    Ces petites déclarations sur parvis ne sont rien d’autres que des occasions de se donner bonne conscience, tant pour ceux qui les organisent que pour ceux qui y participent. On reste surpris qu’un débat approfondi n’ait pas eu lieu à l’Assemblée sur le sujet car ce qui c’est passé n’est rien d’autre qu’un acte de guerre.

  10. 30/09/2014 at 11:20 francis

    le commandement « tu ne tueras point, des tables de Moïse est bien général
    et souffre des exceptions, en cas d’autodéfense, de conflit armé.
    dans ces interprétations nécessaires, les extrémistes glissent leur fanatisme meurtrier.

    wikipedia :
    La traduction classique de ce commandement est Tu ne tueras point, mais la traduction d’André Chouraqui Tu n’assassineras pas11 recadre ce commandement dans le contexte du reste de la Bible. La traduction œcuménique (TOB) dit : Tu ne commettras pas de meurtre (Ex 20,13)12.

  11. 30/09/2014 at 11:37 Louis

    J’ajoute une certain nombre de points que les musulmans doivent clarifier, dans leur intérêt. Notamment la sentence de mort qui vise les musulmans qui abandonnent l’islam (prévue par le coran) et en application dans plusieurs pays musulmans. Dans les pays musulmans « modérés » comme le Maroc, l’apostat risque trois ans de prison. Ce qui pose le problème de la liberté religieuse sur lequel il est impossible de transiger. Egalement l’interdiction pour une musulmane d’épouser un non-musulman.

  12. 17/10/2014 at 09:56 Marc EGIDE

    « si il y a un Dieu il est unique ». L’enfer est pavé de bonnes intentions…
    Le tétragramme qui dans les religions dites « révélées » désigne le mystère du tout puissant est en fait un pluriel et pas un singulier.
    On confond entité spirituelle immatérielle et transcendante avec un « Dieu unique » (par opposition au polythéistes).
    Il y a différentes religions et donc de croyances. Chacune porte sa part de vérité.
    Si Dieu est « unique » alors celui qui dit vrai est le mien !
    Si tu crois différemment, mon frère (ou sœur) alors l’un de nous est dans l’erreur.
    Comme ça ne peut être moi, en toute magnanimité, je te laisse quelques jours pour reconnaitre ton erreur sinon….
    C’est ainsi que chaque page de la bible est couverte de sang de tous les crimes et assassinats commis au travers des siècles, au nom de l’intolérance !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel