m

J’adore cette phrase de Claude Roy : « un livre c’est un nouvel ami qui entre dans la maison ». A vrai dire, j’aime beaucoup Claude Roy lui-même. Il est de ces écrivains qui donnent l’impression de les connaître depuis longtemps et d’être bien souvent en accord avec eux, autant pour de petites remarques que pour leur attitude générale devant la vie. Ce sont des « écrivains familiers ». Claude Roy était aussi un homme généreux, attachant et séduisant, ce qui ne gâte rien à la relation familière dont je parlais.

Hier dans ma permanence de la rue Saint Laurent, c’est un ami un peu particulier qui est entré : le livre composé à partir de la première année de mon blog. J’ai toujours envie de dire, par timidité sans doute, le « petit » livre, mais cela fâche beaucoup mes deux autres nouveaux amis, Jean-Luc Veissy et Dominique-Emmanuel Blanchard, mes éditeurs du « bord de l’eau », qui se sont portés en charge de la transformation d’un objet éphémère en un objet véritable, le livre.

« Il a de la main », m’a dit Jean-Luc en me donnant le premier volume. Je ne connaissais pas l’expression mais elle n’est pas sans justesse pour ce geste tout simple de prendre en mains un livre et d’y trouver une sorte d’avant-plaisir. Cela tient au poids, à la qualité du papier, au grain de la couverture, toutes choses qui ne sont pas in-importantes pour accueillir ces écrivains familiers dont je parlais.

J’ai râlé un peu sur la marge du texte, très réduite et qui donne l’impression d’aller chercher chaque début de ligne dans la pliure du texte. « Sans cela il aurait été trop gros et on ne l’aurait pas eu si bien en mains » a grogné Jean-Luc. J’ai rétrogradé prudemment : l’argument « d’avoir de la main » est irréfutable pour un livre !

Il y a bien longtemps que je n’avais pas accueilli cette sorte particulière de nouvel ami qui est un livre qu’on a écrit, et le dernier était un livre de médecine consacré à ma tumeur favorite, le mélanome. Pas un livre qu’on s’arrache sur les plages. On devrait pourtant car on y trouverait argument pour ne pas bronzer des heures idiot, ni mettre les enfants à cuire sur la plage comme de vulgaires bébés homards. Mais c’est une autre histoire, et presque une autre vie.

J’ai raconté ici pourquoi je publiais si peu. A un moment, cet effort (car c’en est un) de mener un manuscrit à la publication, ma paru inutile et vain. Le nombre de livres dans ma maison est accablant (bien que j’ai récemment assez bien réussi à transformer une bonne partie d’entre eux en un gigantesque autodafé). La masse de ce qui se publie chaque mois est également accablante et tant de livres ne sont pas ces amis dont je parlais, mais d’insignifiants récits dont on ne comprend ni la nécessité intérieure, ni la capacité à toucher et à atteindre cette familiarité qui signe la vraie écriture.

Alors pourquoi le blog/livre ? Sans doute pour retenir le sable d’une année que j’ai partagé avec beaucoup et dont le résultat le plus tangible (l’élection législative) est susceptible en elle-même et par ses prolongements de changer la donne à Bordeaux. Pour dire aussi cette familiarité que j’ai trouvé, que je trouve chaque jour, à écrire dans le blog (en ce moment même), et à essayer de la faire sentir et partager.

Comments 53 comments

  1. 06/11/2007 at 18:06 Achilles

    C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui apprécient votre blog et qui ont accompagné votre activité politique ce dernier temps. Avoir vos billets sur papier, bien reliés, est tout de même plus agréable que de manipuler un ordinateur.
    Pouvez-vous nous donner quelques informations sur la sortie en librairie, quand, où et combien? Est-ce vrai qu’il y a un DVD avec?

  2. 06/11/2007 at 18:06 Achilles

    C’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui apprécient votre blog et qui ont accompagné votre activité politique ce dernier temps. Avoir vos billets sur papier, bien reliés, est tout de même plus agréable que de manipuler un ordinateur.
    Pouvez-vous nous donner quelques informations sur la sortie en librairie, quand, où et combien? Est-ce vrai qu’il y a un DVD avec?

  3. 06/11/2007 at 19:59 Alba

    C’est avec émotion que je lis ton billet sur "l’ami qui entre dans la maison". J’ai eu le bonheur de recevoir l’amitié de Claude qui après son départ, continue de peupler ma maison et mon for intérieur, pas seulement avec ses livres et ses lettres. Dans quelques semaines, cela fera 10 ans qu’il nous a quittés. J’ai été heureuse de lire ton billet qui parle de Claude Roy, un peu trop vite oublié malgré son immense dévouement pour les arts, les lettres, les langues des civilisations lointaines et un long "et coetera" qui frôle l’être au plus près de sa nature et de son essence.
    Permet-moi de le citer pour t’offrir l’une de ses minimes qui te va bien "Elle va, courageuse comme un hirondelle".
    Avec amitié

  4. 07/11/2007 at 13:12 rosa et missie

    la femme de claude roy était l’actrice loleh bellon, que nous aimions beaucoup aussi
    il y a des hommes et des femmes qui agrègent autour d’eux une petite communauté de personnes qui se ressemblent

  5. 07/11/2007 at 13:12 rosa et missie

    la femme de claude roy était l’actrice loleh bellon, que nous aimions beaucoup aussi
    il y a des hommes et des femmes qui agrègent autour d’eux une petite communauté de personnes qui se ressemblent

  6. 07/11/2007 at 13:12 rosa et missie

    la femme de claude roy était l’actrice loleh bellon, que nous aimions beaucoup aussi
    il y a des hommes et des femmes qui agrègent autour d’eux une petite communauté de personnes qui se ressemblent

  7. 07/11/2007 at 13:12 rosa et missie

    la femme de claude roy était l’actrice loleh bellon, que nous aimions beaucoup aussi
    il y a des hommes et des femmes qui agrègent autour d’eux une petite communauté de personnes qui se ressemblent

  8. 07/11/2007 at 13:12 rosa et missie

    la femme de claude roy était l’actrice loleh bellon, que nous aimions beaucoup aussi
    il y a des hommes et des femmes qui agrègent autour d’eux une petite communauté de personnes qui se ressemblent

  9. 07/11/2007 at 14:33 MYOS

    l’annonce de l’arrivée de ce livre chez vous

    Hier à l’assemblée où j’étais, j’ai beaucoup aimé la tactique du groupe SRC (gauche) qui s’est focalisé sur les questions qui préoccupent la majorité d’entre nous: la vie chère.
    Ce qui est préoccupant, c’est que les ministres ont tous répondu pareil, les heures sup, solution à tous les problèmes. (Y compris à une question qui mentionnait les petites retraites. C’est clair que les retraités vont être aidés par les heures sup defiscalisées.) Ah, Luc Chatel a innové, en plus des heures sup comme solution à tous les problèmes, il a ajouté que le gouvernement allait aussi régler tout ça en libéralisant totalement les hypermarchés.
    (ça aussi ça va drôlement aider les retraités, surtout ceux qui résident dans les zones rurales.)
    J’ai aussi remarqué que vous faisiez partie des députés toujours respectueux et attentifs – cela ne semble pas être une règle. (Outre la quantité de députés qui lisent Le Monde, j’ai aussi remarqué un député qui lisait une BD, hm. Et ce n’était pas un jeune député. Je ne dis pas s’il s’agit de personnes de droite ou de gauche, pour moi la question n’est pas là.)
    Mais ce député lisant n’était pas aussi irrespectueux que François Fillon, qui SYSTEMATIQUEMENT tournait le dos à la gauche quand il répondait à une question (sauf pour JM Ayrault), qui faisait son show à tourner la tête pour discuter ostensiblement avec son voisin pendant que le député de gauche intervenait.
    Ou que Jean-Louis Borloo qui, à un député UMP de circonscription rurale, de sa propre majorité donc!, a répondu par un foutage de gueule (pardonnez moi le terme) si magistral que Roselyne Bachelot n’a pas pu s’empêcher de se mettre à rire à l’écouter; quand JL Borloo s’est rassis, elle l’a poussé du coude, et JLBorloo, montrant qu’il n’avait pas produit cette réponse par vacuité et ignorance de la question, mais par cruauté et arrogance, s’est plié de rire de concert.
    Enfin vous avez bien du mérite, comme on dit, de supporter tout cela.
    Comment le ressentez-vous?
    Moi j’y vois du mépris du peuple et de ses représentants.
    Comment cela se vit-il? Y a-t-il des tactiques de subversion du mépris gouvernemental?

  10. 07/11/2007 at 14:33 MYOS

    l’annonce de l’arrivée de ce livre chez vous

    Hier à l’assemblée où j’étais, j’ai beaucoup aimé la tactique du groupe SRC (gauche) qui s’est focalisé sur les questions qui préoccupent la majorité d’entre nous: la vie chère.
    Ce qui est préoccupant, c’est que les ministres ont tous répondu pareil, les heures sup, solution à tous les problèmes. (Y compris à une question qui mentionnait les petites retraites. C’est clair que les retraités vont être aidés par les heures sup defiscalisées.) Ah, Luc Chatel a innové, en plus des heures sup comme solution à tous les problèmes, il a ajouté que le gouvernement allait aussi régler tout ça en libéralisant totalement les hypermarchés.
    (ça aussi ça va drôlement aider les retraités, surtout ceux qui résident dans les zones rurales.)
    J’ai aussi remarqué que vous faisiez partie des députés toujours respectueux et attentifs – cela ne semble pas être une règle. (Outre la quantité de députés qui lisent Le Monde, j’ai aussi remarqué un député qui lisait une BD, hm. Et ce n’était pas un jeune député. Je ne dis pas s’il s’agit de personnes de droite ou de gauche, pour moi la question n’est pas là.)
    Mais ce député lisant n’était pas aussi irrespectueux que François Fillon, qui SYSTEMATIQUEMENT tournait le dos à la gauche quand il répondait à une question (sauf pour JM Ayrault), qui faisait son show à tourner la tête pour discuter ostensiblement avec son voisin pendant que le député de gauche intervenait.
    Ou que Jean-Louis Borloo qui, à un député UMP de circonscription rurale, de sa propre majorité donc!, a répondu par un foutage de gueule (pardonnez moi le terme) si magistral que Roselyne Bachelot n’a pas pu s’empêcher de se mettre à rire à l’écouter; quand JL Borloo s’est rassis, elle l’a poussé du coude, et JLBorloo, montrant qu’il n’avait pas produit cette réponse par vacuité et ignorance de la question, mais par cruauté et arrogance, s’est plié de rire de concert.
    Enfin vous avez bien du mérite, comme on dit, de supporter tout cela.
    Comment le ressentez-vous?
    Moi j’y vois du mépris du peuple et de ses représentants.
    Comment cela se vit-il? Y a-t-il des tactiques de subversion du mépris gouvernemental?

  11. 07/11/2007 at 14:35 MYOS

    OUPS je n’ai pas fini ma première phrase que j’essayais de compléter mieux que mon premier jet. 🙁 Pardonnez-moi.
    Je voulais dire plus adroitement (c’est raté) que l’arrivée de ce livre me rappelait la perte de ce que contenaient tous les volumes disparus mais qu’il était aussi comme une naissance dans une maison où a eu lieu un dècès. Il me fait penser à un crocus près d’une jonquille.
    (C’est bête dit comme ça mais si j’attends mon oups sera encore pire)

  12. 07/11/2007 at 14:35 MYOS

    OUPS je n’ai pas fini ma première phrase que j’essayais de compléter mieux que mon premier jet. 🙁 Pardonnez-moi.
    Je voulais dire plus adroitement (c’est raté) que l’arrivée de ce livre me rappelait la perte de ce que contenaient tous les volumes disparus mais qu’il était aussi comme une naissance dans une maison où a eu lieu un dècès. Il me fait penser à un crocus près d’une jonquille.
    (C’est bête dit comme ça mais si j’attends mon oups sera encore pire)

  13. 07/11/2007 at 15:42 militant 3

    Le mépris de l’opposition est l’image de marque de l’Etat UMP, cher(e) MYOS, à tous les niveaux. Nous avons pu l’observer lors de ces séances du conseil municipal où ce grand homme d’Etat Juppé s’est "distingué" en quittant la salle sous des prétextes manifestement mensongers quand Michèle a pris la parole, lors des nombreuses fois où il a ignoré les élus de gauche au moment d’inaugurations, où il s’est foutu du protocole républicain, où il a coupé la parole aux conseillers municipaux socialistes, où il les a insultés par des noms d’oiseaux. Ils sont comme ça parce qu’ils se considèrent comme les rois du monde et l’existence même de quiconque ne leur lèche pas les westons ou pradas est pour eux un lèse-Majesté sinon un blasphème en ce qui concerne leur nouveau dieu Sarko.
    Borloo et l’incroyable Bachelot "honorent" cette clique.

  14. 07/11/2007 at 15:42 militant 3

    Le mépris de l’opposition est l’image de marque de l’Etat UMP, cher(e) MYOS, à tous les niveaux. Nous avons pu l’observer lors de ces séances du conseil municipal où ce grand homme d’Etat Juppé s’est "distingué" en quittant la salle sous des prétextes manifestement mensongers quand Michèle a pris la parole, lors des nombreuses fois où il a ignoré les élus de gauche au moment d’inaugurations, où il s’est foutu du protocole républicain, où il a coupé la parole aux conseillers municipaux socialistes, où il les a insultés par des noms d’oiseaux. Ils sont comme ça parce qu’ils se considèrent comme les rois du monde et l’existence même de quiconque ne leur lèche pas les westons ou pradas est pour eux un lèse-Majesté sinon un blasphème en ce qui concerne leur nouveau dieu Sarko.
    Borloo et l’incroyable Bachelot "honorent" cette clique.

  15. 07/11/2007 at 19:10 NR

    En attendant, la discussion sur la ligne 15 du bus bat son plein. Voir les commentaires actuels sous le billet du 30 octobre.
    Les manoeuvres de la mairie deviennent bien visibles…

  16. 07/11/2007 at 19:10 NR

    En attendant, la discussion sur la ligne 15 du bus bat son plein. Voir les commentaires actuels sous le billet du 30 octobre.
    Les manoeuvres de la mairie deviennent bien visibles…

  17. 07/11/2007 at 21:54 martine

    Moi je l’ai reçu (accueilli) depuis Vendredi ce nouvel ami dans la maison;
    je suis bien d’accord sur sa "tenue en mains", c’est sa première qualité.
    Il m’est trés agréable de revenir sur ces billets de l’année passée avec l’impression parfois que c’est un billet d’aujourd’hui, d’autres fois que déjà ces histoires de campagne sont de l’histoire…
    Il reste, chère Michèle, le plaisir de retrouver votre plume sur de vraies pages d’un livre.
    Le DVD est comme le livre, élégant, de l’élégance de l’esprit et du coeur.
    Merci pour ce cadeau et ce nouvel ami !

  18. 08/11/2007 at 11:20 NR

    @ Achilles:
    vous trouverez des info sur la sortie du livre de Michèle en cherchant sur google sous "bord de l’eau", nom de l’éditeur.

  19. 08/11/2007 at 11:20 NR

    @ Achilles:
    vous trouverez des info sur la sortie du livre de Michèle en cherchant sur google sous "bord de l’eau", nom de l’éditeur.

  20. 09/11/2007 at 12:50 photographe talentueux

    Tout d’abord félicitations à Michèle pour l’édition et la sortie de ce livre. J’imagine que ce doit être un moment privilégié pour un auteur.

    Je viens vous donner des nouvelles suite à mon intervention ici: michele-delaunay.net/blog…

    J’ai donc répondu à l’invitation de Michèle pour que nous nous rencontrions, mais étant donné son emploi du temps chargé, ce sont ses assistantes à sa permanence qui m’ont reçu.

    Aprés avoir présenté les motifs de mon intervention et ce que je reprochais au conseil général, il m’a été proposé de relever mon numéro départemental de demande de logement et d’appuyer mon dossier auprés du conseil général sans passer par l’étape assistante sociale. Ce qui n’est d’ailleurs qu’une démarche supplémentaire vouée à décourager un peu plus puisque renseignements pris, il s’agit de prendre rendez-vous avec un acteur social de son secteur et de se voir remettre les adresses des bailleurs sociaux. Vous pensez bien que depuis six ans que je les sollicite, c’est un peu superflu.

    Donc voilà où nous en sommes. Nous verrons si cet appui couplé à l’urgence relative de la situation (je ne suis pas dehors mais une termite est un animal vorace croyez-moi) peut débloquer ce problème de logement.

  21. 09/11/2007 at 12:50 photographe talentueux

    Tout d’abord félicitations à Michèle pour l’édition et la sortie de ce livre. J’imagine que ce doit être un moment privilégié pour un auteur.

    Je viens vous donner des nouvelles suite à mon intervention ici: michele-delaunay.net/blog…

    J’ai donc répondu à l’invitation de Michèle pour que nous nous rencontrions, mais étant donné son emploi du temps chargé, ce sont ses assistantes à sa permanence qui m’ont reçu.

    Aprés avoir présenté les motifs de mon intervention et ce que je reprochais au conseil général, il m’a été proposé de relever mon numéro départemental de demande de logement et d’appuyer mon dossier auprés du conseil général sans passer par l’étape assistante sociale. Ce qui n’est d’ailleurs qu’une démarche supplémentaire vouée à décourager un peu plus puisque renseignements pris, il s’agit de prendre rendez-vous avec un acteur social de son secteur et de se voir remettre les adresses des bailleurs sociaux. Vous pensez bien que depuis six ans que je les sollicite, c’est un peu superflu.

    Donc voilà où nous en sommes. Nous verrons si cet appui couplé à l’urgence relative de la situation (je ne suis pas dehors mais une termite est un animal vorace croyez-moi) peut débloquer ce problème de logement.

  22. 09/11/2007 at 18:24 Rôle des élus ?

    Photographe talentueux, en réponse à vos divers messages :

    Les problèmes de termites doivent être pris en charge par votre propriétaire, dont c’est d’ailleurs l’intérêt très évident. Plus il attend pire ça sera. Si vous ne vous pouvez le lui faire comprendre, si vos contacts DDASS, etc. ont échoué, c’est donc, le cas échéant du ressort d’une association de consommateurs, d’un avocat.. Evidemment vous n’avez sûrement pas la possibilité d’aller voir un avocat. Mais une association de consommateurs ?
    Que peut là-dessus un(e) politique? C’est vraiment TOUT lui demander !

    Vous savez bien qu’il y a des listes d’attente très longues pour les logements sociaux. Qu’attendez-vous ? un miracle ? Qu’on multiplie par deux la surface disponible pour construire ? Un coup de pouce qui vous fasse passer avant d’autres ? Autrement dit, chacun son tour mais moi d’abord ? Est-ce le rôle d’un politique que de répondre à cela ? Et après on reproche le copinage ! mais on les y pousse ! Franchement, je comprend vos difficultés, votre mal-être, ne croyez pas le contraire, mais il y a des milliers de gens dans ce cas. Et des milliers qui, non seulement pour un temps, mais pour très longtemps, acceptent de changer complètement de job, voire de région, quand ce n’est pas de vie. Je pleure plus sur les réfugiés de tous pays qui ont tout quitté (et étaient peut-être de talentueux photographes) et qui ici, en France se contentent de n’importe quoi, pour survivre, que sur vous, qui focalisez un peu trop sur vous-même en utilisant ce blog, au risque de prouver que les politiques, quels qu’ils soient, ne font rien. Votre demande un peu égotiste est un peu agaçante, même si vous dites des choses justes ( par exemple les formations et stages "parking" qui ne mènent à rien, tout en coûtant très cher au système ; les intermédiaires qui écoutent, font des synthèses qu’ils transmettent et ne débouchent sur rien. C’est ainsi qu’on fait traîner, qu’on "gère" l’ingérable, bel échec de nos sociétés dites avancées, gâchis humain énorme)

    Il est cependant encore assez raisonnable que le conseil général s’assure du "solide" d’une association 1901 avant de subventionner un projet. Un an d’existence pourune association, ce n’est pas tant demander. C’est de l’argent public, la redistribution de ce qui est prélevé, qui est donné pour aider quelque chose qui apporte à la collectivité, quand-même. Cela se gère, cela ne se distribue pas n’importe comment. Du moins dans le principe.

    Même si dans leurs permanences les élus ont à essayer de régler comme ils peuvent beaucoup de problèmes privés, je trouve détestable cette habitude qui consiste à demander leur aide pour des problèmes souvent très personnels. C’est une forme non reconnue, non avouée à soi-même de clientélisme, du simple troc. Ce qui apparaît clairement, quand, souvent déçu, le demandeur va voter ailleurs. C’est aussi d’une exigence folle. Un conseiller général, plus encore un député ont d’autres rôles, lourds et prenants, à assumer, y compris la question du logement social, mais vu de manière globale, sociale, pas individuelle.
    Vous êtes en train de coincer Michèle Delaunay, comme vous coinceriez un(e) autre élue. Et bien sûr, d’aucuns l’exploiteront, ça c’est la récup. Et vous apportez de l’eau à ce moulin là. C’est ce que vous voulez ? Regardez autour de vous ! Dénombrilisez vous !
    Excusez ma franchise un peu brutale, je ne veux pas vous blesser, simplement répondre à votre écriture publique.

  23. 09/11/2007 at 18:24 Rôle des élus ?

    Photographe talentueux, en réponse à vos divers messages :

    Les problèmes de termites doivent être pris en charge par votre propriétaire, dont c’est d’ailleurs l’intérêt très évident. Plus il attend pire ça sera. Si vous ne vous pouvez le lui faire comprendre, si vos contacts DDASS, etc. ont échoué, c’est donc, le cas échéant du ressort d’une association de consommateurs, d’un avocat.. Evidemment vous n’avez sûrement pas la possibilité d’aller voir un avocat. Mais une association de consommateurs ?
    Que peut là-dessus un(e) politique? C’est vraiment TOUT lui demander !

    Vous savez bien qu’il y a des listes d’attente très longues pour les logements sociaux. Qu’attendez-vous ? un miracle ? Qu’on multiplie par deux la surface disponible pour construire ? Un coup de pouce qui vous fasse passer avant d’autres ? Autrement dit, chacun son tour mais moi d’abord ? Est-ce le rôle d’un politique que de répondre à cela ? Et après on reproche le copinage ! mais on les y pousse ! Franchement, je comprend vos difficultés, votre mal-être, ne croyez pas le contraire, mais il y a des milliers de gens dans ce cas. Et des milliers qui, non seulement pour un temps, mais pour très longtemps, acceptent de changer complètement de job, voire de région, quand ce n’est pas de vie. Je pleure plus sur les réfugiés de tous pays qui ont tout quitté (et étaient peut-être de talentueux photographes) et qui ici, en France se contentent de n’importe quoi, pour survivre, que sur vous, qui focalisez un peu trop sur vous-même en utilisant ce blog, au risque de prouver que les politiques, quels qu’ils soient, ne font rien. Votre demande un peu égotiste est un peu agaçante, même si vous dites des choses justes ( par exemple les formations et stages "parking" qui ne mènent à rien, tout en coûtant très cher au système ; les intermédiaires qui écoutent, font des synthèses qu’ils transmettent et ne débouchent sur rien. C’est ainsi qu’on fait traîner, qu’on "gère" l’ingérable, bel échec de nos sociétés dites avancées, gâchis humain énorme)

    Il est cependant encore assez raisonnable que le conseil général s’assure du "solide" d’une association 1901 avant de subventionner un projet. Un an d’existence pourune association, ce n’est pas tant demander. C’est de l’argent public, la redistribution de ce qui est prélevé, qui est donné pour aider quelque chose qui apporte à la collectivité, quand-même. Cela se gère, cela ne se distribue pas n’importe comment. Du moins dans le principe.

    Même si dans leurs permanences les élus ont à essayer de régler comme ils peuvent beaucoup de problèmes privés, je trouve détestable cette habitude qui consiste à demander leur aide pour des problèmes souvent très personnels. C’est une forme non reconnue, non avouée à soi-même de clientélisme, du simple troc. Ce qui apparaît clairement, quand, souvent déçu, le demandeur va voter ailleurs. C’est aussi d’une exigence folle. Un conseiller général, plus encore un député ont d’autres rôles, lourds et prenants, à assumer, y compris la question du logement social, mais vu de manière globale, sociale, pas individuelle.
    Vous êtes en train de coincer Michèle Delaunay, comme vous coinceriez un(e) autre élue. Et bien sûr, d’aucuns l’exploiteront, ça c’est la récup. Et vous apportez de l’eau à ce moulin là. C’est ce que vous voulez ? Regardez autour de vous ! Dénombrilisez vous !
    Excusez ma franchise un peu brutale, je ne veux pas vous blesser, simplement répondre à votre écriture publique.

  24. 09/11/2007 at 19:01 Lucas Clermont

    @ Photographe talentueux

    Ce n’est pas infantilisant de consulter une assistante sociale qui en principe vous guidera dans le fatras des diverses administrations françaises. Je n’ajouterai rien au commentaire de : "rôle des élus" tant je crains que je serais détestable à votre égard. En particulier parce qu’on ne peut d’abord donner des leçons de vertu politique, puis exiger d’obtenir un passe-droit.

    Vous avez écrit que vous avez suivi une formation de menuisier. Franchissez la porte d’une agence d’intérim et vous aurez en quelques heures un emploi de manœuvre. Il faut toutefois prendre conscience que le travail ne se quémande pas, que les agences d’intérim sont des entreprises qui fournissent du travail à qui souhaite réellement travailler. L’intérim est aussi le meilleur moyen d’obtenir un emploi stable à moyen terme pour qui le souhaite. Je vous accorde que c’est un peu dur et que l’on est déconsidéré, mais la liberté s’accorde mal avec le confort, les certitudes, les honneurs…

    Évidemment vous êtes libre de continuer à geindre. Mais vous donneriez une image détestable de l’artiste qui exige d’être reconnu, supporté, financé, etc.

  25. 10/11/2007 at 03:14 photographe talentueux

    Ca c’est un peu fort!

    A quel moment ai-je exigé un passe-droit? Je veux que vous trouviez où exactement et dans quel message j’ai quémandé quoi que ce soit?

    Je viens ici donner mon sentiment sceptique quant aux élus locaux de gauche, j’explique pourquoi au travers de mes soucis de logement, et l’on me tombe dessus en accumulant des leçons de vie, de morale et autres conseils de couloir de bureau.

    Vous croyez vraiment m’apprendre quelque chose au sujet de la liste d’attente des demandes de logement, sur leur nombre et l’insuffisance de l’offre? Vous pensez avoir affaire à un demeuré?

    Quel que soit le thème de vos certitudes, vous êtes à côté de la vérité. Vos avis sont obsolètes, vos suggestions faciles et totalement futiles.

    Si je critique cette démarche infantilisante et inutile de l’assistante sociale, c’est bien parce-que je suis une personne autonome et que le fatras administratif n’est que feu de paille à mes yeux. Il m’en faut beaucoup plus pour me décourager ou me compliquer la vie au point de demander de l’aide. Et je ne suis pas le seul, loin de là. Si les gens avaient pour habitude qu’on les considère normalement responsables et autonomes, on gagnerait du temps sur beaucoup de choses.

    Je rêve…

    Je viens témoigner sans arrière pensée, Michèle m’invite à la contacter en expliquant que l’on peut contourner le rendez-vous avec un centre social, à la suite de ça c’est à peine si je peux de nouveau poster des commentaires sans que l’on me balance dans les dents qu’au lieu de me plaindre encore je ferais mieux de répondre à son invitation, ce qui en fait était déjà fait, et me voilà maintenant accusé de passe-droit!

    Hé, vous êtes bien gentils les rois des donneurs de leçons, mais là vous me les briser menus. Je suis désolé madame Delaunay, mais votre fan club a réussi à me faire perdre mon flegme.

    A aucun moment je suis venu me plaindre. Si vous ignorez qu’il n’y a pas de boulot en interim pour les cap sans expérience (je vous en prie, vérifiez par vous-même, cela vous est-t-il au moins arrivé une fois ces derniers temps de chercher du boulot?) vous ne savez pas non plus lire correctement.

    Décidement, il n’y a pas d’issue, vous êtes condamnés, vous les politiques, à être mauvais, cernés par autant de médiocres.

    Voulez-vous dire à vos bulldogs, ou caniches je ne sais, que chaque citoyen est libre et en droit de solliciter ceux qu’il a élu pour exposer un dilemne, réclamer une aide ou demander réparation. Expliquez-leur que nous sommes au 21ième siècle et qu’aujourd’hui nous pouvons converser avec des humains qui habitent à l’autre bout de la terre en simultané. Rappelez-leur s’il vous plaît l’exception qu’est votre blog, avec celui de Mélenchon du reste, où l’on peut librement débattre en toute intelligence (enfin je croyais) et interpeller nos élus qui, quand ils en donnent la possibilité comme vous le faîtes, se rendent disponibles virtuellement à défaut de l’être davantage dans la réalité.

    Je n’ai jamais pensé, en venant donner mon avis ici, que cela me ferait passer sur le haut de la liste et signer un nouveau bail demain. J’ai seulement accepté votre invitation, est-ce donc cela que l’on me reproche?

    Suite aux nombreux courriers étant donné l’abandon manifeste de son bien par mon propriétaire, que j’ai envoyé légitimement à ma mairie et dans lesquels je réclamais légitimement un soutien, si j’avais obtenu qu’elle fasse son travail, aurait-ce été un passe-droit?

    Messieurs les rabat-joie, pourquoi ne vous vient-il pas à l’esprit que mon dossier mérite effectivement que l’on s’y penche deux minutes? Remettez-vous en doute le jugement de Michèle sur celui-ci? Pensez-vous que je sois le seul pour qui elle a envie de se rendre utile? N’est-ce pas un peu son rôle d’accueillir les électeurs qui l’interpelle sur une situation difficile et son boulot d’essayer de trouver des solutions? Et non pas des combines!
    A moins que…
    Etes-vous en train de l’accuser d’abuser de son pouvoir pour séduire et influencer le vote du sale électeur égoïste que je suis?

  26. 10/11/2007 at 03:48 photographe encore

    Permettez-moi d’en rajouter, proportionnellement à la jubilation qui est finalement la mienne, car si j’entends bien mon cher "Rôle des élus", vous m’accusez de tendre un piège à Michèle, n’est-ce pas?

    Vous partez donc du principe qu’à mon problème, étant donné le problème du logement dans notre pays, il n’y a pas de solution. Mais alors à quoi sert le service du logement du conseil général? Serait-ce des emplois fictifs? Et seriez-vous en train de sous-entendre une incompétence de la part de Michèle? A choisir, soit incapable de m’aider, soit inconsciente en proposant ainsi son aide?

    Moi qui pensais juste partager avec vous une note d’espoir et témoigner de la générosité de Michèle à qui pourtant j’ai manifesté sans égard une certaine méfiance et, politiquement parlant, une déception certaine, je suis soufflé.

    Laissez-moi vous dire, pour finir, qu’en intervenant ainsi, en me traitant de nombriliste plaintif et en m’accusant de profiter de passe-droit, vous trahissez davantage un fatalisme consternant et une piètre opinion de Michèle Delaunay.

  27. 10/11/2007 at 03:48 photographe encore

    Permettez-moi d’en rajouter, proportionnellement à la jubilation qui est finalement la mienne, car si j’entends bien mon cher "Rôle des élus", vous m’accusez de tendre un piège à Michèle, n’est-ce pas?

    Vous partez donc du principe qu’à mon problème, étant donné le problème du logement dans notre pays, il n’y a pas de solution. Mais alors à quoi sert le service du logement du conseil général? Serait-ce des emplois fictifs? Et seriez-vous en train de sous-entendre une incompétence de la part de Michèle? A choisir, soit incapable de m’aider, soit inconsciente en proposant ainsi son aide?

    Moi qui pensais juste partager avec vous une note d’espoir et témoigner de la générosité de Michèle à qui pourtant j’ai manifesté sans égard une certaine méfiance et, politiquement parlant, une déception certaine, je suis soufflé.

    Laissez-moi vous dire, pour finir, qu’en intervenant ainsi, en me traitant de nombriliste plaintif et en m’accusant de profiter de passe-droit, vous trahissez davantage un fatalisme consternant et une piètre opinion de Michèle Delaunay.

  28. 10/11/2007 at 10:57 Militant socialiste

    Moi qui suis une des meilleures "piques" de ce blog, je suis choqué (mais pas surpris) par les derniers commentaires et les attaques dont fait l’objet "photographe talentueux" d’autant plus qu’il ne dit rien de méchant.
    Il explique ce qui s’est passé depuis sont commentaire et l’invitation de Michèle Delaunay.
    Mais certains intervenants de ce blog se sentent obligés de prendre la défense de Michèle Delaunay chaque fois qu’il y a une intervention (même si ce n’est pas une attaque). Le blog est alors dénaturé. Ici chacun a pris l’habitude d’intervenir librement, de donner son sentiment. C’est cela qui fait le charme de ce blog.
    Arrêtez de jouer les inquisiteurs et de "brûler" tous les gens qui laissent des commentaires. Arrêtez aussi de mettre des noms sur les pseudos. Vous êtes à côté de la plaque.
    J’ai dîné il y a quelques jours avec le secrétaire de section de Bordeaux centre et il m’a dit (devant témoins) ne pas être "militant3" contrairement à ce que certains affirmaient dans leurs commentaires.
    Sachant que n’importe lequel d’entre nous peut prendre le pseudo habituel d’un autre, comment dire que c’est un tel ou un autre qui a écrit un commentaire.
    Alors, chers amis, soyons un peu plus ojectifs dans nos commentaires même quand nous ne sommes pas d’accord. La liberté d’expression doit rester le règle dans ce blog.

  29. 10/11/2007 at 12:52 Lucas Clermont

    @ photographe talentueux

    Je travaille en intérim, j’ai travaillé toute ma vie en intérim. Je ne m’inscris pas à l’ANPE entre deux missions. Quand il n’y a pas de travail, je fais manœuvre (j’ai pourtant un DUT commercial). Il faut quelques heures pour trouver un tel job. Pour être encore plus libre, je vis la plupart du temps dans des hôtels sans confort mais bien tenus. Autrement dit, pour rester dans votre appréciation, je ne suis ni un caniche ni un bulldog, mais un chien errant. C’est à dire un chien libre (de mordre n’importe qui) !

    Les personnes qui s’adressent aux élus pour obtenir un passe-droit comme vous le faites prennent la place de celles qui la plupart du temps ne savent pas se diriger dans la complexité de l’organisation française ; qui souvent ne savent pas lire ou écrire ou utiliser internet ; qui peuvent cumuler maints handicaps et qui pourtant ne se plaignent pas. La situation que vous présentez est bénigne. J’espère qu’à la permanence de Michèle Delaunay personne ne vous assistera et qu’on consacrera au contraire son temps et son énergie aux cas les plus aigus.

    Quand vous aurez renoncé à votre orgueil, je suis certain que votre situation s’arrangera sans l’aide de quiconque. C’est très plaisant de ne rien devoir à personne.

  30. 10/11/2007 at 12:52 Lucas Clermont

    @ photographe talentueux

    Je travaille en intérim, j’ai travaillé toute ma vie en intérim. Je ne m’inscris pas à l’ANPE entre deux missions. Quand il n’y a pas de travail, je fais manœuvre (j’ai pourtant un DUT commercial). Il faut quelques heures pour trouver un tel job. Pour être encore plus libre, je vis la plupart du temps dans des hôtels sans confort mais bien tenus. Autrement dit, pour rester dans votre appréciation, je ne suis ni un caniche ni un bulldog, mais un chien errant. C’est à dire un chien libre (de mordre n’importe qui) !

    Les personnes qui s’adressent aux élus pour obtenir un passe-droit comme vous le faites prennent la place de celles qui la plupart du temps ne savent pas se diriger dans la complexité de l’organisation française ; qui souvent ne savent pas lire ou écrire ou utiliser internet ; qui peuvent cumuler maints handicaps et qui pourtant ne se plaignent pas. La situation que vous présentez est bénigne. J’espère qu’à la permanence de Michèle Delaunay personne ne vous assistera et qu’on consacrera au contraire son temps et son énergie aux cas les plus aigus.

    Quand vous aurez renoncé à votre orgueil, je suis certain que votre situation s’arrangera sans l’aide de quiconque. C’est très plaisant de ne rien devoir à personne.

  31. 10/11/2007 at 14:05 rôle des élus ?

    à Photographe talentueux

    Je ne vais pas relire vos différents commentaires, mais je ressens de votre part une nombrilisation. Je ne peux pas dire autre chose. Quand vous écriviez que vous ne vouliez pas faire autre chose que votre expression artistique, d’accord, mais faites le , comme vous venez de l’écrire, de manière autonome, sans rien demander à personne, simplement en arrivant à imposer votre compétence, votre talent. A vos risques. Totalement. Facile à dire, oui, d’accord. Surtout maintenant, alors que depuis l’avènement du numérique, les studios de photographe disparaissent presque tous. Combien de vrais photographe artisans désormais ? A tort ou à raison, on s’en passe.

    Toujours est-il que vous n’êtes pas le seul, et j’en connais, des gens doués qui n’exercent pas leur art, ou du moins qui n’en vivent pas, y compris des photographes. Pour beaucoup, c’est un à côté, un plaisir de la vie. Combien d’auteurs vivent de leur plume ? Combien d’expos photos pas des employés de l’éducation nationale ? Les bons comme les moins bons, ceux qui ont un talent comme ceux qui en ont moins, ou moins de relations. Combien de caissières de supermarché qui ne peuvent même pas prétendre devenir coiffeuses ?

    Non, je ne veux pas dire que vous avez VOULU tendre un piège à Michèle Delaunay, mais que vous y arrivez quand même, nuance !

    Un sujet qui me semble COLLECTIVEMENT, SOCIALEMENT, donc POLITIQUEMENT INTERESSANT , et qui néglige c’est vrai votre problème, est le fait que dans le contexte actuel de pénurie de logements, il serait peut-être bon de pouvoir contraindre les propriétaires à faire des travaux, ou que les pouvoirs publics, en cas de défaillance avérée, puissent se substituer à eux. Soit en récupérant le coût sur les propriétaires, au besoin par voie fiscale, soit en reprenant la propriété par droit de préemption, et indemnisation du propriétaire sur son bien constaté en l’état d’abandon. Lourde machine, attaque contre le sacro saint droit de propriété, mais prise en compte des réalités et besoins. On en est cependant pas là, regardez les hôtels miteux qui flambent. N’empêche que c’est une voie. Quelqu’un vous l’a répondu, je crois, en parlant des loyers qui pourraient prendre cette direction. La remarque était intéressante.

    A militant socialiste :

    Relisez ma note : je ne prends pas la défense de Michèle Delaunay, mais des élus en général. Exigeons d’eux qu’ils fassent leur boulot, pas autre chose. C’est déjà pas mal.
    Pour ma part, je ne cite ni ne dévoile aucun nom, aucun pseudo. Lucas Clermont non plus. D’ailleurs vous avez raison, nos pseudo sont très mobiles.

  32. 10/11/2007 at 14:05 rôle des élus ?

    à Photographe talentueux

    Je ne vais pas relire vos différents commentaires, mais je ressens de votre part une nombrilisation. Je ne peux pas dire autre chose. Quand vous écriviez que vous ne vouliez pas faire autre chose que votre expression artistique, d’accord, mais faites le , comme vous venez de l’écrire, de manière autonome, sans rien demander à personne, simplement en arrivant à imposer votre compétence, votre talent. A vos risques. Totalement. Facile à dire, oui, d’accord. Surtout maintenant, alors que depuis l’avènement du numérique, les studios de photographe disparaissent presque tous. Combien de vrais photographe artisans désormais ? A tort ou à raison, on s’en passe.

    Toujours est-il que vous n’êtes pas le seul, et j’en connais, des gens doués qui n’exercent pas leur art, ou du moins qui n’en vivent pas, y compris des photographes. Pour beaucoup, c’est un à côté, un plaisir de la vie. Combien d’auteurs vivent de leur plume ? Combien d’expos photos pas des employés de l’éducation nationale ? Les bons comme les moins bons, ceux qui ont un talent comme ceux qui en ont moins, ou moins de relations. Combien de caissières de supermarché qui ne peuvent même pas prétendre devenir coiffeuses ?

    Non, je ne veux pas dire que vous avez VOULU tendre un piège à Michèle Delaunay, mais que vous y arrivez quand même, nuance !

    Un sujet qui me semble COLLECTIVEMENT, SOCIALEMENT, donc POLITIQUEMENT INTERESSANT , et qui néglige c’est vrai votre problème, est le fait que dans le contexte actuel de pénurie de logements, il serait peut-être bon de pouvoir contraindre les propriétaires à faire des travaux, ou que les pouvoirs publics, en cas de défaillance avérée, puissent se substituer à eux. Soit en récupérant le coût sur les propriétaires, au besoin par voie fiscale, soit en reprenant la propriété par droit de préemption, et indemnisation du propriétaire sur son bien constaté en l’état d’abandon. Lourde machine, attaque contre le sacro saint droit de propriété, mais prise en compte des réalités et besoins. On en est cependant pas là, regardez les hôtels miteux qui flambent. N’empêche que c’est une voie. Quelqu’un vous l’a répondu, je crois, en parlant des loyers qui pourraient prendre cette direction. La remarque était intéressante.

    A militant socialiste :

    Relisez ma note : je ne prends pas la défense de Michèle Delaunay, mais des élus en général. Exigeons d’eux qu’ils fassent leur boulot, pas autre chose. C’est déjà pas mal.
    Pour ma part, je ne cite ni ne dévoile aucun nom, aucun pseudo. Lucas Clermont non plus. D’ailleurs vous avez raison, nos pseudo sont très mobiles.

  33. 10/11/2007 at 15:41 photographe talentueux

    C’est dommage que je doive préciser une chose, les réponses sont moins orientées lorsque ce détail n’est pas apparent mais tant pis.

    J’ai postulé de toutes les façons pour être manoeuvre, pour faire des ménages dans les bureaux, pour laver les carreaux des boutiques, et j’en passe. Perte de temps pendant des mois.
    On m’a reproché de ne l’avoir jamais fait avant (pour les ménages il y a par exemple des compétences exigées maintenant concernant les produits dangereux) ou bien l’on m’a prié de ne pas écrire inutilement étant donné l’emploi soit disant réservé aux hommes. Ah mince, je suis une femme(!)

    Et je n’ai pas de diplôme en commerce ou en bureautique, mais un CAP menuisier, un BAC arts plastiques, une licence d’études cinématographiques et un CAP photographe. Excusez-moi d’avoir étudié ce que j’aime. C’est honteux de juger une orientation en objectant qu’il n’y a aucun débouché, chacun est libre de faire de sa vie ce qu’il entend, personne ne peut avancer qu’il sait lui ce qui est le plus raisonnable. Vous êtiez où ces dernières années? Vous n’avez jamais entendu parlé d’ouvriers licenciés par milliers, de profs sans affectation, des concours de la fonction publique supprimés en faveur d’une sous-traitance privée, d’ingénieurs en informatique trop nombreux sur le marché, de chercheurs sans poste manque de moyens, d’artisans en faillite faute de concurrence loyale?

    Aider ceux qui ne s’en sortent pas question paperasses, démarches etc, je n’ai jamais dit que j’étais contre, je suis prêt(e) à le faire moi-même. J’ai d’ailleurs pu constater que j’en savais plus que les associations de consommateurs que j’ai consulté pour m’aider à faire un procés à mon propriétaire, aide que je n’ai pas obtenu, on m’a conseillé de ne pas me lancer dans un tel périple (…)

    J’explique que l’on devrait pouvoir passer cette étape quand on sait, quand on peut le faire seul. Or, on ne vous donne pas le choix. On part du principe que, étant pauvre et mal logé, on est forcément analphabète, attardé et/ou alcoolique.

    En suivant des ateliers types de l’anpe, je me suis retrouvé(e) avec des publics tellement différents que ça n’avait absolument aucun sens de nous regrouper.

    Je fait partie d’un public mal cerné et qui ne correspondant à aucun stéréotype qui colle au chômage et à la pauvreté. Comme longtemps on a ignoré l’existence des salariés pauvres, on ignorera encore plus longtemps les chômeurs diplômés ou pire, autodidactes et cultivés, trés autonomes et sans problème de dépendance à une drogue licite ou illicite.

    Je suis sans emploi, mais je suis trés actif(ve) et je travaille beaucoup. Je suis pauvre mais ça ne se voit pas, même chez moi, quand on ne regarde pas derrière les meubles ou sous la moquette, on ne soupçonne pas les défauts de mon logement.

    C’est en assumant mon métier de photographe (qui aujourd’hui n’est pas plus à risque qu’un autre, ça c’est une réalité qui vous échappe) et mon éventuel talent que j’ai pu être mieux pris en compte ainsi que mes compétences, et enfin avancer.

    @ Lucas
    Ca y est, j’ai été reçu(e) à la permanence de Michèle. Je vous rappelle que vous réagissez au commentaire où je donne gentillement des nouvelles de cette entrevue (vous avez un vrai souci de lecture). Et il se trouve que ma situation "bégnine" a retenu l’attention (vous êtes trés fort pour qualifier un dossier dont vous ignorez totalement la teneur).

    Evidemment que nous sommes nombreux dans le même cas, et justement, c’est ce qui motive mon post. En rapportant ici la suite de cette invitation et mon choix d’y répondre (Michèle pourra confirmer que je ne me suis pas précipité(e) aveuglément dans son bureau) j’incite, je suggère, je témoigne de l’utilité d’aller tirer la manche directement aux élus, aux "responsables", aux "directeurs", aprés avoir écumé les têtes des guichets.

    En quoi est-ce illégal? Honteux? Abusif? Scandaleux? Vous m’écoeurez de vous offusquer ainsi d’une telle démarche.

    Enfin j’ignore si cela va aboutir sur quelque chose, puisque contrairement à ce que vous suspectez (vous êtes trés fort pour ça) j’ai conscience de ne pas être le(a) seul(e) et de la difficulté du problème.

    @rôle des élus
    Vous craignez que Michèle soit massivement sollicitée par des gens à problèmes comme moi qui abandonneront du coup la voie classique pour tenter de trouver une solution? Ce changement de tactique que vous pensez probable, n’est-ce pas une conséquence de l’abandon, la démission, la mauvaise gestion et/ou de l’impuisance de nos institutions?

    Quelque chose ne fonctionne plus comme cela devrait et depuis beaucoup trop longtemps, combien de temps encore devront-nous subir en silence? N’avez-vous pas le reflexe d’appeler le directeur dans un hôtel où le personnel devant vous refuse d’admettre une réservation dont vous avez l’attestation dans les mains?
    Ayez un peu confiance aussi en Michèle, je crois qu’elle sait trés bien déléguer.

    Pour terminer, j’avais trés bien lu l’idée des travaux initiés par la mairie et financés indirectement sur le loyer pour pénaliser les mauvais propriétaires. Je trouve cette proposition fort intéressante, trés pertinente, j’apprécie son intelligence et son audace. J’aurais largement préféré débattre ensuite là dessus que de me voir sans cesse accusé de tous les maux de pauv’type qui passe son temps à geindre.

    C’est être un piètre analyste que d’avoir perçu ce genre de choses au travers de mes propos. Je suis tout l’inverse de ce dont vous m’accusez.

    Et pour la dernière fois:
    ICI, JE N’AI RIEN DEMANDE, j’ai raconté, ainsi qu’à la permanence de Michèle.
    JE N’AI DONC JAMAIS DEMANDE DE PASSE-DROIT.

  34. 10/11/2007 at 15:41 photographe talentueux

    C’est dommage que je doive préciser une chose, les réponses sont moins orientées lorsque ce détail n’est pas apparent mais tant pis.

    J’ai postulé de toutes les façons pour être manoeuvre, pour faire des ménages dans les bureaux, pour laver les carreaux des boutiques, et j’en passe. Perte de temps pendant des mois.
    On m’a reproché de ne l’avoir jamais fait avant (pour les ménages il y a par exemple des compétences exigées maintenant concernant les produits dangereux) ou bien l’on m’a prié de ne pas écrire inutilement étant donné l’emploi soit disant réservé aux hommes. Ah mince, je suis une femme(!)

    Et je n’ai pas de diplôme en commerce ou en bureautique, mais un CAP menuisier, un BAC arts plastiques, une licence d’études cinématographiques et un CAP photographe. Excusez-moi d’avoir étudié ce que j’aime. C’est honteux de juger une orientation en objectant qu’il n’y a aucun débouché, chacun est libre de faire de sa vie ce qu’il entend, personne ne peut avancer qu’il sait lui ce qui est le plus raisonnable. Vous êtiez où ces dernières années? Vous n’avez jamais entendu parlé d’ouvriers licenciés par milliers, de profs sans affectation, des concours de la fonction publique supprimés en faveur d’une sous-traitance privée, d’ingénieurs en informatique trop nombreux sur le marché, de chercheurs sans poste manque de moyens, d’artisans en faillite faute de concurrence loyale?

    Aider ceux qui ne s’en sortent pas question paperasses, démarches etc, je n’ai jamais dit que j’étais contre, je suis prêt(e) à le faire moi-même. J’ai d’ailleurs pu constater que j’en savais plus que les associations de consommateurs que j’ai consulté pour m’aider à faire un procés à mon propriétaire, aide que je n’ai pas obtenu, on m’a conseillé de ne pas me lancer dans un tel périple (…)

    J’explique que l’on devrait pouvoir passer cette étape quand on sait, quand on peut le faire seul. Or, on ne vous donne pas le choix. On part du principe que, étant pauvre et mal logé, on est forcément analphabète, attardé et/ou alcoolique.

    En suivant des ateliers types de l’anpe, je me suis retrouvé(e) avec des publics tellement différents que ça n’avait absolument aucun sens de nous regrouper.

    Je fait partie d’un public mal cerné et qui ne correspondant à aucun stéréotype qui colle au chômage et à la pauvreté. Comme longtemps on a ignoré l’existence des salariés pauvres, on ignorera encore plus longtemps les chômeurs diplômés ou pire, autodidactes et cultivés, trés autonomes et sans problème de dépendance à une drogue licite ou illicite.

    Je suis sans emploi, mais je suis trés actif(ve) et je travaille beaucoup. Je suis pauvre mais ça ne se voit pas, même chez moi, quand on ne regarde pas derrière les meubles ou sous la moquette, on ne soupçonne pas les défauts de mon logement.

    C’est en assumant mon métier de photographe (qui aujourd’hui n’est pas plus à risque qu’un autre, ça c’est une réalité qui vous échappe) et mon éventuel talent que j’ai pu être mieux pris en compte ainsi que mes compétences, et enfin avancer.

    @ Lucas
    Ca y est, j’ai été reçu(e) à la permanence de Michèle. Je vous rappelle que vous réagissez au commentaire où je donne gentillement des nouvelles de cette entrevue (vous avez un vrai souci de lecture). Et il se trouve que ma situation "bégnine" a retenu l’attention (vous êtes trés fort pour qualifier un dossier dont vous ignorez totalement la teneur).

    Evidemment que nous sommes nombreux dans le même cas, et justement, c’est ce qui motive mon post. En rapportant ici la suite de cette invitation et mon choix d’y répondre (Michèle pourra confirmer que je ne me suis pas précipité(e) aveuglément dans son bureau) j’incite, je suggère, je témoigne de l’utilité d’aller tirer la manche directement aux élus, aux "responsables", aux "directeurs", aprés avoir écumé les têtes des guichets.

    En quoi est-ce illégal? Honteux? Abusif? Scandaleux? Vous m’écoeurez de vous offusquer ainsi d’une telle démarche.

    Enfin j’ignore si cela va aboutir sur quelque chose, puisque contrairement à ce que vous suspectez (vous êtes trés fort pour ça) j’ai conscience de ne pas être le(a) seul(e) et de la difficulté du problème.

    @rôle des élus
    Vous craignez que Michèle soit massivement sollicitée par des gens à problèmes comme moi qui abandonneront du coup la voie classique pour tenter de trouver une solution? Ce changement de tactique que vous pensez probable, n’est-ce pas une conséquence de l’abandon, la démission, la mauvaise gestion et/ou de l’impuisance de nos institutions?

    Quelque chose ne fonctionne plus comme cela devrait et depuis beaucoup trop longtemps, combien de temps encore devront-nous subir en silence? N’avez-vous pas le reflexe d’appeler le directeur dans un hôtel où le personnel devant vous refuse d’admettre une réservation dont vous avez l’attestation dans les mains?
    Ayez un peu confiance aussi en Michèle, je crois qu’elle sait trés bien déléguer.

    Pour terminer, j’avais trés bien lu l’idée des travaux initiés par la mairie et financés indirectement sur le loyer pour pénaliser les mauvais propriétaires. Je trouve cette proposition fort intéressante, trés pertinente, j’apprécie son intelligence et son audace. J’aurais largement préféré débattre ensuite là dessus que de me voir sans cesse accusé de tous les maux de pauv’type qui passe son temps à geindre.

    C’est être un piètre analyste que d’avoir perçu ce genre de choses au travers de mes propos. Je suis tout l’inverse de ce dont vous m’accusez.

    Et pour la dernière fois:
    ICI, JE N’AI RIEN DEMANDE, j’ai raconté, ainsi qu’à la permanence de Michèle.
    JE N’AI DONC JAMAIS DEMANDE DE PASSE-DROIT.

  35. 10/11/2007 at 18:12 Lucas Clermont

    @photographe talentueux

    Si vous ne demandez rien pourquoi mettre en scène votre visite à la permanence de Michèle Delaunay, pourquoi être satisfait du passe-droit qui vous est accordé, pourquoi exposer votre cas, etc ? Et vous pensez vraiment que votre situation est prioritaire ?

    En ce qui concerne votre dossier de logement, soit vous avez le droit pour vous et vous évoqueriez le cas avec l’ADIL qui vous orienterait vers un avocat. De nombreux avocats (y compris de niveau national) ne refusent pas les affaires de qui bénéficie de l’aide juridictionnelle. Soit votre situation est réellement précaire et urgente et vous l’évoqueriez avec une assistante sociale qui jugerait de son urgence. Elle jugerait en comparant avec les autres dossiers qu’elle traite. Sans favoritisme.

    Pour ma part j’ai toujours été étonné de la perception du malheur qui diffère d’une personne à l’autre selon les qualités de résilience. Dans des proportions déconcertantes.

  36. 10/11/2007 at 18:12 Lucas Clermont

    @photographe talentueux

    Si vous ne demandez rien pourquoi mettre en scène votre visite à la permanence de Michèle Delaunay, pourquoi être satisfait du passe-droit qui vous est accordé, pourquoi exposer votre cas, etc ? Et vous pensez vraiment que votre situation est prioritaire ?

    En ce qui concerne votre dossier de logement, soit vous avez le droit pour vous et vous évoqueriez le cas avec l’ADIL qui vous orienterait vers un avocat. De nombreux avocats (y compris de niveau national) ne refusent pas les affaires de qui bénéficie de l’aide juridictionnelle. Soit votre situation est réellement précaire et urgente et vous l’évoqueriez avec une assistante sociale qui jugerait de son urgence. Elle jugerait en comparant avec les autres dossiers qu’elle traite. Sans favoritisme.

    Pour ma part j’ai toujours été étonné de la perception du malheur qui diffère d’une personne à l’autre selon les qualités de résilience. Dans des proportions déconcertantes.

  37. 10/11/2007 at 21:11 photographe talentueux

    Vous voyez du malheur là où personne ne l’a évoqué, du moins pas moi, pas en ce qui me concerne et les difficultés que je rencontre. Si vous n’avez pas perçu plus de nuances dans mes propos, je ne peux plus rien pour vous. Je ne sais plus comment vous expliquer la réalité de mes intentions.

    Je crois que vous manquez d’expérience pour savoir douter de vos certitudes. Vous évoquez la résilience, joli mot savant pour illustrer vos commentaires définitivement obtus. Face à votre erreur en ce qui me concerne, quant est-il de votre déni?

    Voyez plus loin que le bout de mon nez.

  38. 10/11/2007 at 21:11 photographe talentueux

    Vous voyez du malheur là où personne ne l’a évoqué, du moins pas moi, pas en ce qui me concerne et les difficultés que je rencontre. Si vous n’avez pas perçu plus de nuances dans mes propos, je ne peux plus rien pour vous. Je ne sais plus comment vous expliquer la réalité de mes intentions.

    Je crois que vous manquez d’expérience pour savoir douter de vos certitudes. Vous évoquez la résilience, joli mot savant pour illustrer vos commentaires définitivement obtus. Face à votre erreur en ce qui me concerne, quant est-il de votre déni?

    Voyez plus loin que le bout de mon nez.

  39. 10/11/2007 at 23:12 rôle des élus

    à photographe talentueux

    Nous nous comprenons un peu mieux, ou plutôt je vous comprends un peu mieux, et je préfère le ton et les explications que vous donnez maintenant, tout en persistant à penser qu’il ne faut pas tout mélanger et que les élus ont un autre rôle que celui que vous voulez leur donner. Ils sont élus, pas directeurs d’OPHLM et (normalement) n’ont pas de quotas de logements pour leurs protégés (ne bondissez pas !) ce serait la porte ouverte à tout ce qu’on veut. ça l’est peut-être parfois.
    Ne croyez pas que je ne connaisse rien à ce que vous décrivez. J’ai connu, et de très près.
    Bien des choses ne fonctionnent plus. Je ne saurais dire si elles ne fonctionnent plus "comme cela devrait" ; il y a à la fois une société en mutation, une adaptation à faire, ce à quoi on ne s’attendait globalement pas il y a 25 ans, ce à quoi on n’a pas été préparés. Par exemple, et dans un tout autre registre, dans 40 ans plus de pétrole : faudra faire avec.
    Et en même temps, alors que vous ramez tout en étant ni sans compétence(s) ni sans capacité à bouger, le résultat est, disons pour essayer de vous comprendre, insuffisant, insatisfaisant. Et vous expliquez bien, maintenant, cette inadéquation entre votre profil et vos interlocuteurs, "le système", les groupes hétérogènes dans lesquels vous ne vous retrouvez pas. C’est compréhensible, ce n’est cependant pas très nouveau, hélas, savez-vous.

    En face de tout ça, une minorité arrogante, de plus en plus reserrée qui écrase la tête de tous les autres, l’ascenseur social qui ne fonctionne plus. Une situation que nos parents, grands-parents n’auraient pas pu imaginer : leurs enfants auront moins qu’eux ! Votre mérite, celui de votre voisin, ceux qui détiennent les manettes du pouvoir et de l’économie s’en foutent, absolument. Les labyrinthes dans lesquels les uns et les autres s’égarent et s’engluent leur rendent service !

    Notre société pédale dans la semoule, nous sommes là dessus pleinement d’accord, et si la barre ne se redresse pas, ça finira mal.

    Je ne crois néanmoins pas qu’un politique, à titre personnel, individuel, y puisse quelque chose, sauf à être dans l’aide ponctuelle qui tombe dans une dérive possible. Je ne suis donc pas d’accord avec vous pour aller voir le politique quand le reste a échoué, pour les exemples que vous donnez.
    Je ne crois pas qu’il puisse grand chose, sauf bien évidemment en étant dans son rôle d’éveilleur de consciences, de porte parole social, de locomotive, de politique au sens noble du mot. Me comprenez-vous ? Je n’exprime pas ça très bien, c’est difficile.

    Vous avez raison sur un point, je n’ai pas une vision pleine d’espoir en l’avenir. Michèle, et d’autres, dont je ne doute pas forcément, ont une charge énorme, et face à eux, bien plus de demandes de défenses d’intérêts individuels que de grandes demandes collectives et altruistes. C’est l’époque qui veut ça, et c’était ça que j’avais ressenti à vous lire.

  40. 10/11/2007 at 23:16 rôle des élus

    et si l’on revenait à ce nouvel ami ?
    N’empêche, Michèle, merci vraiment de nous donner cette possibilité de discuter ainsi, en ricochant sur ce que vous même écrivez. Quelle richesse humaine dans tout ça !

  41. 11/11/2007 at 00:26 photographe talentueux

    Je saisis beaucoup mieux votre pensée "rôle des élus", et je ne suis pas loin d’être complètement d’accord avec vous. Vous vous expliquez trés bien, je crois que le quiproquo est enfin levé.

    Certes ma démarche est à première vue individuelle, c’est vrai. Mais j’espère, peut-être naïvement, en racontant mon histoire individuelle témoigner d’une réalité qui s’étend au delà de mes quatres murs. Et ainsi, même si je sais bien que tout ceci n’est pas nouveau, j’aimerais réussir à interpeller les décideurs, mais pas seulement.

    En toute modestie, mon histoire valant bien celle de n’importe qui, je raconte pour combler un manque cruel de mots et d’images sur la réalité qui est la mienne, celle de beaucoup d’autres gens aussi. Des mots et des images détachés, sans arrière-pensée, bien que l’objectivité soit impossible, je tente en parlant de ce que je vis de compléter une vision trés étriquée qu’ont la plupart des gens et des politiques.

    En accpetant l’invitation de Michèle, je voulais moins trouver une solution de logement que faire la preuve d’une aberration (parmi d’autres, on est d’accord) et ainsi susciter, réveiller, ou entretenir une préoccupation, être une sorte de base (entre autres bien sûr) à une réflexion pour amener le changement.

    C’est pour cela que l’idée de la substitution du propriétaire, pour faire court, et le débat qu’elle suggère m’aurait bien plu.

  42. 11/11/2007 at 00:26 photographe talentueux

    Je saisis beaucoup mieux votre pensée "rôle des élus", et je ne suis pas loin d’être complètement d’accord avec vous. Vous vous expliquez trés bien, je crois que le quiproquo est enfin levé.

    Certes ma démarche est à première vue individuelle, c’est vrai. Mais j’espère, peut-être naïvement, en racontant mon histoire individuelle témoigner d’une réalité qui s’étend au delà de mes quatres murs. Et ainsi, même si je sais bien que tout ceci n’est pas nouveau, j’aimerais réussir à interpeller les décideurs, mais pas seulement.

    En toute modestie, mon histoire valant bien celle de n’importe qui, je raconte pour combler un manque cruel de mots et d’images sur la réalité qui est la mienne, celle de beaucoup d’autres gens aussi. Des mots et des images détachés, sans arrière-pensée, bien que l’objectivité soit impossible, je tente en parlant de ce que je vis de compléter une vision trés étriquée qu’ont la plupart des gens et des politiques.

    En accpetant l’invitation de Michèle, je voulais moins trouver une solution de logement que faire la preuve d’une aberration (parmi d’autres, on est d’accord) et ainsi susciter, réveiller, ou entretenir une préoccupation, être une sorte de base (entre autres bien sûr) à une réflexion pour amener le changement.

    C’est pour cela que l’idée de la substitution du propriétaire, pour faire court, et le débat qu’elle suggère m’aurait bien plu.

  43. 11/11/2007 at 15:40 BRIG

    Je suis horrifiée par ce que je viens de lire sur ce blog !
    Le procés qui est fait à "photographe talentueux" est honteux et injuste. J’y vois un discours de droite, sans aucune prise de conscience des véritables difficultés quotidiennes rencontrées par les citoyens de ce pays. Voila en partie pourquoi la gauche a perdu et que des électeurs, ceux qui justement de par leur situation difficile et précaire auraient dû faire confiance à la gauche, ont préféré voté pour Nicolas Sarkozy.
    D’autre part, il est normal et même sain d’interpeller nos élu(e)s sur des problèmes cruciaux ; ne les laissons pas divaguer et se perdre dans des bras courtisans.
    "Photographe talentueux" vous n’avez pas à vous justifier. Vous êtes dans la réalité.

  44. 11/11/2007 at 15:40 BRIG

    Je suis horrifiée par ce que je viens de lire sur ce blog !
    Le procés qui est fait à "photographe talentueux" est honteux et injuste. J’y vois un discours de droite, sans aucune prise de conscience des véritables difficultés quotidiennes rencontrées par les citoyens de ce pays. Voila en partie pourquoi la gauche a perdu et que des électeurs, ceux qui justement de par leur situation difficile et précaire auraient dû faire confiance à la gauche, ont préféré voté pour Nicolas Sarkozy.
    D’autre part, il est normal et même sain d’interpeller nos élu(e)s sur des problèmes cruciaux ; ne les laissons pas divaguer et se perdre dans des bras courtisans.
    "Photographe talentueux" vous n’avez pas à vous justifier. Vous êtes dans la réalité.

  45. 11/11/2007 at 16:12 Militant 3

    Certes, ce qui arrive à photographe talentueux est un vrai drame humain et l’echec de ses efforts montre que "qc est pourri dans le Royaume de France".
    Pourtant, je partage aussi l’avis de ceux qui pensent que le rôle d’un élu ne peut être de s’occuper presque exclusivement de cas individuels. Nous les élisons pour s’occuper des dossiers qui concernent leurs mandats, en l’occurrence le CG et l’Assemblée ce qui nécessite beaucoup de travail et bien que certains commentateurs sur ce blog semblent croire qu’un élu – bien sûr surpayé! – doit être au boulot 24h sur 24 et 7 jours sur 7 et être présent en même temps à Paris et dans sa circonscription – il y a des limites à la disponibilité pour tout et chacun si l’on veut faire correctement son travail pour lequel on est principalement élu.
    Ceci étant, je ne sais pas si photographe talentueux s’est jamais adressée au médiateur (M. Lahon) dont le mandat est de débloquer les dossiers soumis aux diverses administrations?

  46. 11/11/2007 at 16:43 photographe talentueux

    @ rôle des élus
    Il y a point qui mériterait d’être davantage débattu, lorsque vous écrivez:
    "Il est cependant encore assez raisonnable que le conseil général s’assure du "solide" d’une association 1901 avant de subventionner un projet. Un an d’existence pourune association, ce n’est pas tant demander. C’est de l’argent public, la redistribution de ce qui est prélevé, qui est donné pour aider quelque chose qui apporte à la collectivité, quand-même. Cela se gère, cela ne se distribue pas n’importe comment. Du moins dans le principe."

    Une durée d’un an, ce qui est trés court, ne doit pas être une base pour valider un projet artistique, mais le projet en lui-même. Mais y-a-t-il des personnes compétentes pour faire ce travail? Des initiatives ont fait leurs preuves ailleurs et la prise de risque est minime. D’autre part, lorsque l’on brigue la place de capitale européenne de la culture, on se doit d’être beaucoup plus ambitieux, innovant et audacieux qu’aujourd’hui. Y’a du boulot…

    Il faudrait voir aussi à mieux répartir les subventions. Je pense au Théâtre National qui mange tout et à l’Utopia qui n’a rien, par exemple. Et la gauche n’est pas du tout étrangère à ce problème.
    http://www.cinemas-utopia.org/U-...

    @militant3
    Seriez-vous en train de me donner un tuyau monsieur militant3? Serait-ce le privilège d’avoir une connexion Internet et de pouvoir converser avec vous ici qui me fait gagner une information pertinente? Quelle injustice pour les autres!

    C’est à dire que lorsque l’on est un citoyen lambda à qui l’on refuse des rendez-vous avec les directeurs des organismes hlm, que le seul horizon de vos démarches se limite à la rangée de chaises des salles d’attente et du regard désabusé des préposés à l’accueil du public, personne ne vous marque sur un bout de papier qu’il faut s’adresser à M.Lahon.

    Non, jamais entendu parlé.

  47. 11/11/2007 at 16:43 photographe talentueux

    @ rôle des élus
    Il y a point qui mériterait d’être davantage débattu, lorsque vous écrivez:
    "Il est cependant encore assez raisonnable que le conseil général s’assure du "solide" d’une association 1901 avant de subventionner un projet. Un an d’existence pourune association, ce n’est pas tant demander. C’est de l’argent public, la redistribution de ce qui est prélevé, qui est donné pour aider quelque chose qui apporte à la collectivité, quand-même. Cela se gère, cela ne se distribue pas n’importe comment. Du moins dans le principe."

    Une durée d’un an, ce qui est trés court, ne doit pas être une base pour valider un projet artistique, mais le projet en lui-même. Mais y-a-t-il des personnes compétentes pour faire ce travail? Des initiatives ont fait leurs preuves ailleurs et la prise de risque est minime. D’autre part, lorsque l’on brigue la place de capitale européenne de la culture, on se doit d’être beaucoup plus ambitieux, innovant et audacieux qu’aujourd’hui. Y’a du boulot…

    Il faudrait voir aussi à mieux répartir les subventions. Je pense au Théâtre National qui mange tout et à l’Utopia qui n’a rien, par exemple. Et la gauche n’est pas du tout étrangère à ce problème.
    http://www.cinemas-utopia.org/U-...

    @militant3
    Seriez-vous en train de me donner un tuyau monsieur militant3? Serait-ce le privilège d’avoir une connexion Internet et de pouvoir converser avec vous ici qui me fait gagner une information pertinente? Quelle injustice pour les autres!

    C’est à dire que lorsque l’on est un citoyen lambda à qui l’on refuse des rendez-vous avec les directeurs des organismes hlm, que le seul horizon de vos démarches se limite à la rangée de chaises des salles d’attente et du regard désabusé des préposés à l’accueil du public, personne ne vous marque sur un bout de papier qu’il faut s’adresser à M.Lahon.

    Non, jamais entendu parlé.

  48. 11/11/2007 at 16:58 photographe talentueux

    Renseignements pris, ce nom ne m’a pas été donné sans doute parce-que ce n’est pas avec la mairie que j’ai un litige, mais avec mon propriétaire, me trompe-je?

    Je cite le site de la ville de Bordeaux:
    "Si vous faites appel à lui en cas de litige, il écoutera votre point de vue et celui de la Ville et proposera un accord qui convienne aux deux parties."

  49. 11/11/2007 at 16:58 photographe talentueux

    Renseignements pris, ce nom ne m’a pas été donné sans doute parce-que ce n’est pas avec la mairie que j’ai un litige, mais avec mon propriétaire, me trompe-je?

    Je cite le site de la ville de Bordeaux:
    "Si vous faites appel à lui en cas de litige, il écoutera votre point de vue et celui de la Ville et proposera un accord qui convienne aux deux parties."

  50. 11/11/2007 at 17:06 photographe encore

    Non, je crains qu’il ne s’agisse plus de médiation là où nous en sommes. Il s’agit de prendre des décisions globales et de mener une politique différente.

    Vous savez, cela fait six ans que je cherche un moyen. Hormis la disponibilité soudaine d’un logement d’un loyer raisonnable accessible à un précaire, rien ne pourra changer le fait que mon actuel appartement doit être entièrement vidé, traité et rénové. Combien de cas similaires dans cette ville? Et M.Lahon serait l’homme providentiel? Soyons sérieux.

  51. 11/11/2007 at 17:06 photographe encore

    Non, je crains qu’il ne s’agisse plus de médiation là où nous en sommes. Il s’agit de prendre des décisions globales et de mener une politique différente.

    Vous savez, cela fait six ans que je cherche un moyen. Hormis la disponibilité soudaine d’un logement d’un loyer raisonnable accessible à un précaire, rien ne pourra changer le fait que mon actuel appartement doit être entièrement vidé, traité et rénové. Combien de cas similaires dans cette ville? Et M.Lahon serait l’homme providentiel? Soyons sérieux.

  52. 11/11/2007 at 22:25 Alain

    Une suggestion qui vaut ce qu’elle vaut, photographe talentueux : Et si vous contactiez les propriétaires (et locataires) voisins, en les prévenant ? parce que les termites, ça ne respecte pas trop les limites de propriété ! Alors ou bien ça vient d’à côté, ou bien ça pourrait bien y aller…
    Ils vous aideront peut-être !

  53. 15/11/2007 at 14:50 Rôle des élus

    à photographe talentueux, commentaire 28

    Pour vous répondre, j’aimerais mieux comprendre votre pensée , la première partie de votre second paragraphe.

Répondre à Rôle des élus ? Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel