m

Stationnement à Bordeaux : intervention en conseil municipal 26-02-2018

« Il n’est pas de l’intention de notre groupe* de dénier tant soit peu  l’importance des enjeux environnementaux d’une métropole et en particulier l’objectif d’y réduire l’usage de la voiture. Au contraire nous y souscrivons. Pas davantage nous ne pensons qu’il est facile de parvenir à des solutions équilibrées, mais nous rejettons la méthode brutale, insoucieuse de vos propres engagements de campagne en 2014**  comme de la moindre concertation, que vous appliquez sur la question du stationnement. Aucune préoccupation de l’impact sur le travail et l’emploi à Bordeaux, aucune préoccupation sociale ou simplement humaine, aucune prise en compte des caractéristiques des quartiers en matière de densité urbaine et d’installations publiques. Nous sommes précédemment intervenus à plusieurs reprises sur ces sujets et ceci ,sans effet. Il faut la colère de deux quartiers considérés comme « bien votants »*** et traditionnellement favorisés par vos politiques pour retenir votre attention. A Bordeaux sud comme à la Bastide, vous avez ignoré l’expression populaire

Impact en effet sur l’emploi et en particulier sur les ménages bordelais comportant au moins deux actifs. Et comme d’habitude, dans la pratique, c’est souvent le travail des femmes et leur usage de la voiture, qui est le plus pénalisé. Soyons concrets, nous demandons que ces ménages disposent de deux macarons s’ils n’ont aucune facilité personnelle de stationnement (garage, cour..) et j’y ajoute personnellement un macaron gratuit si le 2ème véhicule est électrique

Impact sur l’emploi des professionnels dont l’activité leur impose des déplacements en des lieux multiples chaque jour et je suis tombée de ma chaise en découvrant que les médecins en cabinet de groupe ne disposaient que d’un macaron par adresse professionnelle ! Résultat : ils renoncent aux visites à domicile.

Après plusieurs de mes interventions, chiffrées, vous avez accordé la disposition d’un macaron pour les aides à domicile agrémentées qui ont de multiples postes de travail et dont il n’était pas supportable de penser qu’elles mettaient dans l’horodateur une part non négligeable de leur smic horaire. Mais qu’en est il de tous les autres salariés relevant de particuliers employeurs qui aujourd’hui sont contraints d ‘abandonner leurs « heures » auprès de ceux qui résident en centre ville.

Impact sur l’emploi à Bordeaux des travailleurs métropolitains : un exemple concret d’une habitante de la périphérie, exilée avec sa famille par le prix du foncier : 2 et demi pour venir travailler en transport en commun, trois quarts d’heure à une heure en voiture, y compris en déposant ses enfants à l’école. Que choisiriez vous M le Maire ?

Injustice aussi pour les artisans dont le siège est hors Bordeaux, ce qui est le cas le plus fréquent car leurs locaux demandent une surface que le centre ville ne leur permet plus. Pourquoi un charpentier de Bègles ou un maçon de Mérignac devrait il payer une facture de stationnement très lourde en venant travailler à Bordeaux, facture qu’il répercuterait sur ses clients et qui le défavoriserait par rapport à un homologue bordelais

Impact sur l’artisanat et le commerce bordelais. Je sais vous me répondrez régulièrement « le commerce ne s’est jamais aussi bien porté ». C’est faux : nombre d’enseignes ferment au bénéfice des supermarchés qui offrent une heure et demi gratuite et du commerce en ligne. Nombre de Bordelais en effet renoncent à aller faire leurs emplettes en ville.

Impact social et surtout injustice sociale très lourde. Quinze euros par mois dans un quartier politique de la ville, c’est trois repas, l’expression est de ma collègue emmanuelle ajon, parce que c’est qu’on nous dit à la Benauge ou au Grand parc. Même chose sur une petite retraite qui voit en ce moment ses modestes revenus attaqués de toutes parts.

Impact humain, sur les âgés qui ne viennent plus en ville alors que les sorties et les déplacements sont pour eux un outil contre l’isolement et le déclin cognitif. Pour les personnes en suivi thérapeutique ou en traitement qui doivent interrompre les consultations pour aller nourrir le paramètre,  qui payent un lourd forfait de dépassement d’horaire si la chimiothérapie n’est pas terminée… Et finissent pas renoncer à utiliser leur véhicule et commandent un transport médical qui sera facturé à la sécurité sociale dix fois le prix de la consultation.

Injustice d’un territoire à l’autre.la généralisation se fait sans analyse et sans réflexion. Les territoires sont différents autant en densité urbaine qu’en densité –et souvent en absence- d’équipements collectifs. C’est irréaliste de dire : au dessus de 2 heures de stationnement, il faut stationner en parking souterrain, mais savez vous bien qu’il y a de nombreux quartiers qui n’en disposent pas ? Et pourtant l’amende de dépassement des 2 heures de stationnement en surface est la meme et elle n’est pas financierement accessible à la majorité des portefeuilles bordelais

Alors, il faut rebattre les cartes avec les Bordelais qui aujourd’hui rejettent le jeu tout entier parce qu’ils perçoivent aujourd’hui que l’enjeu est aujourd’hui financier bien plus qu’environnemental et ils rejettent cet impôt supplémentaire.

Rebattre les cartes et élargir la table au niveau métropolitain, pour les habitants comme pour les territoires. je l’ai dit, un plombier de Bègles, un couvreur de Mérignac, ou un maçon lormontais doivent pouvoir venir travailler à Bordeaux, comme bien sûr l’inverse. Rebattre les cartes en s’instruisant de la cartographie d’usage qu’objective le stationnement payant. Et pendant cette période de concertation, un moratoire tout de suite sur la réduction à 17 euros de l’amende de la troisième heure »

* le groupe des élus socialistes au nom duquel je parlais (c’est pour bien rester dans le cadre dont nous avions convenu que j’ai écrit et lu mon intervention, ce qui me permet de la reproduire)

** le candidat Alain Juppé avait promis des parkings de proximité dans les quartiers, il n’en a fait aucun ; il avait annoncé le stationnement résidentiel payant uniquement à l’intérieur des cours : il l’a généralisé

*** Saint Augustin et Cauderan

 

 

 

 

 

 

 

Le recul de la mixité sociale, c’est le recul de la République

L’exigence de la mixité sociale et scolaire occupe nombre de mes billets, en particulier parmi les derniers. J’y reviens à la faveur d’une note de la fondation Jean Jaurès qui mérite d’être couronnée du titre de « lecture de la semaine ».

A Paris, comme dans nos métropoles (et je pense en particulier à Bordeaux) la ghettoïsation des quartiers s’accentue d’années en années. Ce n’est peut-être pas seulement de la seule responsabilité des plus riches, mais bien souvent aussi de la politique des municipalités qui habillent des termes (pas totalement injustifiés) de « rénovation » et de « lutte contre l’habitat insalubre » la gentrification des quartiers populaires de leurs communes. Les opérations de réhabilitation des logements se solde souvent par un départ de populations qui ne reviendront pas du fait de l’augmentation des loyers. On se doute que les municipalités de droite y ont un intérêt plus marqué que celles qui s’appuient sur un vote populaire, pourtant même cette considération n’a pas un caractère absolu. Que l’ordre et la propreté soient mis en avant -comme c’est toujours le cas- et la majorité des habitants y trouve son compte.

Le drame s’acutise car la mixité sociale d’un quartier détermine en grande partie la mixité scolaire. L' »entre-soi » des quartiers riches est dommageable pour les adultes qui en viennent à partager des codes et des cultures qui les séparent des autres, il est dramatique pour les jeunes qui, dès la maternelle, âge où les a priori ne sont pas encore construits, vont voir s’imposer à eux un modèle uniforme qui ruine la découverte de l’autre, de ses différences et de ses richesses. De ce point de vue, les ghettos de riches et les ghettos de pauvres sont également dommageables.

J’ai été conseillère générale (on dit aujourd’hui « départementale ») d’un quartier de Bordeaux où  sont installés deux collèges, l’un dans la partie « Chartrons », l’autre dans la partie populaire (le « Grand Parc ». Tout y était différent, de l’atmosphère aux résultats, malgré les efforts des deux équipes enseignantes.

J’en profite au passage pour donner un coup de chapeau à Jacques Chaban-Delmas. Je ne connais pas d’autre Maire de droite qui ait créé de toutes pièces un quartier en coeur de ville comportant 80% d’habitat social. Ce quartier, « le Grand Parc » a été négligé pendant 20 ans par son successeur qui en réhabilite enfin les grands équipements mais… y concentre les nouveaux logements sociaux de la ville quand d’autres territoires en comptent 0%.

Il y a pourtant des remèdes. Par exemple, compter le taux de logement social par grands quartiers et non par communes. Par exemple, se garder comme l’envisage le Gouvernement d’ « assouplir » les exigences de la loi SRU de 25% de logement social en 2025 pour l’ensemble des communes. Par exemple, distribuer les élèves d’un quartier très social sur plusieurs collèges de la ville (le « brushing »); par exemple imposer une distribution sociale à l’intérieur des collèges privés. Le contraire se passe à Bordeaux : un collège privé se construit dans le quartier le plus social de la ville (les Aubiers), les élèves de ce quartier n’y seront que très parcimonieusement accueillis. Par exemple, installer des établissement d’excellence dans les communes ou dans les quartiers les plus défavorisés…

La pratique au quotidien est très éloignée de ces ambitions. « Le recul de la mixité sociale ronge le modèle républicain ». Je cite ici le papier de Françoise Fressoz dans le quotidien « Le Monde » en date du 22 février. Tout le monde le sait, beaucoup le craignent, quelques uns s’en inquiètent mais la plupart regardent ailleurs.

 

 

 

Logement social : c’est pas comme si…

C’est pas comme si les écarts de revenus entre les plus riches et les plus pauvres, en France comme dans tant de pays, ne cessaient d’augmenter. Pas comme si, la question du logement n’avait jamais été aussi déterminante parmi les facteurs de santé sociale d’un territoire. Pas comme si la ghettoïsation, urbaine mais aussi et de plus en plus entre urbain, suburbain et rural, ne devenait chaque jour plus prégnante et politiquement plus dangereuse. C’est pas comme si, la ghettoïsation sociale ET DONC scolaire ne montaient pas dangereusement comme le niveau des fleuves par gros temps..

C’est pas comme si, tout cela ne nourrissait pas un grondement lourd, montant des fonds marins avant un tsunami… Ni comme si le logement n’était pas la première clef à faire jouer pour les générations actuelles comme pour les futures.

Eh bien, justement, ça ne doit pas être comme si, c’est nous qui nous trompons. Le Gouvernement, après avoir choisi de présenter la facture de la baisse des APL au secteur du logement social, ce qui signifie réduire sa capacité d’investissement (construction et  réhabilitation), veut assouplir l’article 55 de loi SRU fixant aux communes l’objectif d’atteindre un taux de 25% de logement social en 2025. Juste au passage, cet objectif n’est en aucun domaine inatteignable, la ville de Paris -la plus contrainte de France en terme de foncier- ayant doublé son taux de logement social en 10 ans (20% aujourd’hui), temps pendant lequel Bordeaux ne progressait que de 2 points.

Dés le mois de décembre 2017, la loi a commencé d’être écornée par une liste d’exemptions. Mais la « conférence (dite) de consensus » qui vient de s’achever sous la direction du Ministre Jacques Mézard a plus d’un tour dans son sac et accumule les propositions : repousser le délai d’ici à 2025 , intégrer dans le calcul du quota des logements de fonction qui n’en sont pas (comme par exemple, le logement des militaires à Versailles) ou y conserver pendant 10 ans les logements sociaux qui ont fait l’objet d’une cession.

A la manoeuvre, au sein de l’Association des Maires de France, nombre de municipalités de droite mais aussi des tenants de la construction de logements intermédiaires aux loyers bien supérieurs à ceux du logement social.

A suivre de très près… Ce deuxième coup porté au logement social aurait des conséquences très lourdes pour tous ceux pour qui maintenir et développer l’objectif de mixité sociale constitue la base de l’équilibre de notre société. Imaginons Paris (ou Bordeaux demain) sans logement social : plus d’infirmières, de postiers, d’employés de restaurants.. pour y habiter…

Juste l’entre-soi et les touristes, que des flopées de trains et de métros de banlieue tenteraient de faire survivre.

 

Non cumul des mandats dans le temps : que devient la promesse de Macron ?

Même si l’interdiction du cumul dans le temps au delà de 3 mandats successifs identiques a piteusement disparu -en même temps que Bayrou- de la loi « confiance et modernisation de la vie publique », il est curieux que cet interdit ne soit pas un instant évoqué dans le grand papier de @sudouest consacré ce jour à une possible nouvelle candidature d’Alain Juppé à Bordeaux en 2020.

Premier mandat en 95 : en 2020, aura donc accompli 24 ans de mandat. Non, je ne fais pas d’erreur de calcul : il a été un an éloigné de Bordeaux pour inéligibilité, ce qui a valu aux Bordelais une élection municipale supplémentaire (2006) à l’occasion de laquelle Juppé a d’ailleurs promis qu’il serait l’homme du mandat unique.

L’opinion publique est très majoritairement favorable à ce non cumul dans le temps, machine à fabriquer des potentats locaux inamovibles. Cela Alain Juppé lui même ne peut l’ignorer. Qu’il ne « s’exprime pas avant 2019 » est de bonne guerre : si c’est oui, tous les aspirants vont faire grise mine, si c’est non, Juppé lui même comptera moins et dans ses rangs les « conspirants » feront rage.

Mais de quelle élection s’agit-il ? de l’élection municipale ? de l’élection à la tête de la métropole, laquelle gagne chaque jour en importance ? La messe n’est pas dite de ce point de vue non plus. Comme Emmanuel Macron a fait disparaitre le non cumul dans le temps, il peut faire apparaitre l’élection au suffrage universel des Conseillers métropolitains ..

Mettre la campagne en ville

En mai 68, fleurirent des slogans merveilleux dont l’un fait aujourd’hui bon office, en le modifiant tant soit peu : « Mettre les villes à la campagne ».

C’est aujourd’hui « Mettre la campagne en ville » qui peut rendre nos cités vivables et leur permettre de conjuguer santé et agrément. Les efforts de « densification urbaine » des procureurs de l’écologie sacrifient bien souvent les espaces végétalisés à l’appétit des promoteurs. Exemple à Bordeaux dans le quartier hier bien nommé du « Grand Parc » où se concentrent les efforts de rattrapage du retard de la ville en logement social, au détriment de l’aération et de la belle disposition « sans vis-à-vis » du bâti.

Le projet de végétalisation urbaine que j’ai présenté à l’occasion des élections législatives à la fois dans mon bilan (pour les propositions déjà faites à Bordeaux) et dans mon programme  fait aujourd’hui des émules sur les médias sociaux : la canicule de la semaine qui vient de s’achever a rappelé brusquement les avantages de l’ombre. Qui dit « ombre » dit de préférence « arbre » à « mur » et la fraîcheur ne se trouve guère dans la minéralisation urbaine dont le Maire de Bordeaux n’a que trop abusé. La place Pey Berlan, minéralisée jusqu’aux bans publics est plus propre l’été à la cuisson des oeufs  qu’au bol d’air dont les citadins ont besoin…

La santé a aussi beaucoup à voir avec les espaces naturels et les scientifiques ont démontré que vivre à leur proximité était facteur de longévité et de santé. Outre l’ombre, arbres et arbustes oxygènent l’air, reposent la vue, amortissent les bruits, apaisent et rafraîchissent. Les arbres multi-décennaires invitent à la réflexion et à la rêverie. Le jardinage, pour tous ceux qui ont la chance d’un jardin ou même d’une terrasse, a été identifié* comme une activité décisive contre le vieillissement, à la fois par l’activité physique qu’il procure mais aussi parce qu’il est un investissement sur l’avenir, lequel protège du repli et du désarroi.

La nature est aussi une grande enseignante : elle élargit le vocabulaire, apprend le cycle des jours et des saisons, fait découvrir le jeu fugitif des couleurs et des odeurs. Pas d’artiste, qu’il soit peintre, musicien ou écrivain, qui n’ait trouvé en elle son fond de connaissances. Je plaide pour une ville qui soit non seulement verte mais botanique, où l’on indique le nom des plantes, des arbres le long des rues. On n’aime bien que ce qu’on sait nommer et le goût de la nature se développe en en apprenant le langage. Je préfère une « avenue des micocouliers » à une « place Stalingrad », tout en rendant hommage au poids de souffrances que porte le nom de cette ville.

Agriculture et jardinage urbains, récupération des eaux pluviales, compostage public, végétalisation des voies et des rues, murs de lierre accueillants aux oiseaux nicheurs, fontaines et bassins .. Et si la politique retrouvait la fraîcheur des slogans d’il y a 50 ans ?

*par les travaux de l’@ispid_bordeaux et l’équipe du Pr Dartigues