m

Nous présentons ce matin à l’Assembée, sous la direction de la députée de Paris George Pau-Langevin, un projet de loi « Lutte contre les discriminations liées à l’origine réelle ou supposée »

Dans le contexte d’inquiétude sociale qui est le nôtre, et avec en fond sonore l’agitation en Guadeloupe, ce projet de loi trouve une résonance particulière. On peut craindre en effet que devant les difficultés d’emploi et les problèmes économiques, la tentation de discrimination ne s’exacerbe. Il faut non seulement l’encadrer mais essayer de la dissoudre avant qu’elle s’exprime.

C’est d’ailleurs aller dans le sens des préoccupations et des souhaits de la majorité des Français : 95% d’entre eux estiment qu’il est important de lutter contre les discriminations, 63 % estiment qu’ils pourraient en être victimes un jour et 8% estiment qu’ils en ont été victimes en 2007 (6000 plaintes auprès de la Halde en 2007, soit + 50% relativement à 2006).

L’emploi est le premier domaine avec plus de la moitié des réclamations (50,1%) auprès de la Halde, devant le fonctionnement des services publics (20%), les biens et les services privés (13,26%). L’origine est le critère le plus souvent invoqué (27,16%), suivi de près par la santé et le handicap (21,68%). On ne s’étonnera pas que je souligne la place de la « santé » : si ce n’est pas le premier motif de plainte auprès de la halde (et cela déjà constitue un sujet de réflexion), la grande obésité est un des premiers motifs de discrimination à l’embauche.

Quoi faire ?

Notre projet de loi aborde 10 thêmes et je tiens à disposition un dossier présentant le détail de la loi et les argumentaires s’y référant (simplement me contacter par l’intermédiaire de la rubrique « contact »).

Voici les trois premiers :
– s’attaquer de front à la discrimination dans l’emploi
– refuser les discriminations dans l’accès au logement
– promouvoir l’égalité des chances à l’école

Je détaille seulement ici les mesures contre la discrimination dans l’emploi :
– prise en compte de la politique des entreprises en matière de lutte contre la discrimination dans les critères d’attribution des marchés publics et rendre possible l’interdiction de l’accès au marché public aux entreprises condamnées pour discrimination
– inclusion d’informations relatives à la politique de lutte contre les discriminations menées par l’entreprise dans son bilan social
– CV anonyme
– Révision des emplois fermés aux étrangers
– Evaluer l’application de la charte de la diversité dans les entreprises et récompenser les entreprises ayant une politique active d’un label « égalité »
– Revoir les concours d’accès à la fonction publique dont certaines épreuves s’avèrent discriminantes
– Inscrire dans la Loi l’accord national interprofessionnel relatif à la diversité dans l’entreprise
– Assurer l’égalité d’accès des jeunes aux stages et aux emplois saisonniers
– Afficher sur les lieux de travail la réglementation relative à la discrimination
– Permettre à un plus grand nombre d’associations d’ester en justice en faveur d’un candidat à l’emploi en réduisant de 5 à 3 ans le délai minimum depuis la création de ces associations

Le sujet est d’importance. Il a occupé plusieurs mois notre groupe. Au delà des déclarations de principe de la majorité UMP et du Nouveau Centre, quelle va être leur attitude au moment du vote ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel