m

Dans une interview au « Monde », à paraître ce soir (je n’ai encore que le compte rendu radio), François Fillon annonce (j’allais dire : avoue) que le gouvernement ne contournera pas la décision du Conseil constitutionnel concernant la défiscalisation rétroactive des intérêts d’emprunt engagés pour la résidence principale. Le texte exact de sa déclaration sera très important à lire.

J’aimerais vous dire qu’il a ajouté que la lecture de mon blog l’avait grandement influencé. En réalité, c’est sans doute plutôt l’examen des comptes de la nation. La mesure coûtait à peu près autant que le budget du ministère de la justice.

Quoi qu’il en soit, je ne suis pas sûre que Christine Lagarde n’ait pas été un peu vite en besogne dans ses annonces…

  • voir billet du 19/08

Comments 1 commentaire

  1. 22/08/2007 at 12:29 michele

    la déclaration complète, publiée dans le monde en date de ce jour, confirme en effet que le gouvernement prend acte du jugement du conseil constitutionnel, mais n’a pas abandonné le projet de mesures incitatives compensatoires. Dans le texte, il n’est pas possible de savoir si ces mesures auront un caractère rétroactif.

    Dans cette meme déclaration, Fillon garde le cap d’une croissance à 2,5 points fin 2007, malgré le deuxième trimetre catastrophie (0,3 au lieu de 0,6 espéré) ; Tous les instituts viennent en contradiction de cette "selffullfilling prophety" en prédisant au maximum 1,8 ; gardons en tête ces chiffres.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel