m

Le dépouillement est en cours. Il y a toujours un peu d’émotion à entendre soit l’énoncé des noms des candidats, soit, comme ici, la lettre des motions. Scrutin qui parait très mélangé dans notre Bordeaux centre, comme cela était prévisible.

Silence complet dans la salle. Les plus détendus grignotent une mandarine, vaquent de ci de là le nez en l’air. Les plus concentrés se transforment en scrutateurs autour du bureau de dépouillement. Mon petit ordi dans un coin, j’attire des regards souriants (si l’on peut s’exprimer ainsi), la plupart connaisse mon goût de « faire mon blog » en direct dans les moments de tension. Un petit exercice salutaire, comme respirer très fort, ou pianoter sur la table.

A vrai dire, je ne me sens pas dans un moment de tension mais dans un moment important : nous n’avons ce soir pas d’adversaire. A côté de moi, une « motion D » que j’apprécie particulièrement et qui est exactement dans le même sentiment. Quelques fronts se plissent. La motion F (utopia) vient d’avoir sa première voix et elle est saluée avec amitié et je dois dire avec plaisir.

« E » prend l’avantage, me semble-t-il, mais je suis dans l’instant plus préoccupée de l’atmosphère que du résultat. Dans toutes les élections auxquelles j’ai participé, je n’ai considéré le résultat que quand il a été tenu pour sûr. Dans l’intervalle qui précède, il faut seulement à la fois se concentrer en soi et se détacher de tout ce que le sort peut réserver.

Fin du dépouillement. Silence concentré. Chacun calcule le nombre des bâtons et des croix.

Votants 143 A 28 B 4 C 24 D 22 E 64 F 1

A tout à l’heure.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel