m

Mme Michèle Delaunay attire l’attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la nécessité de développer et soutenir le cinéma alternatif numérique.

Le cinéma de luxe sur pellicule coûte en moyenne 6 millions d’euros, appelant des subventions de 200 à 500 000 euros. Ce coût important a notamment conduit des producteurs français à tourner à l’étranger.

Pour faire revenir ces producteurs, l’Etat a proposé un crédit d’impôt, ce qui suppose une double subvention venant du contribuable. Le cinéma entamant sa mutation vers le numérique (DV, puis HD), les économies ainsi réalisables deviennent considérables : le numérique coûte en effet 5 à 10 fois moins cher qu’une production traditionnelle (500 000 à 1 million d’euros).

Il manque aujourd’hui au Centre National de Cinéma un service exclusivement consacré au cinéma numérique, soutenant ces productions à petit budget en France. Le numérique est une chance pour le cinéma indépendant et les productions modestes. Le soutien qu’on lui accordera permettra à tout créateur d’écrire un scénario, de réaliser avec une simple caméra numérique, de monter son film sur ordinateur, et de le distribuer ou diffuser, quelque soit son budget. Au nom de la diversité culturelle et de l’accès de tous à l’art, nous ne pouvons faire impasse sur cette opportunité.

Michèle Delaunay demande donc à M. le ministre de la culture et de la communication d’envisager au sein du Centre National du Cinéma la création d’un service consacré au cinéma numérique, comme l’ont d’ores et déjà proposé certains experts sur le sujet.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel