m

A l’invitation de Françoix COUX, Directeur académique des services de l’Education Nationale et comme chaque année, Michèle DELAUNAY et les parlementaires de Gironde ont participé le 7 octobre à la réunion de rentrée de l’Inspection académique.

Les chiffres pour la rentrée 2016 en Gironde sont positifs, laissant apparaître une réelle volonté de mettre en oeuvre efficacement la politique engagée par le Ministère de l’Education Nationale.

Malgré une hausse démographique constante, la Gironde aborde une rentrée dynamique avec une baisse du nombre moyen d’élèves par classe et un renforcement des actions et expérimentations pédagogiques. En effet, ce sont 8 dispositifs de scolarisation des enfants de moins de 3 ans qui ont vu le jour ainsi que 12 dispositifs “Plus de maîtres que de classes”. La continuité du service public d’éducation a été renforcée à travers la formation continue des enseignants et les créations de postes.

Depuis 2012, la Gironde compte 883 postes de professeurs supplémentaires, dont 453 dans le premier degré et 430 dans le second degré. Pour la rentrée 2016, ce sont 212 postes supplémentaires pour une moyenne d’un poste pour 13 élèves. La Gironde enregistre donc un solde positif entre création et suppression de postes égal à 23, ce qui démontre la volonté de la Direction des services départementaux de l’Education Nationale (DSDEN) d’apporter de meilleures conditions d’apprentissage aux élèves.

Les enjeux actuels auxquels doit faire face la DSDEN s’articulent autour de la ruralité, l’Education prioritaire et l’accompagnement des élèves en situation de handicap. Les territoires ruraux sont au coeur des priorités, notamment à travers les clauses de sauvegarde qui permettent à des classes de rester ouvertes pendant un an, afin d’évaluer la situation et de déterminer la viabilité de l’enseignement pour ces classes. 12 mesures de sauvegarde sont mises en place pour la rentrée 2016 en Gironde, élément qui confirme la volonté de ne pas laisser l’éducation en territoire rural à l’abandon.

Pour les élèves en très grande difficulté scolaire, le nombre de Sections d’enseignement général et professionnel adapté (SEGPA) en Gironde n’a pas été réduit pour cette rentrée. La lutte contre le décrochage scolaire est également une priorité qui a fait ses preuves depuis 2011. Les établissements du département comptaient un taux de décrochage scolaire de 9,2% en 2011 contre 5,9% en 2016. Nous savons aujourd’hui que l’enseigement général dispensé au plus grand nombre ne suffit plus à assurer la réussite scolaire et une meilleure insertion professionnelle. Il faut considérer l’orientation au collège comme un élément essentiel de construction du parcours professionnel. L’apprentissage est une filière à revaloriser en France et les services départementaux de l’Education Nationale espèrent, à ce titre, compter 900 apprentis supplémentaires en 3 ans.

Enfin, la DSDEN a indiqué sa volonté de poursuivre ses efforts dans l’accueil et la prise en charge des élèves en situation de handicap. Accompagner ces élèves dans les meilleures conditions reste une priorité afin qu’ils ne soient pas exclus du système scolaire et qu’ils puissent suivre une scolarité identique à celle de leurs camarades. En 2008, 400 élèves étaient suivis par des auxiliaires de vie scolaire (AVS). En 2016, ce sont 1905 élèves qui sont accompagnés par 1280 accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH).

Toutes ces mesures effectives à la rentrée 2016 montrent une politique déterminée et la réalisation de chantiers qui mobilisent quotidiennement les personnels et partenaires de l’Ecole publique.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel