m

Et maintenant, je sais ce que je veux , je sais ce que je vaux. Bon, d’accord, pas devant l’éternité, pas devant un Saint Pierre laïc qui me demandera « Qu’est-ce que t’as fait de ta vie ? », mais devant un auxiliaire (au demeurant hiérarchiquement modeste) s’occupant des élections municipales de Bordeaux. Je ne suis pas sûre que ce soit un job brillant au regard des problèmes du monde, mais c’est un job comme un autre , et en tout cas c’en est un qui nous concerne.

Pourquoi je dis ça : interviewée tout à l’heure par Fr3, j’ai été proprement géniale (troisième degré de rigueur), expliquant combien cette élection municipale anticipée était « tout sauf un exemple » dans une période décisive, un tournant du monde, où l’exemplarité est une exigence conditionnelle au regard de la gravité des enjeux et du risque que les citoyens se détournent définitivement de la politique. Ou nous gardons cette rigueur comme critère, ou nous allons nous coucher, bien gentiment, à suivre les lois du marché et de la promotion médiatique…

Résultat de cette intervention « brève mais géniale », où j’avais produit, très précisément, les quarantes secondes demandées en deux mini-pavés de 20 secondes : – trente secondes environ à Pierre Hurmic , – six à sept secondes pour le PS (en l’occurrence ma pomme, même pas la première moitié de ma première phrase) et une minute entière pour des images « people » d’Alain et Isabelle Juppé ; aux Capucins, choix d’interviews favorables ou neutres alors que je sais (et je m’engage sur ce que je dis) que les autres, les défavorables, les rejets de ce retour scandaleux, ont été majoritaires.

Je me suis promise que ce blog ne serait jamais grincheux ou grognassou après le moindre petit événement. Je le promets toujours, mais enfin, amis, frères humains, qui trouvez qu’une ville n’est jamais trop libre, l’horizon jamais trop large et la parole jamais trop fière, eh bien, je vous le dis, ça va pas, on peut plus continuer comme ça ! C’est de démocratie qu’il est question !

Nous sommes tous des humains, égaux et libres, pas des animaux nourris de picotin. Ayons de la force, soyons beaux, soyons fiers, travaillons comme des féroces. On est les meilleurs !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel