m

Dimanche matin, régulièrement consacré à la revue de presse hebdomadaire. Heureux moment à essayer de saisir le durable derrière l’écume des jours, à s’aventurer dans des « papiers » de fond sur des sujets qui me sont peu familiers.

L’agrément vient aussi de la langue, de saisir sa mobilité, ses tendances, ses modes où le journalisme a une grande part. Certaines évolutions me séduisent, d’autres m’amusent et quelques-unes m’irritent. Celle que je vais évoquer se situe à mi-chemin entre amusement et irritation.

Elle est surtout présente dans les interviews où les interviewés se sont sans doute donné le mot, qu’ils appartiennent au monde de la politique, du spectacle ou des faits de société. Plus aucun n’ « affirme », ne « souligne », n' »assure » quoi que ce soit ; pas davantage, les uns ou les autres ne « regrettent ». Rares sont ceux qui s' »inquiètent » ou tout simplement s' »interrogent ». Non, les interviewés sont désormais plus dynamiques et leurs expressions (supposées) de visage se lisent dans le vocabulaire journalistique.

Les deux stars qui tiennent la corde sont « lâche » et « glisse ». Dans le Monde, Mme Trierweiler « glisse » qu’elle ne rechigne pas à choisir la couleur des nappes à l’Elysée. L’aurait-elle affirmé plus fortement que nous en serions sans doute restés saisis. Les Ministres quant à eux « lâchent » volontiers le coût d’une réforme et les parlementaires une opinion peu amène sur un de leurs collègues. Le choix de « lâche » laisse entendre que cette petite (fausse) bombe est sortie presque hors de la volonté de son auteur.

Mais c’est dans l’insatisfaction que le vocabulaire donne de la voix. Ces dernières semaines, entre amis de l’ump, on a beaucoup « fustigé » et on ne s’est pas moins beaucoup « irrité ». « Fillon est un irresponsable et met en péril l’unité de notre parti » fustige un copéiste, tandis qu’un filloniste s’irrite de voir l’aiglon de Meaux s’accrocher à son siège.

Mme Trierweiler, encore elle et dans le même article « martèle qu’elle ne fait plus de politique ». On l’imagine le poing sur la table assénant cette vérité qui nous importe au plus haut point.

Pourquoi cette évolution ? Sans doute pour remplacer l’image et rapprocher l’article papier de l’interview « live ».

Comments 5 comments

  1. 16/12/2012 at 20:52 Musset Jean claude

    Michèle,

    Je ne sais pas si tu as pu lire le billet de Jean Claude Guillebaud dans SO Dimanche, mais lui aussi joue avec les mots qui nous envahissent : « …la référence obsessionnelle à la mondialisation ressuscite le fameux sens de l’Histoire auquel les marxistes nous sommaient jadis d’obéir.
    On psalmodie aujourd’hui avec d’autres mots, une mirobolante promesse, celle de la prospérité planétaire à venir. On reprend ainsi, sous une autre forme, les expressions en usage dans l’ancien mond communiste : avenir radieux, lendemains qui chantent et autres…
    Comme hier ces fausses promesses sont un opium du peuple…. »

    Et sa conclusion: « Il faut résister à ce marxisme blanc aussi bête qu’une incrédulité et aussi détestable qu’un mensonge. »

    ne martelons pas à tort et à travers, ceux qui fustigent ou glissent, pour lâcher de fausses déclarations, essayons d’abord de ne pas être dupes.

    Amicalement

    Jean Claude Musset

  2. 16/12/2012 at 23:19 Alain

    Si vous n’avez pas lu le texte lumineux de JC Guillebaud dans l’édition du jour de « Sud Ouest », évoqué ci-dessus par JC Musset, ne le manquez surtout pas. C’est ici : https://www.sudouest.fr/2012/12/16/les-marxistes-blancs-910975-5420.php

    Aucun des « mots de la presse » pour glisser, lâcher ou marteler cette analyse, seulement la lumière d’une pensée pour nous sortir de l’ombre d’un discours totalitaire.

  3. 17/12/2012 at 10:19 francis

    vous avez raison, les mots de la presse sont souvent des facilités de langage, plus qu’un souci d’une réelle image. il y a des modes de mots . Frederict Pommier, sur france inter, fait une chronique sur ce thème chaque lundi matin. ce matin c’était « trève des confiseurs ».
    Personnellement, je m’amuse toujours du très fréquent « climat délétère » employé à tort et à travers, plus souvent que son contraire : la vision roborative…..

  4. 17/12/2012 at 16:36 gautheron

    A chacun ses maux; Que dire des mots employés lors des campagnes électorales  » le changement c’est maintenant », « pour une France forte », » la voix du peuple, l’esprit de la France », « pour une France Libre », « Présidez autrement » et enfin le célèbre « Au revoir » de Valérie à qui l’on fait appel encore en tant qu’expert dans les médias pour donner un avis de « sage » sur la politique qu’il faudrait mener aujourd’hui.

  5. 17/12/2012 at 18:05 moulinier

    @ gautheron
    Vous confondez les slogans d’une campagne électorale avec la vraie politique, avec le travail, l’action. Deux mondes!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel