m

K.O. debout mais, comme il faut en toutes circonstances, fût-ce les pires (et on n’en est pas très loin), plus debout que K.O.

Je ne vais pas vous resservir les vieux trucs : « Quand on est au fond, on ne peut que remonter » et autres variantes. Je crois tout au contraire que le mauvais attire le pire, que le malheur invite le désastre à sa table … Autrement dit, que s’il faut faire un pas, ce n’est jamais dans le sens de l’adversaire.

Non, je vais vous servir mes trucs à moi, déjà plusieurs fois évoqués dans ce blog : aller à l’essentiel, chercher ce qu’on peut faire soi-même, tout seul dans son coin, sans rien demander à personne.

Première chose : réfléchir. Oui, le résultat de l’ « élection » est entaché de doute. Pourquoi ?
– le délai entre les résultats dans les sections et l’annonce officielle. Même au PS, nous ne sommes plus au temps des pigeons voyageurs. Pigeons souvent, voyageurs quelquefois, mais les deux ensemble, c’est dépassé. La veille, les résultats, pourtant plus complexes, ont été obtenus beaucoup plus vite.
– l’analyse des chiffres. La Gironde et l’Aquitaine ont progressé, comme un vol de passereaux, en faveur de Ségolène Royal. Dix points en Gironde. Charisme des leaders ou élan militant ? Les leaders en question n’étant pas majoritairement en faveur de SR, j’ai tendance à penser que la deuxième proposition est la bonne.

Pourquoi, alors, en serait-il autrement, dans quelques territoires protégés de l’élan national ? Le Nord et la basse-Normandie, sont-ils protégés, comme la France à l’époque, du nuage de Tchernobyl ?

Deuxième sujet : faut-il contester pour autant les résultats et sous quelle forme ?

Demander le recompte des bulletins ne sert de rien : ce n’est pas dans leur compte qu’est le doute, mais dans leur arrivée dans l’urne. Argutier sur la tenue du vote d’hier, ne fait que ternir l’image du PS, aviver le « tous pourris » que beaucoup de Français, tentés par les substituts actuels de l’extrème droite, n’ont que trop tendance à trompeter sur les toits. Demander un nouveau vote ? Ce matin, grognon comme il n’est pas possible, je le trouvais inutile. C’est prolonger ce feuilleton délétère que nous offrons aux médias et aux Français
Ce soir, je crois que nous ne devons pas nous y soustraire. Accepter le résultat gentiment, mollement, c’est courber l’échine, être plus K.O. que debout. Martine Aubry et François Hollande seront placés en face de leur responsabilité. Pour ma part, je pense et je crains que le conseil national entérinera le vote. Mais je n’en suis pas tout à fait sûre non plus , si le brouhaha militant, dont ce blog fait partie, est suffisamment fort.

Si le vote est refusé, quoi faire ? Eh bien, retourner aux fondamentaux, pas seulement du socialisme, mais de l’existence humaine : travailler, résister, faire bon visage. Pour ma part : me réfugier dans la compétence sur les dossiers qui me sont chers (santé, travail..), en témoigner sur le terrain, montrer la distorsion entre le socialisme d’ « en haut » , et le socialisme vrai.

On se tient au courant. Et surtout : on est ensemble dans l’épreuve.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel