m

Le Fonds Départemental d’Aide à l’Equipement des Communes est versé par le Conseil Général aux villes de Gironde pour des équipements utiles à tous. La mairie de Bordeaux a cette année décidé de réduire de moitié le complément qu’elle versait pour ces équipements. (Voir billet précédent).

Les propositions d’équipements à financer sont faites par la municipalité de chaque commune. A Bordeaux, ces propositions sont dictées par de la petite et bien mauvaise politique, ainsi que sur une méconnaissance complète des besoins réels.

Pourquoi ?

La liste proposée par la municipalité n’a d’autre objet que d’émietter les financements versés par le Conseiller Général afin de le rendre non perceptible pour les citoyens et de minimer le rôle du Conseil Général lui-même. J’en donne quelques exemples : – réalisation d’une clôture autour du potager de la Maison du jardinier
– embellissement des sanitaires au centre d’animation du Grand Parc (pas « remplacement », mais « embellissement » : sans doute va-t-on les repeindre !)
– réfection de la peinture du local plonge dans la RPA Maryse Bastié
– mise en place de bornes anti-vol à la bibliothèque du Grand Parc

On peut juger combien ces petits travaux, relevant de l’entretien normal que doit éffectuer la Mairie, sont agréables aux habitants du Canton et valorisants pour le Conseiller Général qui les finance !

Plus gravement, ces propositions méconnaissent complètement les réels besoins des structures du canton. Les propositions comportent la réfection d’une classe qui est en réalité en parfait état, les anti-vols ne sont ni nécessaires, ni souhaités par la bibliothèque qui a au contraire des besoins pour fonder une « DVD-thèque »…. Cette année cette méconnaissance est à son comble puisque l’on me demande par exemple de financer la peinture de la cage d’escalier de l’école Condorcet.. que j’ai financée l’an dernier !

Enfin, et ce n’est pas négligeable en ces temps où la gestion financière publique devrait être rigoureuse, les sommes demandées sont sans rapport avec la réalité. L’an dernier 22000 euros étaient demandés pour la réfection d’une classe à Condorcet qui était d’ailleurs en bon état. Avec la même somme, ont pu être repeints le hall d’entrée, la cage d’escalier, les paliers et une autre classe. Bon exemple de gestion économe des deniers publics.

Cette année, la diminution de la contribution de la Mairie de Bordeaux, le tour de passe-passe qui transfère le financement admis pour les structures associatives sur les adjoints de canton, et les propositions qui nous sont faites touchent au scandaleux. Il faut, malgré la complexité du sujet, que les habitants de chaque canton en soient informés.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel