m

C’est une expression qu’affectionne particulièrement Philippe Madrelle. J’en aime aussi la belle simplicité, que ne renieraient ni La Fontaine, ni Perrault (celui des contes).

La tête dans les étoiles européennes, les pieds sur la terre multi-séculaire, mille fois historique (ayant vu tant d’inutiles batailles, de vains affrontements, de morts par milliers) de notre continent européen.

Voilà qui ferait un beau slogan (je déteste le mot « slogan ») pour la présidence française. Du côté des étoiles, l’aspiration à l’Union en face, mais aussi aux côtés, des continents émergents et de la bascule des civilisations.

Du côté de la terre, la volonté, chevillée au corps, d’une Europe sociale, monitrice d’un nouveau modèle de société.

Nous avons peur d’avoir peur, alors que nous avons tout. Et que tant n’ont rien.

Juste pour la formule : j’ai si souvent l’impression, lisant les journaux, écoutant des propos qui me rasent ou qui me révoltent, que nous avons les pieds sur les étoiles, occupés à les fouler, et la tête en l’air.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel