m

La charge évocatrice des la littérature une fois encore démontrée… Don Quichotte, qui n’avait à ma connaissance qu’un ami (Sancho) et une vieille jument (ransinante) a maintenant des enfants, plus nombreux chaque jour.

Nombreux à Bordeaux en cette fin de matinée grisâtre et mollement pluvieuse. Les tentes ont poussé d’un coup, petits champignons ronds autour des dernières cabanes du marché de noël et du très beau manège des allées de Tourny. « Le peuple, c’est tout le monde », m’a dit Madeleine qui est une des voix de ce blog (je ne sais comment dire: commentatrice est faux, vos prises de paroles sont beaucoup que des commentaires). Le peuple, en effet c’est tout le monde, ceux que j’appelle les citoyens, ceux que je voudrais appeler tout simplement les humains, les frères humains, selon les mots de François Villon, aussi définitifs que ceux de Cervantès.

La force de l’action des enfants de don Quichotte, est double : faire prendre conscience de la profondeur du problème des pas/mal/ou trop chers/logés. Exercer une pression sur les pouvoirs publics, qui comme on le voit chaque jour ne bougent que sous l’action d’une forte poussée se conformant ainsi scrupuleusement au principe d’Archimède. Les petites tentes rondes font beaucoup plus qu’abriter, bien sommairement et bien insuffisamment, les SDDT (sans domiciles du tout) de nos villes.

Les paroles d’Hugues Martin (tiens, pourquoi Hugues Martin, où est Alain Juppé ?) dans Sud-Ouest ce matin m’ont sidérée. Il accuse le mouvement « de prendre en otage une population en difficulté »; « C’est indécent… ».

« Indécent » est un de ses mots favoris. Indécent en effet de vouloir abriter, porter au grand jour la détresse de ceux qui n’ont plus un lieu, une place, un refuge et un rempart sur terre. Indécent, en effet, de ne pas se suffire des mesures municipales (quelles mesures ?), du repas « des plus démunis », une fois par an… Tout cela, ajoute-t-il « répond largement »aux besoins immédiats. Ce « largement » est une perle absolue, que ne paraissaient pas apprécier à sa juste valeur ceux qui étaient ce matin allées de Tourny, et qui mettaient leur prénom sur la tente qui allaient bien mal les abriter pour les jours à venir.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel