m

Une députée LREM que j’estime m’avait demandé après son élection en 2017 de lui faire part de mon expérience et de lui donner quelques conseils. Le plus notable fut de travailler à construire son identité par des propositions et des actions cohérentes ; au besoin d’avoir des « maîtres mots », qu’elle n’hésiterait pas à répéter dans sa communication. Voulait-elle faire du travail et de l’emploi, de la jeunesse et de l’éducation, elle gagnerait à trouver des formules qui identifieraient son rôle et son action.

Voilà qui parut l’intéresser. Elle me répondit cependant qu’elle ne concevait pas ainsi un parti et que si elle avait une idée force ou une proposition originale, elle la confierait aussitôt au ministre en charge pour qu’il puisse l’insérer dans son discours ou ses projets de loi. Je n’ai pas insisté et aujourd’hui, je ne saurais pas nommer un seul député LREM auteur de proposition de loi.

En réalité, la consigne qui lui avait été donnée, allait beaucoup plus loin. Ce sont aujourd’hui les Ministres eux-mêmes, qui sont soumis à même décoloration. Qui était au ministère du Travail est muté au Transport, qui était à l’Europe vire à l’économie, qui était à la Ville et au logement passe à l’Agriculture, qui s’occupait des Droits des Femmes est opportunément enfouie sous le vocable de la citoyenneté… Bref, plus personne n’a de dossier où sa compétence lui permettrait d’avoir d’autre rôle que de répéter ce qu’on lui a dit de dire. 

Aujourd’hui, le numéro 2 du parti LREM, Pierre Person vient de démissionner. Sans doute avait-il été choisi pour son nom, il était en effet «personne» et 99,9 % des Français ne le connaissaient pas. Sans doute était-il lassé d’avoir pour seul rôle de mettre de l’ordre dans son bureau et de transmettre les consignes aux comités «En marche ».

C’est bête à dire, mais se consacrer à la politique suppose l’espoir quelque chose. Je suis fière des propositions de loi que j’ai portées , et je ne souffre pas d’avoir été identifiée pour mes combats pour la santé , l’âge … Et si j’avais eu un troisième mandat, j’aurais investi dans les domaines où je me pensais compétente. 

Non, je ne plaide pas pour la déloyauté au parti sous l’étiquette duquel on a été élu. J’ai combattu les frondeurs dont le seul résultat a été finalement de contribuer à l’élection de Macron et accessoirement, de n’être pour aucun d’entre eux réélu. Mais aujourd’hui, dans une période électorale chargée, cette politique de décoloration risque beaucoup de fragiliser les rangs de Marcheurs qui ne seront identifiés que par leurs dossards.

*Seuls sont identifiés fortement les Ministres qui l’étaient antérieurement sous l’étiquette d’un autre parti : le Drian, Lemaire …

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel