m

Lermontov aurait dit « Un héros de notre temps ». Les deux sont vrais pour Alain, héros et écrivain.

Trop ignoré des médias en ce moment et c’est injuste : radios, télés, et jusqu’à notre journal Sudouest, qui l’omettent sur leurs ondes ou dans leurs pages, alors qu’on devrait lui consacrer chaque jour des émissions et des éditions entières. Que fait donc Mme Albanel ? En plus du talent d’écrivain, Alain a une véritable pensée, un à propos, un retour sur soi et sur les puissants de ce temps sans complaisance qui force l’admiration.

A qui pense-t-il quand il écrit: « La psychologie de notre temps ne se relèvera point de son erreur principale qui est d’avoir trop cru les fous et les malades ». A qui, en effet ?

A propos du même , il confesse: « On nous réconcilia, nous nous embrassâmes et, depuis ce temps-là, nous sommes ennemis mortels ».

Plus loin, cette flèche acérée: « Si les locomotives étaient conduites par l’Etat, le machiniste aurait une femme sur les genoux ».

(Alors là, quand même, cher Alain, vous y allez fort ! Il n’est pas donné à tout le monde de faire « people »)

J’apprécie plus encore chez Alain, son optimisme, son désir affiché de « positive attitude », pas toujours évident au regard de l’actualité du temps. On sent qu’il se force un peu, que son tempérament naturel est plus atrabilaire. Et d’ailleurs, il l’avoue : « Le pessimisme est d’humeur ; l’optimisme est de volonté ». Et de la volonté, certes il en faut, même au grand écrivain qu’il est.

Même lucidité envers soi dans cette phrase : « Ce que j’appelle République, c’est plutôt une énergique résistance à l’esprit monarchique, d’ailleurs nécessaire partout ». Et il sait de quoi il parle !

Commentant certaines de ses récentes déclarations, il en livre la raison: « Les temps sont courts à l’esprit qui pense, interminables à celui qui désire ». Quel sens de la phrase, quelle justesse, pourquoi un tel homme ne nous a-t-il donné que quelques volumes, s’abîmant dans des activités tellement subsidiaires au regard de son talent ? Quand on pense qu’il a été jusqu’à gaspiller de nombreux mois à enseigner à des étudiants qui n’en demandaient pas tant !

Sur les déboires qu’il a subis dans sa fraîche maturité : « La ruse des gouvernants est vieille comme le monde, la ruse des gouvernés est bien jeune ». Et certes, il n’oubliera pas cette ruse injuste qui l’a frappé « On a plus de croyance à 60 ans qu’à 6 ans, car on a de la mémoire » ».

A tous ceux qui lui vantent un avenir parisien : « Ce n’est qu’en province que l’on apprend à se surveiller soi-même, à se surveiller et à ne dire que la moitié de ce que l’on peut dire ». Mais plus loin, on se rassure en trouvant « L’idée d’un destin invincible est plutôt politique, j’entends propre à ceux qui tirent leur subsistance des hommes, et de plaire, et de persuader ». Nous ne doutions guère, à vrai dire.

Un moment de lucidité pourtant dans cette phrase : « Je plains ceux qui ont l’air intelligent, c’est une promesse qu’on ne peut tenir ».

Tout est dit.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel