m

Un mois déjà que les Bordelais m’ont élue pour les représenter et me voilà, une fois encore, dans le train de retour de l’Assemblée, chargée comme un âne de la masse de courrier, publications, documents divers que nous recevons quotidiennement. Il faudrait plusieurs vies pour tout lire. J’ai élagué avant le départ : à la poubelle la revue des pêcheurs de rivière, la documentation de la filière du bois… Tout cela est certainement très intéressant, mais la deuxième circonscription de Bordeaux n’est rurale et boisée qu’à la marge, je fais l’impasse. Les grosses poubelles débordantes qui s’entassent dans nos couloirs ne sont pas très dans le coup du développement durable. Que faire ?

Un mois déjà et j’ai l’impression d’avoir beaucoup appris du fonctionnement de l’Assemblée, des us et coutumes de mes collègues, du bâtiment lui-même qui est fort complexe car construit autour de plusieurs cours, ce qui amène à faire de nombreux tours avant de se retrouver d’où l’on est parti. C’est incontestablement un métier fort intéressant que celui de député à condition de bien le faire, de bosser les textes, de comprendre le sens de la loi, d’essayer de glisser son grain de sel.

L’austérité est bien sûr d’appartenir à la minorité. Sarkozy parle beaucoup d’ouverture mais il ne pratique pas la seule qui vaudrait : accepter, au moins de temps en temps, les amendements de l’opposition. J’ai été tout à fait frappée de la qualité de ce que nous avons proposé dans tous les domaines abordés dans ces quelques semaines. Beaucoup de propositions auraient constitué objectivement des améliorations de la loi. Toutes ont été rejetées sans autre forme de procès.

Là aussi, quoi faire ? Où faut-il agir ? Comment, en ce moment, mobiliser l’opinion publique sur les peines planchers, l’ « excuse de minorité » ou l’injonction de soins aux délinquants ?Tout cela est austère, très austère, aucun fait divers (heureusement) ne l’illustre en ce moment et ne le porte à l’attention des media. Je m’attache à croire à la force d’essaimage d’internet et j’espère que ce blog y contribue tant soit peu.

Comments 3 comments

  1. 19/07/2007 at 00:11 James

    Pas de chance, Michèle: après avoir vécu la frustration de faire partie d’une opposition municipale dont ont a systématiquement méprisé les arguments et propositions, c’est maintenant la même chose à l’Assemblée. On a l’impression de se fatiguer pour rien. Je ne sais pas si c’est la même chose dans les commissions, mais le rejet en séance plénière de tous les amendements même des plus pertinents et constructifs, apporte en effet un démenti cinglant au grandes paroles de Sarkozy sur une "démocratie exemplaire".

  2. 19/07/2007 at 10:17 Nelbordeaux

    La démocratie francaise a encore beaucoup de travail a fournir pour se sortir de l’opposition systematique et même systemique ! Si tu n’es pas de mon camps, même si ce que tu dis est bien je suis obligé d’être contre ! On est trés loin du travail pour l’intéret général du pays…..

  3. 19/07/2007 at 12:41 Bruno

    Nous y voilà. Ce jeudi matin sur France-Inter, le petit père Accoyer : proposer, et non s’opposer… Les amendements ? Ce ne sont pas des propositions, mais des textes d’opposition systématique. Le Président de l’A.N. réagit encore en président de groupe… (entre nous, il a été remplacé par encore plus caporal, hein ?).
    Bruno

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suivi et Infogérance par Axeinformatique/Freepixel