m

La faute implacable qui sera mise sur le compte de ce gouvernement, et au premier chef du Président de la République, c’est la dévaluation de la chose publique, la dégradation des mots, des signes, des fonctions.

Je n’en prendrai aujourd’hui qu’un exemple que d’aucun trouvera relativement futile, mais qui au regard du passé encore proche ne l’est pas : l’ordre de la légion d’honneur.

Bien des nominations dans cet ordre nous ont déjà choqués. Je dis « nous » car bien souvent on m’en fait part et on s’y réfère quelquefois pour ne pas accepter cette distinction ou simplement remplir le dossier qui appuie la proposition qu’une personne habilitée a faite.

Je n’en évoque qu’une aujoud’hui, O combien au coeur de l’actualité : la distinction de Patrice de Maistre, décoré des mains d’Eric Woerth, et sans doute proposé par lui, dans les locaux mêmes de son ministère à Bercy.

Qui est Patrice de Maistre ? Le gestionnaire de biens de Mme Bettencourt. C’est à dire la personne en charge de « placer » sa fortune, dont on sait maintenant que ce fût souvent dans des comptes en Suisse, des achats d’Iles non déclarés au fisc et autres manoeuvres dont nous ne connaitrons jamais tout.

Ces hauts faits méritent-ils la plus haute distinction de la République française ? Celle que quelques-uns ont reçu sur le champ de bataille, au prix d’actes d’héroïsme et bien souvent de lourdes blessures? Celle que l’on remet à titre posthume à ceux qui ont sacrifié leur vie? Celle qui vient couronner de longues années au service de l’Etat ? Ou un mérite particulier faisant honneur à la France .

J’entends déjà qu’on me suggère que Patrice de Maistre a d’autres mérites. Il a par exemple épousé la première femme de Bernard Arnault qui le dispute à Liliane Bettencourt dans l’ordre des grandes fortunes de France. Les plus cultureux ajoutent qu’il est un lointain descendant de Joseph de Maistre, farouche adversaire de la Révolution française dont je mets au défi les lecteur de ce blog d’avoir jamais lu une seule ligne.

Même d’un gouvernement de droite, volontiers complice de quelques relans intégristes, ce dernier fait ne peut être le seul motif. L’avant-dernier par contre a, en Sarkozie occidentale, valeur de faits d’armes.

J’aimerais connaître la teneur du discours d’ Eric Woerth lors de la remise de la décoration, flattant comme il se doit les mérites du récipiendaire. Je doute cependant qu’en en demandant copie à son cabinet, j’obtienne satisfaction. Il y a des actes dont ce n’est qu’après coup qu’on se rend compte combien ils ont été inconsidérés et celui-ci doit peser lourd sur la poitrine du Ministre. je n’ai pas osé écrire « sur sa conscience », car de celle-ci nous ne savons rien.

Voilà, j’en ai gros sur le coeur. J’ai proposé à cette distinction des « évadés de France », des grands noms de la médecine bordelaise, pour ne recevoir qu’un rejet.

Cela non plus, après tant d’autres exemples, n’est pas acceptable.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel