m

Neuf lois contre la délinquance depuis 2002 à l’initiative de Nicolas Sarkozy. Toutes inopérantes, pas encore appliquées que déjà remplacées ou plutôt superposées…

Cela a valu une très belle répartie du Président de l’Association nationale des juges de l’application des peines (JAP), Michael Janas, pointant la disproportion entre les effectifs de magistrats, de médecins et de travailleurs sociaux, et l’inflation des textes :

« On a l’impression d’être dans un immeuble qui s’effondre et qu’à chaque fait divers on ajoute un étage. Aujourd’hui, nous n’arrivons même pas à appliquer la loi sur le suivi socio-judiciaire qui date de 1998 ! »l

Comments 8 comments

  1. 22/08/2007 at 17:45 F.R.

    Tout ceci devient très sensible, évident, même pour les convaincus ayant voté Sarkozy des deux mains. A trop en faire…

  2. 22/08/2007 at 19:22 Cha

    Je pense que cette volonté affichée de notre Président "multi récidiviste" de faire une loi pour résoudre tous les pseudo dysfonctionnements devient inquiétante pour notre démocratie. A ce jour les convaincus de la première heure sont dans le discourt suivant "enfin un Président qui agit", les "moyennement convaincus" en sont à dire "bof de toute façon ils font tous la même chose" et les opposants s’arrachent les cheveux. Mais pendant ce temps là, Nicolas attise toujours les haines, monte aujourd’hui la population contre les magistrats devenus soudain incompétents (n’oublions pas que la loi Guigou n’est pas appliquée par manque de moyens). Sans vouloir faire de catastrophisme nous devons être extrêmement présents et rester vigilents, l’institution judiciaire doit rester indépendante (elle est garante de nos libertés) et doit avoir d’avantage de moyens. Le budget de la justice en France est un des plus bas d’Europe. Difficile dans ce cas d’avoir une institution qui fonctionne bien, mais Nicolas ne semble pas s’en soucier….il ne peut pas tout faire.

  3. 22/08/2007 at 22:38 James

    Le comble est la dernière de Sarkozy: d’abord il fait des promesses inconstitutionnelles comme appât pour des électeurs naturellement peu informées et après il leur dit: pas de chance pour vous, adressez vous au conseil constitutionnel qui est le coupable! Grand juriste devant le Seigneur, il savait évidemment qu’il aurait la censure pour toute rétroactivité d’une loi fiscale alors que les membres du Conseil consitutionnel (tous de droite sauf Pierre Joxe!) ont juste faire leur boulot.
    Un président bananier.

  4. 23/08/2007 at 09:34 Alain

    Effectivement. N’importe quel candidat à des élections est totalement responsable de ses promesses, et, au niveau des "grandes "élections, a fortiori les présidentielles, un candidat tel que Sarkozy – avocat d’affaires, donc juriste lui-même- est entouré d’un staff d’hommes de loi. Son programme est étudié, concocté, affiné à la virgule près. Il ne peut dire qu’il s’est trompé, comme le pourrait peut-être -encore que- un maire d’un petit village de 300 habitants. Il pouvait s’attendre à ce blocage. S’il était élu. Une fois élu…

    Il n’assume pas ses responsabilités, se fiche de la tête du monde, et, c’est grave, met en cause le conseil constitutionnel, donc la loi, qui peut par conséquent être néfaste, laisse t’il entendre.

    Nicolas Sarkozy brandit la loi pour les autres, la fustige lorsqu’elle s’applique à lui. Belle leçon de démocratie ! C’est ça, être clair ?

  5. 23/08/2007 at 10:20 Fred

    Et où sont les psychiatres auxquels cet empilage de lois promet tant de taches ? Ni en ville, ni dans les hôpitaux, il n’y en a en nombre suffisant, et ils ne sont pas formés pour cet aspect particulier de la psychiatrie. Tout cela est effet d’annonce, mensonge, bla-bla.

  6. 23/08/2007 at 11:15 james

    Ajoutons l’aspect néfaste de l’annonce de verser la somme prévue pour ceux "avant le 6 mai" à ceux "après": il est certain que ceci stimulera encore davantage la spéculatation immobilière avec tout ce que ceci signifie pour les "petits acquéreurs", les communes, etc.
    Il aurait été décent de renoncer tout simplement à cette partie de la somme pour diminuer l’endettement de l’Etat qui sera inéluctable dans la perspective de la faible croissance annoncée par tous les économistes…

  7. 23/08/2007 at 11:41 michele

    Absolument, James ! les premiers bénéficiaires de la défiscalisation des intérets d’emprunt sont les agents immobiliers, qui ont d’ailleurs benoitement exprimé leur grande satisfaction après la prise de ces mesures.
    On peut aussi craindre que les banquiers remonteront les taux d’interet, du moins dans la tranche défiscalisée. Mais bien sûr j’exagère, les banquiers sont des philantropes, il n’en auront pas l’idée !

    En un mot, il y à craindre que la mesure soit un cadeau empoisonné qui enchérisse le prix de l’immobilier, déjà tellement dissuasif, et le coût du crédit

  8. 23/08/2007 at 13:44 Rosa

    Le President multi-récidiviste est une trouvaille !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel