m

Bordeaux nous donne l’exemple, en réduction, d’un Etat UMP. Le parallèle entre la politique nationale et la politique bordelaise est bien souvent instructive.

C’est aujourd’hui la fête du vin qui montre l’esprit d’ouverture et le respect des règles républicaines par notre municipalité.

Cérémonie d’inauguration à 13 heures. Prise de parole : Laurent Courbu, président de la chambre de commerce, Alain Juppé. Point final.

La parole n’a été donnée ni au Conseil Régional, en la personne de Philippe Dorthe représentant le Président, ni au Conseil Général, les deux institutions finançant à hauteur de 86 000 euros chacune, somme à laquelle s’ajoutent le montant de la location des stands et la mise à disposition du personnel pour animer ces stands.

Lors de la visite des stands, même chose. Les représentants du Conseil Général et Régional sont laissés derrière. La députée (en l’occurence ma pomme), essaye de demeurer dans la ligne de tête, comme le protocole républicain le lui enjoint. Juppé tire son épouse vers lui pour qu’elle reste à ses côtés, de l’autre le pack de rugby constitué par Martin et Delaux est appelé en renfort.

Juppé me dit très précisément quand je manifeste ma volonté de demeurer à ma place : « Excusez moi, Madame, mais ma femme désire se mettre à côté de moi ». – « Monsieur le Maire, n’avez-vous pas deux côtés ? » Il attire aussitôt de l’autre Nathalie Delattre, sans doute parce qu’elle est la tête d’un château viticole. A sa majorité, il dit avec délicatesse en me regardant « ça commence à faire ! »

La place de l’épouse dans les manifestations officielles est aujourd’hui dictée par l’exemple Nicolas-Carla. Je ne suis pas sûre que cette pipolisation, dont nous avons les retombées moins éclatantes, soit un progrès. Le rôle de l’épouse est tout en finesse, elle ne prévaut en aucun cas sur les femmes ayant des responsabilités. Carla Bruni a au demeurant plus de tact.

Je pense très souvent à ce que serait l’attitude de Jacques Chaban-Delmas, aux côtés d’une femme l’ayant battue aux élections : « Michèle, jamais je n’aurais imaginé être battue par une femme d’une telle qualité ! C’est un plaisir pour moi de vous avoir à mes côtés ! Ah, les Bordelais ont de la chance de nous avoir l’un et l’autre pour les représenter ! »

Personne n’aurait été tout à fait dupe, moi la première. Chaban préférait faire plaisir qu’humilier.

Question de nature..

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel