m

A Bordeaux, le refus du réel parce qu’il n’y a pas eu de médiation, de concertation, de suffisante parole pour expliquer que le réel, c’est nous, c’est chez nous, c’est nos enfants, c’est tous les jours et qu’on y peut tous quelque chose.

Oui, je pense à prodomo, à la case, à la bagagerie … mais aussi aux réunions huppées où tout le monde est satisfait, congratule et se congratule et où, de plus en plus, je me sens étrangère.

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel