m

« Le génie de la liberté brisant ses chaînes » veille sur Bordeaux depuis 1902. Elle est située au plus haut de la colonne des Girondins ce qui double sa valeur symbolique et la force de son message.

Bien sûr, ce génie est une femme. Belle, sereine, lumineuse, comme on a pu l’admirer quand elle a été descendue de son altier piédestal pour être réparée.

Elle a eu fort à faire depuis le début du siècle dans une ville qui a été le siège des gouvernements en déroute. Au coeur de la 2ième guerre mondiale, quelques-uns de nos « amis allemands », mal intentionnés, ont voulu la descendre pour lui faire prendre le chemin des différents bronzes entourant la colonne et la fondre. Il n’y sont point parvenus : la dame, ses chaines brisées dans la main droite, les palmes de la victoire dans la gauche est demeurée là où elle était, un léger sourire aux lèvres qui ressemble un peu à celui de la Joconde.

Ce génie aux larges ailes a beaucoup à dire en cette veille d’une année décisive pour nous tous et pour notre pays. Son bonnet phrygien parle de République, ses bras levés de désir d’agir et d’élan, son doux regard de volonté de réussir ensemble.

Que 2012 nous élève et nous rassemble. Qu’il apporte à chacun la force, le désir d’être et de devenir, et ces mille petits bonheurs où l’on puise l’un et l’autre.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel