m

Inauguration ce samedi 9 janvier 2016 du Centre d’action et de prévention de la radicalisation des individus (CAPRI) sous la présidence de Marwan El Bakhour en présence notamment de Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Pierre Dartout, Préfet, Alain Juppé, Maire de Bordeaux, Marik Fetouh, Adjoint au Maire, Secrétaire général et porte-parole du Capri, Tareq Oubrou, Recteur de la Mosquée de Bordeaux, Alain Rousset, Président de la Région, Denise Greslard-Nédélec, Vice-Présidente du Département, Sandrine Doucet, Députée de la Gironde,Françoise Cartron, Sénatrice de la Gironde et Naïma Charaï, Conseillère régionale.

 

 

 

 

 

 

Cette instance, subventionnée par l’Etat et les collectivités locales a pour mission d’informer et conseiller les familles et les acteurs du champ social ou de la jeunesse, et de prévenir la radicalisation par la décontraction des argumentaires radicaux et des théories du complot et par la compréhension du fait religieux.

Véritable outil local de prévention de la radicalisation, le CAPRI permet d’orienter les individus en fonction de trois profils types : Individus avec troubles psychiatriques majeurs, Jeunes femmes sous emprise et Jeunes hommes qui font un choix rationnel (font le choix du djihad car se sentent exclus de la société). Le rôle fort d’internet est aujourd’hui majeur en parallèle de la radicalisation de proximité ce qui rend primordiales les actions menées sur les réseaux sociaux.

Pour chacun de ces profils, il faut apporter une réponse différente avec deux objectifs : prévenir (Agir sur les facteurs de radicalisation : contre discours lutte contre la victimisation) et agir (prise en charge psychologique : sortir d’emprise familiale, thérapie familiale). Ensuite, une procédure d’intervention spécifique est mise en place sur la base d’indicateurs spécifiques : si danger immédiat, protocole de signalement aux autorités, si pas de danger immédiat, mise en place d’une cellule pluridisciplinaire d’évaluation pour élaborer un diagnostic précis. C’est le rôle clé du Capri.

Patrick Kanner, Ministre de la Jeunesse, de la Ville et des Sports a rappelé « Face à ce phénomène de la radicalisation, la réponse de l’Etat est avant tout sécuritaire. Face à la menace, il faut affirmer un Etat fort, mais elle doit aussi être préventive et mon Ministère y joue un rôle majeur ».

« Les jeunes en quête de sens peuvent être des proies pour des prédateurs fanatisés. La spiritualité ne doit jamais déboucher sur la monstruosité ».

Le Ministre a également annoncé la mise en oeuvre dans chaque contrat de ville d’un plan d’action contre la radicalisation ; tout en rappelant qu’il faut faire confiance à l’intelligence de la société civile. « L’Etat peut beaucoup, mais il ne peut pas seul », et de conclure « Longue et belle vie au Capri ! ».

Tareq Oubrou, Recteur de la Mosquée de Bordeaux dans une excellente intervention sur la théologie préventive et le rôle des immams a rappelé que « on ne peut ni ne doit combattre la radicalisation en affaiblissant les valeurs de la République »

Le Capri : www.radicalisation.fr / contact@radicalisation.fr

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel