m

Bernard Accoyer ce matin à France-inter. Le nom ne vous est sans doute pas encore familier : il n’a pas de véritable raison de le devenir.

Bernard Accoyer est le Président de l’Assemblée. Petit homme imbu de sa personne, regardant autour de lui si on le regarde, et surtout très absent. Je n’ai pas assisté à la totalité des séances mais il n’en a jusqu’alors présidé que deux : l’ouverture de la législature, et la présentation des deux ministres Christine Lagarde et Rachida Dati. Il a la troisième fonction de l’Etat, sans doute la plus belle résidence (l’hôtel de Lassay), un salaire sans doute décent, une plus grande assiduité ne serait pas fâcheuse.

Il parle ce matin d’un ton patelin et douceâtre que je déteste particulièrement. Et vante l’ « ouverture », la choix de Nicolas Sarkozy de confier de hautes responsabilités à des « talents » issus des rangs de l’opposition.

Quelle ouverture en réalité ? Confier à des hommes de gauche le soin de faire, mot à mot, une politique de droite, est-ce cela l’ouverture ? Faire diversion quand on fait passer des lois socialement injustes ? Nicolas Sarkozy ne s’est d’ailleurs pas caché de ses intentions : ne pas laisser à l’opposition la chance de gagner du terrain, spécialement dans la perspective des municipales. « Vous m’en remercierez demain », a-t-il dit hier aux cadres de l’UMP.

Une fois encore, ne nous laissons pas abuser. Les leçons d’instruction civique d’autrefois devraient être aujourd’hui d’abord des leçons d’esprit critique vis à vis des media et de la politique de com’ qui remplace aujourd’hui la politique.

Comments 17 comments

  1. 19/07/2007 at 12:35 Bruno

    Michèle,
    Je l’ai écouté. Il est en outre très fuyant…
    Amitiés.
    Bruno

  2. 19/07/2007 at 12:48 Etienne

    Oui, tu as raison sur l’ouverture Michèle. Ce que Sarkozy ne dit pas, c’est le danger pour la démocratie que représenterai si il devait se poursuivre ce fagocitage de l’opposition. L’opposition en France, et dans une démocratie, est ce qui permet de construire une alternative.

    Réunir la droite et la gauche pour les faire travailler ensemble… C’était le crédo de Bayrou, c’est ce qu’essaie de faire croire Sarkozy. Au delà du fait que ce soit culturellement extrêmement difficile en France (notre système politique est basé sur la confrontation et le rapport de force, et non sur le consensus); au delà de la question d’une vision du monde complètement différente ou divergente entre la droite et la gauche; je trouve que ce serait inefficace, et dangereux pour la démocratie.
    La politique a besoin de contradictions et de dualisme. Elle a besoin de projets alternatifs construits en confrontation l’un par rapport à l’autre. Lorsqu’un parti propose une grande réforme, celle-ci n’est évidement pas parfaite, ni la seule solution possible. Ce que l’on appelle en général l’opposition systématique, c’est à mon avis le rôle même d’une opposition : trouver à chaque fois une alternative, un autre modèle, une autre proposition. Cela permet de donner un choix aux citoyens et aux décideurs, et cela permet à chacun d’améliorer son projet et sa proposition en fonction des critiques de l’autre. Le fait que deux camps s’opposent, qu’il y ait une majorité et une opposition, une droite et une gauche (ou plus anciennement des républicains et des monarchistes, des libéraux et des réactionnaires) permet de donner un vrai choix démocratique et force chaque camp à réfléchir travailler et améliorer sa position et ses propositions le plus possible.

    C’est peut-être ça d’ailleurs ce qu’il y a de plus beau dans la situation du P.S. à l’heure actuelle. Battu de nouveau, face à une droite très puissante, il est obligé de se montrer à la hauteur par ses propositions, ses ambitions, son programme et ses idées pour que la démocratie puisse continuer à vivre pleinement.

  3. 19/07/2007 at 13:33 Jean-François

    L’ouverture à la Sarko est une escroquerie intellectuelle. Elle n’est que poudre yeux et n’a pour but qu’un tapage médiatique. Sarko a été très clair dans sa déclaration aux cadres de l’UMP. Il affirme qu’en agissant ainsi il cherche à affaiblir encore et encore le PS en vue des Municipales. Souhaitons que les électeurs ne soient pas dupes.

  4. 19/07/2007 at 14:08 Alain

    à Michèle, à Jean-François

    Merci de ce feuillet, de ces commentaires très clairs. Pour l’être encore un peu plus, pourriez-vous citer ou mettre un lien avec un article de presse fiable, une déclaration "officielle" citant les propos de Sarkozy aux cadres de l’UMP ?

  5. 19/07/2007 at 16:19 Annette

    En pratiquant une soi-disante ouverture à gauche, le Président ne fait qu’exploiter les faiblesses de l’homme: cette stratégie est une forme de gestion des ressources humaines. Que ne feraient pas certains pour que leur nom passe à la postérité? Ils savent que les français ont la mémoire courte …En tout cas, ils courent à droite de leur plein gré et satisfont leur vanité et non leur engagement politique. C’est cela que les adolescents retiendront de la polique.
    Les cours d’éducation civique, juridique et sociale dont ils auront bénéficié au lycée à raison d’1 heure tous les quinze jours ne permettront pas de lutter contre le lavage de cerveau pratiqué par Les médias. TF1 a de jours devant elle: ses programmes continuent à rendre les cerveaux disponibles pour la pub.

  6. 19/07/2007 at 16:32 Etienne

    @ Alain :
    A mon avis, si tu achètes le Canard Enchainé, tu as tout !!!
    Sinon tu as quelques éléments dans cet article de Libé :
    http://www.liberation.fr/actuali...

  7. 19/07/2007 at 18:04 M.V.

    Moi je le connais B.Accoyer, c’est un des plus durs à droite.
    Vous ne vous souvenez pas de l’"amendement Accoyer" du 08/10/2003, visant à réglementer la pratique des psychothérapies en France? C’était le premier coup porté à notre culture humaniste de liberté et de protection de l’homme en tant que sujet. En fait, c’est la psychanalyse, parce qu’elle fait de sa pratique même, la défense de ces valeurs fondamentales, qui était visée. Abattre la psychanalyse, parce qu’elle requiert avant tout de penser, est en parenté avec des paroles comme celles de Mme Lagarde quand elle prétend que l’on pense trop en France. L’amendement Accoyer était un signal fort, que beaucoup ont perçu dans ses tenants et aboutissants. Cela s’est déja fait qu’on brûle des livres, qu’on persécute des artistes de pensée trop libre…
    Maleureusement, une majorité de gens acceptent, dans la passivité, de se laisser objectiver. C’est pour cela que N.Sarkozy a gagné et continue à s’imposer, et que S.Royal a perdu; pour moi c’est la principale raison de sa défaite et de l’implosion des socialistes.

  8. 20/07/2007 at 08:36 Nelbordeaux

    Ouverture, vous avez dit ouverture ? La force de Sarkozy est de tirer tout les projecteurs sur lui et d’eviter que l’on parle des "vrais" sujets ! Pendant que le PS se déchire pour savoir si tel ou tel est un traitre ou s’il ne fait que pparticiper à la gestion de l’état pour l’interet collectif, on ne parle pas des grandes réformes du moment, loi sur la récidive, franchise fiscale, réforme des universités, heures supplémentaires, droit de grève,…… Réforme dde nos institutions,…. Tout ces points importants sont occultés du débat !
    En outre, comme le dit Etienne, lorsque l’on muselle ou eteint l’opposition dans un pays, alors, on se rapproche d’une dictature, la réforme instititionnelle proposée par NS, pour donner des pouvoirs supplémentaires au Président, se rapproche dangereusement de ce qu’a put faire en son temps un certain empereur. La France souffre trop souvent hélas de mémoire historique ! Restons vigileant denoncons ce qui va a l’encontre de nos valeurs et laissons au niveau qu’elle doit être l’illusion d’ouverture

  9. 20/07/2007 at 16:01 Bird

    Madame Delaunay,
    Je profite de l’occasion pour vous interpeller sur le point soulevé par Etienne. Je suis en profond désaccord avec lui, et je souhaiterais connaître votre position sur ce point. L’idée d’avoir une opposition "frontale" face à la majorité, qui s’oppose systématiquement face à un projet de loi, a été celle défendue par François Hollande, qui l’a appliquée pendant les cinq dernières années. Je ne serai jamais de ceux qui prônent le bûcher, mais cette stratégie m’apparaît peu judicieuse. Je crois que la gauche, par cette opposition systématique, a surtout été ressentie comme profondément conservatrice, opposée à toute réforme difficile. Et a du même coup été moins crédible lorsqu’il s’agissait de dénoncer de réels et graves torts des projets de la droite. Souvenez-vous de ce conte pour enfant… L’enfant qui s’amusait à crier "au loup", pour de rire, jusqu’au jour où le loup est vraiment arrivé pour le dévorer… A force de dénoncer des textes gratuitement, la gauche a perdu toute crédibilité, toute créativité, possibilité de réforme. Je serai heureux le jour où le parti auquel j’ai l’honneur d’appartenir sera suffisamment serein pour voter un projet de loi de la majorité, parce qu’il estime que cette réforme est nécessaire pour la France, même si elle n’est pas parfaite.
    Madame Delaunay, quel est votre opinion sur ce point ? Je ne mets pas en doute la dangerosité des projets de lois actuellement en discussions, je pense plutôt à la dernière législature.

  10. 20/07/2007 at 16:51 James

    @ Etienne:
    ton commentaire – je m’excuse pour cette remarque – est "typiquement français" et plus particulièrement typique pour une certaine gauche française, mais tout aussi bien pour une certaine droite française. L’excuse ou exception culturelle est à cet égard un prétexte pour surtout ne rien accepter qui touche à cette "culture". De quoi je parle? de ce rejet de "travailler ensemble" et de ce manichéisme opposant en deux camps à tout jamais hostiles la gauche et la droite. Je trouve cette attitude contraire à une autre conception (la mienne) du rôle de la majorité et de l’opposition dans une démocratie. En effet, j’ai observé au conseil municipal de Bordeaux comme je l’ai observé à l’Assemblée nationale que la majorité rejette systématiquement toute proposition venant de l’opposition, quel que soit son contenu. Par ricochet, les adhérents de la "culture française" dont tu es l’apologète, croient bon de pratiquer une opposition systématique et totale qui refuse de reconnaître que la majorité peut avoir raison. Or, la réalité prouve que cet antagonisme "blanc-noir" ne se justifie que très rarement et que le plus souvent les deux "adversaires" ont chacun sa part de vérité. L’intérêt commun voudrait qu’on essaie de "travailler ensemble" et d’accepter chacun la partie constructive de l’autre pour progresser dans l’intérêt du peuple. Ceci n’exclut aucunement de rester visible ou lisible et je pense que la plupart des électeurs sont tout à fait sur cette longueur d’onde. Les premières déclarations et interventions du PS dans la nouvelle Assemblée me font penser que nos parlementaires s’orientent dans ce sens et je m’en réjouis. Pourvou que ça doure!

  11. 21/07/2007 at 11:24 Alain

    Le commentaire d’Etienne, argumenté, m’a plu ; celui de James, qui le contredit, est tout aussi pertinent, un peu plus peut-être (il vient en position de contradicteur, aussi) et m’oblige à me requestionner, à avancer plus loin. Le questionnement de Bird, aussi !
    De l’usage intelligent et constructif de ce média. Qu’est ce que c’est bien !

  12. 21/07/2007 at 12:09 jojo

    je suis tout à fait d’accord avec vous , Michèle;
    Le docteur Accoyer, puisqu’il est médecin a un bon salaire, plus que décent et il roule pour le libéralisme.
    Aprés Kouchner, Strauss-Khan, Lang et d’autres le marketing politique va essayer d’attraper Gayssot et robert Hue du parti communiste si l’on en croit le canard enchainé…
    L’opportunisme est sans fin et l’homme est cupide

  13. 21/07/2007 at 12:13 Eric

    Bonjour,

    N’ayons pas peur du conflit, n’ayons pas peur d’une opposition systématique. ça fait partie de nos gènes Français de la pratique politique. Du conflit naît beaucoup d’idées, de débat, de sagesse, des synthèses. Nous ne sommes ni un pays anglo-saxons, ni un pays du nord.
    Notre façon de faire de la Politique est différente et alors !!!!
    L’opposition ne doit être abandonnée ni à un parti d’êtreme droite ou gauche.
    Au sujet de nos camarades qui ont choisi l’ouverture vers la droite
    ( C’"est drôle …. quand on a vu les débats sur le Pacs, Christine BOUTIN ), ça nous renvoi une image des hommes et femmes politiques détestables. Tout est négociable même les convictions !!!!!

  14. 21/07/2007 at 12:24 Lucas Clermont

    La désignation du ministre des affaires étrangères résume à elle-seule ce qu’est l’ouverture. Hubert Védrine adepte de la real politic, refuse le poste, aussitôt Sarkozy le propose à Kouchner qui incarne exactement le contraire : la diplomatie émotionnelle, les déclarations à l’emporte-pièce. L’un est bien évidemment hostile à l’intervention en Irak, l’autre favorable. L’un est pour la plus grande prudence au Darfour dans la ligne des ONG présentes, l’autre évoque une intervention militaire, etc

    Pour Sarkozy, Védrine ou Kouchner c’est la même chose. Il veut se prévaloir du ralliement de Socialistes et afficher qu’il est un rassembleur. Les différences ? De toutes façons tout se décide à l’Élysée.

    Tout n’est que affichage et communication. Et ces leçons que tu souhaites pour développer l’esprit critique face aux médias sont en effet indispensables pour l’épanouissement de citoyens libres. La suppression de l’émission Arrêt sur images qui décryptait les images télévisuelle semble indiquer que l’on va en sens contraire.

    P.-S. Tes premiers pas à l’Assemblée nationale sont plaisants à suivre.

  15. 21/07/2007 at 12:24 Lucas Clermont

    La désignation du ministre des affaires étrangères résume à elle-seule ce qu’est l’ouverture. Hubert Védrine adepte de la real politic, refuse le poste, aussitôt Sarkozy le propose à Kouchner qui incarne exactement le contraire : la diplomatie émotionnelle, les déclarations à l’emporte-pièce. L’un est bien évidemment hostile à l’intervention en Irak, l’autre favorable. L’un est pour la plus grande prudence au Darfour dans la ligne des ONG présentes, l’autre évoque une intervention militaire, etc

    Pour Sarkozy, Védrine ou Kouchner c’est la même chose. Il veut se prévaloir du ralliement de Socialistes et afficher qu’il est un rassembleur. Les différences ? De toutes façons tout se décide à l’Élysée.

    Tout n’est que affichage et communication. Et ces leçons que tu souhaites pour développer l’esprit critique face aux médias sont en effet indispensables pour l’épanouissement de citoyens libres. La suppression de l’émission Arrêt sur images qui décryptait les images télévisuelle semble indiquer que l’on va en sens contraire.

    P.-S. Tes premiers pas à l’Assemblée nationale sont plaisants à suivre.

  16. 22/07/2007 at 16:43 M.V.

    Je me rangerai plutôt du côté de l’analyse de Lucas Clermont.
    Parlez, parlez encore, vous pouvez parler toujours, ce que veut N.Sarkozy, c’est réduire complétement toutes les oppositons, y compris celles de son camp; il veut être seul à tout penser, à tout décider.
    L’ouverture, comme d’autres manoeuvres, ne sont que stratégie et tactiques pour arriver à ses fins.
    L’aveuglement des gens est terrifiant, y compris celui des socialistes,(faut-il qu’ils soient à ce point préocupés d’eux-mêmes!), les vieux éléphants, comme les jeunes lions qui ont subi le même formatage.

  17. 22/07/2007 at 23:18 James

    @ Eric:
    lire votre commentaire me donne des frissons. Pourquoi l’ouverture doit signifier la négociation des convictions? Une de ces affirmations gratuites…
    Et en plus: être français signifie pour Eric, semble-t-il, qu’on n’a pas à regarder ce qui se passe en dehors de l’hexagone et encore moins de voir si l’expérience d’autres ne mériterait pas qu’on s’en laisse inspirer.
    J’appellerais cela "borné" dans le sens primaire et secondaire.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel