m

Michèle DELAUNAY, sollicitée pour appuyer le projet de régionalisation du Grand Port Martime de Bordeaux, a consulté les acteurs du Port.

Le Port de Bordeaux fait partie des 7 Grands Ports Maritimes de France et doit être renforcé au regard de son passé mais aussi de l’avenir du transport maritime et fluvial en lien avec les objectifs de la COP 21. Le transport maritime est en effet le plus économique en énergie et le moins polluant.

Déclasser le Port national pour en faire un port régional reviendrait à se priver des aides de l’Etat pour le dragage indispensable de l’estuaire (8,5 Millions d’euros par an) mais aussi pour les investissements du Port (2 Millions par an). Même si l’Etat compensait la perte financière, la tendance nous montre que ce ne pourrait être durable et que tôt ou tard, ces aides devraient être reprises en totalité par les instances régionales.

Par ailleurs, une régionalisation ne peut être conditionnée qu’à un projet global intégrant notamment le transport modal. Or, il n’est pas encore complètement stabilisé au regard de la « jeunesse » de la Nouvelle-Aquitaine.

Le terminal du Verdon, indispensable au développement économique du Port, se trouve actuellement à un tournant et il est urgentissime qu’une solution soit trouvée pour que l’activité se remette en route. Il suffit de regarder une carte pour comprendre qu’il n’y a pas d’autre solution. Bordeaux est un port d’estuaire qui a besoin d’un débouché en prise directe avec la mer.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel