m

Elle n’avait pas choisi le panache mais la discrétion et je ne lui rend hommage qu’aujourd’hui parce qu’elle-même avait choisi de ne pas rendre publique sa maladie.

Françoise Olivier-Coupeau, députée du Morbihan, est morte le 4 mai à 51 ans, une trentaine d’heures après Patrick Roy. Leur combat a été à la fois le même, face au même risque, aux mêmes épreuves, aux mêmes traitements mais il a été aussi très différent, parce que le cancer était différent mais surtout parce que leur personnalité était radicalement opposée.

La maladie de Françoise a duré plusieurs années. Elle connaissait déjà tout de son cancer lors de son élection en 2007 et s’est battue jour après jour, toujours présente à l’Assemblée sauf dans les épisodes d’aggravation et de reprise des traitements. Elle nous a époustouflé de courage en acceptant des missions qui demandaient beaucoup de résistance et d’énergie.

Membre de la commission de la Défense, elle s’est rendue sur le terrain avec nos soldats en Afghanistan et elle a « crapauté » avec eux. C’est à cette occasion que nous avons le plus parlé, particulièrement sur le sujet trop ignoré qu’est la place de la culture du pavot et de la fabrication de la drogue dans les enjeux du conflit. Comme moi, elle pensait qu’un rôle important de nos forces était de favoriser et de financer la substitution de la culture du pavot par celle du safran, plus rentable pour les agriculteurs et moins soumise à des réseaux criminels.

Françoise était bretonne et nous n’avons jamais parlé directement de sa maladie mais ses proches collègues me tenaient au courant. Je lui ai écrit la veille de sa mort : elle n’aura jamais cette lettre.

Ces deux morts dans un si court espace de temps ont beaucoup marqué nos journées à l’Assemblée cette semaine. Partout, on sentait la gravité et l’émotion.

Françoise non plus que Patrick n’ont pas été « mes » malades. Mais ils ont rejoint beaucoup d’entre eux au panthéon de ceux qui m’ont impressionnée par leur force de caractère et leur dignité.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel