m

Ouverture du Conseil : Harlem Désir présente la « feuille de route » de la Première Secrétaire, que la plupart des participants ont découvert sur leur siège, alors qu’ils vont devoir voter tout à l’heure.

Premier débatteur : Julien Dray
« J’ai eu un avantage sur vous : j’ai reçu le texte hier après-midi. J’ai donc pu le lire ». Julien Dray dénonce les fausses additions (untel représente 30%, Untel 70%..) et l’absence de texte commun des motions qui prétendent aujourd’hui s’additionner lors de la commission des résolutions. Sur le texte : « Ce texte a en réalité été écrit pour que certains ne puissent pas le signer » « Nous allons faire des propositions sur la politique salariale ». « Sur la question du fonctionnement du Parti … Il y a une règle sur laquelle je ne reviendrai jamais, c’est l’autorité du vote des militants pour la désignation du candidat à l’élection présidentielle. Sinon, comment sera désigné ce candidat ? Dans un bureau ? » « La question essentielle pour l’avenir du Parti, c’est le rassemblement et l’Unité. On ne peut pas diriger ce parti en pensant qu’il y a une bonne partie et une mauvaise partie à ce Parti ».

Bertrand Delanoë
« La première secrétaire doit pouvoir se mettre au travail sur un contenu politique. Aujourd’hui il y a un texte que j’assume totalement au nom de la motion A. Il faut donner une assise de fond à la future direction. Nous voulons faire de ce texte un instrument d’efficacité. »nous devons être une opposition combattive, une opposition de gauche et une opposition efficace, mais en meme temps nous avons le devoir de redevenir une alternative, mais disons-le franchement, nous ne le sommes pas encore. (…) Nous devons etre cet instrument qui redeviendra progressivement l’instrument dont les Français vont se servir pour avancer. La motion A s’engage pour dire que le parti doit être exigeant avec lui même. La motion A est fière d’amener à la nouvelle équipe des hommes et des femmes qui vont nous faire avancer. Nous devons être ce que les Français attendent de nous. Il faut le faire et c’est maintenant ! »

Henri Emmanuelli
« Nous sommes au terme d’un congrès qui n’a pas été exemplaire et qui a duré trop longtemps. Il faudra réfléchir à l’avenir s’il faut que nos congrès occupent 3 ou 4 mois, et avec la préparation, la moitié d’une année. L’exemple démontre que ce n’est pas toujours clarificateur. Le texte présenté est un compromis et nous le soutiendrons. (…) Etre dans la minorité, ce n’est pas être dans la mauvais moitié du Parti. Moi, je ne vois aucun malfaisant. N’est ce pas Vincent ? Nous avons une responsabilité énorme, le Président de la République et le Gouvernement ne sont pas à la hauteur de la situation. La relance finit en queue de poisson. C’est Devedjian la relance ! Si je suis monté à la tribune, c’est pour demander à la Première Secrétaire de nous mettre au travail. On attend de nous qu’on bouge, qu’on bouge, et vite. »

François Rebsamen
« Je veux redire dans quel état d’esprit la motion E aborde ce Conseil National. Nous avons fait savoir tout au long du congrès notre disponibilité et notre volonté de rassemblement. Je veux exprimer notre regret que cela n’ait pas pu se faire. Nous avons reçu HIER un texte d’orientation politique pour trois ans. Harlem nous a fait un résumé : il faut le remercier parce que beaucoup de ceux qui vont avoir à voter n’ont pas pu le lire.
Dans ce texte, nous retrouvons à peu près tout ce que le Parti Socialiste a proposé depuis 5 ans. Nous nous pensions qu’entre Gérard Filoche et Michel Rocard, il y avait place pour la motion E. Vous prenez une lourde responsabilité de ne pas associer tous ceux qui de Gerard Collomb à SR ont porté notre motion.
Le texte affirme l’ancrage à gauche du PS. Est-ce que ça voudrait dire qu’avant le PS n’était pas à gauche. Je ne parlerai pas de la question du Modem, puisque toi (Michel Destaut, nouveau Président du Conseil National et Maire de Grenoble) comme moi, tu as fait alliance avec le MODEM. Toi, seulement, tu l’as fait dès le premier tour, sans avoir rassemblé la gauche dans le même temps »
Je voudrais que nous fassions figurer le mot « éducation » dans ce qui compose le coeur du socialisme. je ne sais pas mon cher Bertrand si tu as lu le texte. Dans ce texte, il y a une phrase « il nous faudra régler et débattre la question de la désignation de notre candidat à l’élection présidentielle ? Qu’est ce que cela cache ? Notre dernière réforme statutaire a pourtant clairement confié cette responsabilité aux militants. Reviendrons nous à un fonctionnement semblable à celui de l’UMP.
La question du Modem. On voit bien qu’elle a été mise dans le texte au dernier moment, pour empêcher que les représentants de la motion E puissent signer ce texte. » Michel Destaut presse François Rebsamen de conclure…

Fayçal… (pardon, je n’ai pas compris son nom !)
Il commence par un joli lapsus : « Martine Aubry a été élue à l’issue du Congrès de Rennes » « Je propose que chaque militant devant être investi pour une élection puisse prouver qu’il a embauché 6% d’handicapés dans sa collectivité » « George Frèche, qui a tenu des propos racistes, ne fait pas de bien au Parti Socialiste » Pourquoi ne pas mettre en marche une charte éthique dans notre Parti

Adeline Hazan
« Il y a une formule qui dit « plus c’est gros plus ça passe » : personne n’a jamais dit que ce ne serait plus les militants qui élieraient le candidat du Parti Socialiste à l’élection présidentielle. Notre seule opposition concerne les militants à 20 euros.
le congrès de Reims n’a pas été celui de l’échec, il a été celui du débat démocratique (Adeline est Maire de Reims) « Dans ce congrès, nous n’avons pas fait la synthèse, mais dans les dix jours qui viennent de s’écouler nous avons rédigé ce texte, qui est un véritable texte d’avancée.
Il faut redonner les moyens de fonctionner à nos collectivités. Je conclue avec une note d’espoir : nous avons demain dans la Marne une législative partielle, après le départ aux Etats Unis de Renaud Dutreil. Nous avons des chances de l’emporter, compte tenu des circonstances de départ du « sortant » » (« Tiens, ça nous rappelle quelque chose…)

Claude Bartolone
Une nouvelle fois, dans ce plan anti crise, ce sont les entreprises et non les salariés qui sont au coeur des propositions. (…) Il est temps de finir un Congrès. Un Congrès que nous avons voulu. L’inversion du calendrier (élire en dernier le Premier Secrétaire) l’a prolongé. Le texte proposé par MA marque la volonté de redonner une chance à la politique. Le SMIC aujourd’hui est une arme pour redonner du sens à la politique salariale. La proposition qui vous est faite c’est de dire le moment venu quel sera notre candidat à la présidentielle. Ce qui nous est proposé, c’est de redonner de la force à une idéologie. Je conclus d’une boutade : c’est aujourd’hui la Saint Nicolas, eh bien c’est un beau jour pour dire à NS qu’on va s’occuper de lui faire sa fête.

Delphine Batho
Je n’ai pas la conviction que le texte proposé soit plus clair ou plus anguleux que certaines synthèses passées.
Je m’interroge sur la façon dont il faut comprendre ce qui est écrit sur la sécurité. Nous avons pourtant dans ce domaine un acquis, dont on trouve le sens dans de nombreux textes de notre parti. Nous sommes dans un moment où nous engrangeons des succès sur les questions de liberté (fichier Edvige…). Le combat pour la sécurité ne se résume pas à un combat contre les inégalités et nous proposerons là-dessus un amendement.

Benoit Hamon
__ Vous nous proposez des prolongations dont nous n’avons pas envie. Soit on prend au sérieux les questions qui nous sont posées (crise économique, emploi…), ce que demandent les gens c’est des socialistes, des socialistes ! Moi, je me réjouis de me mettre à ce travail-là. De ce texte, je retiens l’appel au rassemblement de la gauche dès les élections européennes. Je me réjouis de la façon dont nous voulons faire de ce parti un Parti qui va dehors »

Pascal Terrasse
Que sont les reconstructeurs devenus ? J’ai cru que nous allions assister à une Perestroika ? Ce qui nous est présenté c’est une normalisation ! Pourquoi nous pousser dans la clandestinité ? On nous dit dans le texte qu’on veut financer les retraites sur la valeur ajoutée, avec la crise d’aujourd’hui, ce sera un déficit colossal pour la caisse de retraites.

MaleK Bouti
Un parti politique, ça vit tout le temps, ça s’arrête jamais. Je suis surpris d’entendre dire « ce texte, c’est juste un compromis », en réalité c’est un véritable texte d’orientation. je suis surpris de voir que le traité de Lisbonne est devenu un texte historique sur lequel les socialistes doivent s’appuyer. Alors que certains ont démissionné à cause de ce texte de leur poste au bureau national !

David Assouline
Les militants ont voté sur 6 motions. Aucun texte n’est sorti du Congrès. Le suffrage universel des militants pouvait dénouer ce qui n’était pas sorti du Congrès. Le vote a fait 50/50 et c’est pour cela qu’il y a un problème. Où sont ces 50% dans ce texte ? Rien dans ce texte sur la 6ème république, faite pour redonner force au système parlementaire. Seulement, une critique de la Vème. Modem : au premier tour des régionales, on aura un problème : où bien laisser 10, 15 régions à la droite, ou bien rallier et être ouvert. Et c’est pour cela que nous présentons un amendement permettant l’ouverture.

Alain Vidalies
« A ce niveau du débat, il faut choisir. Ou nous n’avons pas de différences, où nous devons les assumer. A David Assouline, je réponds non, car une alliance au centre nous séparerait de nos alliés sur notre gauche. »
« J’entends des propositions singulières, en particulier sur la question salariale. La question du SMIC est la seule arme d’un pouvoir socialiste. Votre amendement propose une conférence salariale « branche par branche » ce que refusent toutes les organisations salariales. La conférence salariale ne doit pas être branche par branche. Assumez la grosse bêtise que vous avez faite devant les organisations salariales.

Pardon pour toute faute d’orthographe ou de rédaction. J’ai écrit ce texte « sous la dictée », je le reverrai ultérieurement.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel